Il existe de nombreuses raisons morales de se faire vacciner, mais cela ne veut pas dire que c’est votre devoir éthique

Il existe de nombreuses raisons morales de se faire vacciner, mais cela ne veut pas dire que c’est votre devoir éthique

23 avril 2021 0 Par e-Citizen

Par Travis N. Rieder, directeur du programme de maîtrise en bioéthique à Institute of Bioethics, Johns Hopkins University

La nouvelle selon laquelle tous les adultes américains sont désormais éligibles pour recevoir le vaccin COVID-19 fait que le Saint Graal de l’atténuation des maladies infectieuses, l’immunité collective, semble très proche. Si suffisamment de personnes sont vaccinées, probablement au moins 70 % de la population, la prévalence de la maladie diminuera lentement et la plupart d’entre nous reviendront à la vie normale en toute sécurité. Mais si un nombre insuffisant de personnes sont vaccinées, le COVID-19 pourrait persister indéfiniment.

L’urgence d’atteindre cette étape a conduit certains à affirmer que les individus ont un devoir civique ou une obligation morale d’être vaccinés.

En tant que philosophe de la morale ayant écrit sur la nature de l’obligation dans d’autres contextes, je souhaite explorer comment l’éthique apparemment simple du choix du vaccin est en fait assez complexe.

L’argument simple

La discussion sur l’opportunité de se faire vacciner contre la COVID-19 est souvent formulée en termes d’intérêt personnel : Les avantages l’emportent sur les risques, donc vous devriez le faire.

Il ne s’agit pas d’un argument moral.

La plupart des personnes pensent probablement que les autres ont une grande latitude pour déterminer comment ils prennent soin de leur propre santé, et il peut donc être permis de s’engager dans des activités à risque, comme la moto ou le saut en parachute, même si ce n’est pas dans l’intérêt de la personne. La question de savoir si l’on doit être vacciné, en revanche, est une question morale car elle affecte les autres, et ce de plusieurs manières.

Tout d’abord, les vaccins efficaces sont censés réduire non seulement les taux d’infection mais aussi les taux de transmission du virus. Cela signifie que le fait d’être vacciné peut protéger les autres de vous et contribuer à ce que la population atteigne l’immunité collective.

Deuxièmement, une forte prévalence de la maladie favorise les mutations génétiques d’un virus, ce qui permet l’apparition de nouveaux variants. Si un nombre suffisant de personnes ne sont pas vaccinés rapidement, de nouveaux variants peuvent se développer et être plus infectieux, plus dangereux ou échapper aux vaccins actuels.

L’argument éthique le plus simple est donc le suivant : la vaccination ne concerne pas que vous. Oui, vous avez le droit de prendre des risques pour votre propre sécurité. Mais comme l’a affirmé le philosophe britannique John Stuart Mill en 1859, votre liberté est limitée par le mal que vous pourriez faire aux autres. En d’autres termes, vous n’avez pas le droit de risquer la santé d’autrui, et vous êtes donc obligé de faire votre part pour réduire les taux d’infection et de transmission.

C’est un argument plausible. Mais l’affaire est un peu plus compliquée.

Action individuelle, bien collectif

Le premier problème de l’argument ci-dessus est qu’il passe de l’affirmation selon laquelle “ma liberté est limitée par le préjudice qu’elle causerait aux autres” à l’affirmation beaucoup plus controversée selon laquelle “ma liberté est limitée par les très petites contributions que mon action pourrait apporter à des préjudices collectifs importants”.

Le refus de la vaccination ne viole pas le principe de préjudice de Mill, car il ne menace pas directement une personne en particulier d’un préjudice important. Au contraire, il ne contribue que très peu à un préjudice collectif important.

Étant donné qu’aucune vaccination individuelle ne permet d’atteindre l’immunité collective ou d’éliminer les mutations génétiques, il est naturel de s’interroger : Pourrions-nous vraiment avoir le devoir d’apporter une contribution aussi minime au bien collectif ?

Une version de ce problème a été bien explorée dans la littérature sur l’éthique du climat, puisque les actions individuelles sont également inadéquates pour faire face à la menace du changement climatique. Dans ce contexte, un article bien connu soutient que la réponse est “non” : Il n’y a tout simplement pas de devoir d’agir si votre action ne fera pas une différence significative dans le résultat.

D’autres, cependant, ont exploré diverses manières de sauver l’idée que les individus ne doivent pas contribuer aux préjudices collectifs.

Une stratégie consiste à faire valoir que de petites actions individuelles peuvent en fait faire une différence dans les grands effets collectifs, même si c’est difficile à voir.

Par exemple : Bien qu’il semble qu’une personne qui se fait vacciner ne fasse pas de différence significative au niveau du résultat, peut-être est-ce simplement le résultat de mathématiques morales imprudentes. La probabilité de sauver une vie en réduisant l’infection ou la transmission est très faible, mais sauver une vie est très précieux. La valeur attendue du résultat est donc encore suffisamment élevée pour justifier qu’il soit considéré comme une exigence morale.

Une autre stratégie concède que les actions individuelles ne font pas une différence significative dans les grands problèmes structurels, mais cela ne signifie pas que la moralité doit être silencieuse en ce qui concerne ces actions. Les considérations d’équité, de vertu et d’intégrité peuvent toutes recommander une action individuelle en faveur d’un objectif collectif, même si cette action ne fait pas de différence en soi.

En outre, ces considérations et d’autres peuvent fournir des raisons d’agir, même si elles n’impliquent pas une obligation d’agir.

Les contours de l’obligation

La justification de l’obligation de vaccination pose un autre problème, qui tient à la nature même des obligations.

Les obligations sont des exigences relatives aux actions et, en tant que telles, ces actions semblent souvent exigibles par les membres de la communauté morale. Si une personne est obligée de faire un don à une œuvre de charité, les autres membres de la communauté ont le droit moral d’exiger un pourcentage de ses revenus. Cet argent est dû aux autres.

La question pertinente ici est donc la suivante : Existe-t-il des raisons morales d’exiger qu’une autre personne soit vaccinée ?

La philosophe Margaret Little a fait valoir que des actions très intimes, telles que le sexe et la maternité – la poursuite d’une grossesse – ne peuvent être exigées. Dans mes propres travaux, j’ai suggéré que cela était également vrai pour la décision de fonder une famille, par exemple adopter un enfant ou procréer. L’intimité de ces actions, selon moi, fait que personne n’y a droit. Quelqu’un peut vous demander d’avoir des relations sexuelles, et il y a de bonnes raisons d’adopter plutôt que de procréer ; mais personne dans la communauté n’a le statut moral d’exiger que vous fassiez l’un ou l’autre. Ce genre d’exemples suggère que les actions particulièrement intimes ne sont pas les cibles appropriées de l’obligation.

Se faire vacciner est-il un acte intime ? Même si cela ne semble pas être le cas à première vue, cela implique l’injection d’une substance dans votre corps, ce qui est une forme d’intimité corporelle. Il faut permettre à une autre personne de percer la barrière entre votre corps et le monde. En fait, la plupart des procédures médicales sont le genre de choses qu’il semble inapproprié d’exiger de quelqu’un, car les individus ont une autorité morale unilatérale sur ce qui arrive à leur corps.

L’argument présenté ici s’oppose aux devoirs intimes car ils semblent trop invasifs. Cependant, même si les membres de la communauté morale n’ont pas le droit d’exiger que les autres soient vaccinés, ils ne sont pas tenus de se taire ; ils peuvent demander, requérir ou intercéder, en se fondant sur de très bonnes raisons. Et bien sûr, personne n’est tenu d’interagir avec ceux qui refusent.

Ce qu’il en résulte

Je n’essaie certainement pas de convaincre qui que ce soit que c’est bien de ne pas être vacciné. En fait, je pense que les arguments présentés tout au long indiquent qu’il existe des raisons impérieuses de se faire vacciner. Mais les raisons, même lorsqu’elles sont accablantes, ne constituent pas un devoir, et elles ne rendent pas une action exigible.

Agir comme s’il s’agissait d’un simple argument moral peut aliéner ceux qui ne sont pas d’accord. Et minimiser les enjeux moraux lorsque nous demandons à d’autres personnes de se faire injecter une substance dans leur organisme peut être irrespectueux. Je pense qu’il est préférable d’engager le dialogue avec les autres plutôt que d’exiger d’eux, même si la force de la raison finit par pencher d’un côté.

Traduit pas Citizen4Science – article original paru dans The Conversation : lien