Où les souvenirs sont-ils stockés dans notre cerveau ?

Par Don Arnold, Professor of Biological Sciences and Biomedical Engineering, USC Dornsife College of Letters, Arts and Sciences, États-Unis

Une nouvelle étude suggère qu’ils pourraient se trouver dans les connexions entre les cellules du cerveau

Tous les dispositifs de stockage de mémoire, de votre cerveau à la mémoire vive de votre ordinateur, stockent des informations en modifiant leurs qualités physiques. Il y a plus de 130 ans, le pionnier des neurosciences Santiago Ramón y Cajal a suggéré pour la première fois que le cerveau puisse stocker des informations en réorganisant les connexions, ou synapses, entre les neurones.

Depuis lors, les scientifiques en neuroscience ont tenté de comprendre les changements physiques associés à la formation de la mémoire. Mais la visualisation et la cartographie des synapses sont difficiles à réaliser. Tout d’abord, les synapses sont très petites et très serrées les unes contre les autres. Elles sont environ 10 milliards de fois plus petites que le plus petit objet qu’une IRM clinique standard peut visualiser. En outre, il y a environ un milliard de synapses dans le cerveau des souris que les chercheurs utilisent souvent pour étudier le fonctionnement du cerveau, et elles sont toutes de la même couleur opaque à translucide que le tissu qui les entoure.

Les synapses comprennent l’extrémité du neurone émetteur, le début du neurone récepteur et le minuscule espace qui les sépare (image originale ttsz/iStock via Getty Images Plus)

Cependant, une nouvelle technique d’imagerie mise au point par mes collègues et moi-même nous a permis de cartographier les synapses pendant la formation de la mémoire. Nous avons découvert que le processus de formation de nouveaux souvenirs modifie la façon dont les cellules du cerveau sont connectées les unes aux autres. Alors que certaines zones du cerveau créent plus de connexions, d’autres les perdent.

Cartographie des nouveaux souvenirs chez le poisson

Auparavant, les chercheurs se concentraient sur l’enregistrement des signaux électriques produits par les neurones. Si ces études ont confirmé que les neurones modifient leur réponse à des stimuli particuliers après la formation d’un souvenir, elles n’ont pas pu déterminer avec précision ce qui entraîne ces changements.
Pour étudier comment le cerveau change physiquement lorsqu’il forme un nouveau souvenir, nous avons créé des cartes 3D des synapses du poisson zèbre avant et après la formation de la mémoire. Nous avons choisi le poisson zèbre comme sujet d’expérience parce qu’il est suffisamment grand pour avoir un cerveau qui fonctionne comme celui des humains, mais suffisamment petit et transparent pour offrir une fenêtre sur le cerveau vivant.

Le poisson zèbre est un modèle particulièrement adapté à la recherche en neurosciences.
Zhuowei Du et Don B. Arnold, CC BY-NC-ND

Pour induire un nouveau souvenir chez le poisson, nous avons utilisé un type de processus d’apprentissage appelé conditionnement classique. Ce processus consiste à exposer un animal à deux types de stimuli différents simultanément : un stimulus neutre qui ne provoque pas de réaction et un stimulus désagréable que l’animal tente d’éviter. Lorsque ces deux stimuli sont associés suffisamment de fois, l’animal réagit au stimulus neutre comme s’il s’agissait du stimulus désagréable, ce qui indique qu’il a créé un souvenir associatif liant ces stimuli entre eux.

Comme stimulus désagréable, nous avons chauffé doucement la tête du poisson avec un laser infrarouge. Lorsque le poisson remuait la queue, nous considérions que cela signifiait qu’il voulait s’échapper. Lorsque le poisson est ensuite exposé à un stimulus neutre, une lumière allumée, le battement de queue signifie qu’il se souvient de ce qui s’est passé lorsqu’il a rencontré le stimulus désagréable.

Conditionnement (pavlovien) classique

Le chien de Pavlov est l’exemple le plus connu de conditionnement classique, dans lequel un chien salive en réponse à une cloche qui sonne parce qu’il a formé une mémoire associative entre la cloche et la nourriture. Lili Chin/Flickr, CC BY-NC-ND

Pour créer ces cartes, nous avons génétiquement modifié des poissons zèbres dont les neurones produisent des protéines fluorescentes qui se lient aux synapses et les rendent visibles. Nous avons ensuite créé des images des synapses à l’aide d’un microscope personnalisé qui utilise une dose de lumière laser beaucoup plus faible que les appareils standard qui utilisent également la fluorescence pour générer des images. Comme notre microscope a moins endommagé les neurones, nous avons pu visualiser les synapses sans perdre leur structure et leur fonction.

Lorsque nous avons comparé les cartes de synapses en 3D avant et après la formation de la mémoire, nous avons constaté que les neurones d’une région du cerveau, le pallium dorsal antérolatéral, développaient de nouvelles synapses tandis que les neurones prédominant dans une deuxième région, le pallium dorsal antéromédial, perdaient des synapses. Cela signifie que de nouveaux neurones s’appariaient entre eux, tandis que d’autres détruisaient leurs connexions. Des expériences précédentes ont suggéré que le pallium dorsal des poissons pourrait être analogue à l’amygdale des mammifères, où sont stockés les souvenirs liés à la peur.

L’image ci-contre montre des neurones dans un cerveau de poisson vivant, avec les synapses colorées en vert. Zhuowei Du et Don B. Arnold, CC BY-NC-ND

Étonnamment, les changements dans la force des connexions existantes entre les neurones qui se sont produits lors de la formation de la mémoire étaient faibles et impossibles à distinguer des changements chez les poissons témoins qui n’ont pas formé de nouveaux souvenirs. Cela signifie que la formation d’une mémoire associative implique la formation et la perte de synapses, mais pas nécessairement des changements de la puissance des synapses existantes, comme on le pensait auparavant.

Supprimer les synapses pourrait-il supprimer les souvenirs ?

Notre nouvelle méthode d’observation du fonctionnement des cellules cérébrales pourrait ouvrir la voie non seulement à une meilleure compréhension du fonctionnement de la mémoire, mais aussi à des pistes potentielles pour le traitement d’affections neuropsychiatriques telles que le SSPT (syndrome de stress post-traumatique) et la toxicomanie.

Les souvenirs associatifs ont tendance à être beaucoup plus puissants que les autres types de souvenirs, comme les souvenirs conscients de ce que vous avez mangé hier midi. En outre, on pense que les souvenirs associatifs induits par le conditionnement classique sont analogues aux souvenirs traumatiques à l’origine du SSPT. Des stimuli par ailleurs inoffensifs, similaires à ce qu’une personne a vécu au moment du traumatisme, peuvent déclencher le rappel de souvenirs douloureux. Par exemple, une lumière vive ou un bruit fort peuvent rappeler des souvenirs de combat. Notre étude révèle le rôle que les connexions synaptiques peuvent jouer dans la mémoire et pourrait expliquer pourquoi les souvenirs associatifs durent plus longtemps et sont plus vivaces que d’autres types de souvenirs.

Actuellement, le traitement le plus courant du SSPT, la thérapie d’exposition, consiste à exposer de manière répétée le patient à un stimulus inoffensif mais déclencheur, afin de supprimer le souvenir de l’événement traumatique. En théorie, cela remodèle indirectement les synapses du cerveau pour rendre le souvenir moins douloureux. Bien que la thérapie d’exposition ait connu un certain succès, les patients sont enclins à rechuter. Cela suggère que le souvenir sous-jacent à l’origine de la réponse traumatique n’a pas été éliminé.

Conceptuellement liée au conditionnement classique, la thérapie d’exposition prolongée est un moyen de traiter le SSPT.

On ignore encore si la génération et la perte de synapses sont effectivement à l’origine de la formation de la mémoire. Mon laboratoire a mis au point une technologie qui permet de supprimer rapidement et précisément les synapses sans endommager les neurones. Nous prévoyons d’utiliser des méthodes similaires pour supprimer des synapses chez le poisson zèbre ou la souris afin de constater si cela modifie ou non les souvenirs associatifs.

Ces méthodes pourraient permettre d’effacer physiquement les souvenirs associatifs qui sous-tendent des états dévastateurs comme le SSPT et la dépendance. Toutefois, avant même d’envisager un tel traitement, il faut définir plus précisément les modifications synaptiques qui codent les souvenirs associatifs. Et il y a évidemment de sérieux obstacles éthiques et techniques à surmonter. Néanmoins, il est tentant d’imaginer un avenir lointain dans lequel la chirurgie synaptique pourrait éliminer les mauvais souvenirs.

Traduction : Rédaction de Science Infuse – article original paru dans The Conversation

Image mise en avant : cerveau de chimpanzé (Wikipedia)

Science infuse est le média d’information en ligne de Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

1 réflexion sur “Où les souvenirs sont-ils stockés dans notre cerveau ?”

  1. Ping : "Stockée dans l'ADN, l'intégralité des données mondiales actuelles pourrait tenir dans le volume d'une boîte à chaussure", révèle le CNRS - Citizen4Science Actualités Information Médiation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 × 25 =