Charte éditoriale

Citizen4Science est une association à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901. Personne morale, elle est régulée et soumise à ses dispositions statutaires, sa charte et son règlement intérieur.

Compte Twitter @Citizen4Sci

Si Citizen4Science est historiquement lié à Twitter, ce réseau social ne sert « que » d’outil de veille et d’expérimentation.
L’association ne cherche pas à fédérer une communauté sur RS et reste hors des clans communautaires qui régissent la plateforme via des influenceurs.

Ce compte fait profiter le public de notre veille de l’actualité scientifique, politique et générale avec restitution « à chaud » : information, décryptage, analyses voire opinions dans le respect des missions de l’association. Parmi les objectifs , en lien avec la mission : développer l’esprit critique, tenter de donner des clés de compréhension d’événements, valoriser la nuance dans un environnement de réseaux sociaux qui lui est hostile avec des combats de clans et luttes d’opinion qui favorisent la polarisation et un esprit sectaire.
Par défaut, ce compte n’est pas interactif avec le public. L’interaction est déclenchée lorsque nous avons le souhaiter de susciter un débat dans le cadre d’un sujet au programme éditorial de Rédaction. On espère alors que les échanges permettront d’illustrer de façon vivante un futur article avec des extraits d’échanges.
Ton : sérieux sans se prendre au sérieux, humour, relais de dessins de presse, parfois décalé ou encore provocateur comme catalyseur dans les tentatives de déclenchement de débat.
Modération : Nous n’avons aucune recherche d’adhésion ou de notoriété/followers. Conséquence : zéro « tyrannie du like » ni soumission à des réseaux d’influenceurs. Corollaire : main leste pour masquages, blocages (non respect des règles Twitter et/ou trolling), voire désabonnement manuel des followers dont le but manifeste est de casser les échanges.

Service de presse en ligne

Dans le cadre des moyens dévolus à sa mission, Citizen4Science édite un service de presse en ligne agréé et reconnu par le ministère de la Culture sous le n° 0324 X 94873 dans la catégorie particulière « diffusant de l’information professionnelle ou favorisant l’accès au savoir et a ̀ la formation et la diffusion de la pensée, du débat d’idées, de la culture générale et de la recherche scientifique »

Afin de distinguer cette activité d’édition à titre professionnel des autres activités de l’association, elle apparaît dans une section dédiée de son site institutionnel et porte le nom de « Science infuse« .

Historique

Citizen4Science, mouvement citoyen, est née en 2020 à l’initiative de Fabienne Blum, scientifique engagée dans la lutte contre la désinformation durant la pandémie, l’association ayant pour mission d’être un médiateur scientifique promouvant la rationalité et la démarche scientifique et l’esprit critique, de fournir des informations et des analyses au public pour éclairer son jugement, de lutter contre la désinformation, l’obscurantisme et les dérives sectaires.

« Spirit »

En ce début de 21e siècle, à l’heure des réseaux sociaux où l’information est fourni à haut débit, traitée dans l’instant, difficile à analyser et mêlée parfois insidieusement de beaucoup de désinformation, la loi du fact-checking ou du « vrai ou fake », des faits transformés en opinion et de l’émotion règnent. Tout cela n’aide pas à accéder aux clés permettant aux citoyens de développer leur jugement. La démarche scientifique, la pensée rationnelle et l’esprit critique, la nuance et l’acceptation de la complexité du monde sont plus que jamais essentiels pour ne pas tomber dans la polarisation, les extrémismes et l’obscurantisme.

Au milieu du siècle dernier, Albert Camus a écrit les réflexions suivantes, elles nous frappent par leur pertinence et leur modernité. La Rédaction y adhère pleinement tant elles traduisent fidèlement notre état d’esprit :

Ainsi, notre objectif est de tenter d’aider au développement de l’esprit critique pour donner des clés de compréhension et d’analyse aux citoyens pour des choix éclairés.

Un éclairage qui se veut original

La Rédaction souhaite donner des points de vue, idées ou analyses qui peuvent parfois être originaux, différents de ce que l’on trouve de façon parfois de façon conventionnelle dans la presse et les médias, en tout cas toujours hors des clans. Nous espérons que la pluralité des approches à laquelle nous souhaitons tenter de contribuer de temps à autre donnera davantage de réflexion et de perspective aux lecteurs pour se forger leur propre opinion.

Indépendance

Tout d’abord, nous sommes des passionnés alors clamons-le haut et fort : la Rédaction a de forts liens d’intérêt pour les sujets qu’elle traite !

Parfois, elle en a même l’expertise, de terrain. Nous le signalons le cas échéant à la fin de l’article. Avoir une expertise pratique, une expérience professionnelle dans un domaine est un atout, et non un handicap. Il convient de le rappeler face aux « experts » formés sur les réseaux sociaux qui pratiquent « l’expert bashing » pour s’imposer.

Le service de presse en ligne Science infuse est piloté à 100 % par l’association Citizen4Science.

L’association Citizen4Science est totalement indépendante de tout groupe d’influence ou acteur économique, politique ou autre.

Nous adhérons au Guide des bonnes pratiques des éditeurs de presse en ligne de la SPIIL ( syndicat de la presse indépendante d’information en ligne).

Le financement est assuré par les cotisations d’adhésion des membres de l’association et les dons.
Éventuellement : subventions que l’association pourrait obtenir.
L’association ne vend rien à ce jour et le service de presse en ligne à vocation à être gratuit. Nous comptons essentiellement sur les dons des lecteurs et adhérents.
La publicité sur le site internet institutionnel est une aide minime, nous espérons à terme pouvoir la supprimer pour un meilleur confort de lecture, pour cela nous comptons sur les dons des lecteurs sans qui rien n’est possible.

Devoirs des journalistes et des contributeurs

Les membres de la Rédaction permanente adhèrent pleinement et à titre professionnel aux devoirs journalistiques de la charte de Munich reproduite ci-dessous. Quant aux contributeurs extérieurs, ils s’engagent au respect des principes d’honnêteté intellectuelle, d’indépendance d’esprit et de rigueur dans le traitement des informations.

Politique de correction

Dans une démarche qualité, déontologique et de traçabilité, et reconnaissant que l’erreur est humaine, la Rédaction s’engage à user de bonnes pratiques de correction et ainsi de modifier les informations publiées qui s’avèreraient être erronées ou non conformes. Les date des mise à jour sont précisées en fin d’article. Les lecteurs peuvent formuler toute demande de correction via le formulaire dédié.


Charte de Munich – Déclaration des devoirs et des droits des journalistes

Préambule
Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain. Ce droit du public de connaître les faits et les opinions procède l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes. La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics. La mission d’information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes s’imposent spontanément. Tel est l’objet de la déclaration des devoirs formulés ici. Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l’exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l’indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est l’objet de la déclaration des droits qui suit.

Déclaration des devoirs
Les devoirs essentiels du journaliste, dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements, sont :
1. Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité ;
2. Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;
3. Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents ;
4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents ;
5. S’obliger à respecter la vie privée des personnes ;
6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ;
7. Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement ;
8. S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information ;
9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;
10. Refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction. Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement les principes énoncés ci-dessus ; reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste n’accepte, en matière d’honneur professionnel, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

Déclaration des droits
1. Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception en vertu de motifs clairement exprimés.
2. Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de son entreprise, telle qu’elle est déterminée par écrit dans son contrat d’engagement, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale.
3. Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience.
4. L’équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Elle doit être au moins consultée, avant décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste.
5. En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant sa sécurité matérielle et morale ainsi qu’une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économique.