Transcript English/Français Pr Raoult YouTube video June 8, 2021 “The dogs & the Information”

8 juin 2021 0 Par e-Citizen

En français : 2e partie de ce billet

“I do not want to say at all that the people who make information are dogs, it’s not that at all, I’m going to talk to you about dogs and information. Even if there are currently newspapers or journalists who look a lot like what was written at the end of the war in “Je suis partout”, for those who have an idea of war. I advise you to look, but there are articles that come out that look a lot like that and it does not disturb me more than that but it is time to, on a certain number of points, to provide what interests me, that is to say, the real figures and once again fortunately I write them all in my book [photo of his book: “Carnets de Guerre COVID-19”] which allows everyone to verify that what I am telling you I tell you beforehand and that it is extremely precise.

The first point, why I’m talking about dogs, in fact, it has nothing to do with journalists, it is developing here an important reflection to know how we are going to be able to free people after all this great, this great drama of Covid-19. What are we going to do? Will we have to continue to do PCR at the borders, even with vaccinated people, which is the case now? Are we going to add something? I am and I was in contact with the Ministry, to suggest and give them as a priority the details that I am going to give you here, what are the research of antibodies by pricking the tip of the finger, we see immediately if you have antibodies or not and these antibodies allow us to know if you are defending yourself against the virus and therefore, globally, you are 4 times less likely or 5 times less likely to have a positive PCR if you have antibodies, whether they are due to a previous disease or whether they are due to a vaccination This, this technique may also guide the need for vaccine re-injections, the fact of insufficient immune response, we have tested now 1,500 people which gives us an idea of the importance of antibodies that unvaccinated people have because they have made an apparent or inapparent disease or because there are reactions with other coronaviruses and therefore, In the population we tested, 15.5% of the people had antibodies and among the people who received one or more doses of vaccination, 66% had antibodies. We have not yet sorted out enough to know if there were more antibodies in the people who had two doses, but in any case we know that there are people who have been vaccinated who have few antibodies, but as in this disease as in others. So, that is another, that is a first element that will perhaps simplify people’s lives if we have had an antibody test done within 3 months, the risk of having a positive PCR is relatively low, the risk of catching the disease is also reduced.

Yes, it’s not a question of a fight between scientists, the conflict between scientific opinions is something that is part of the, of scientific life. It’s just that this site, which from time to time takes a dislike to someone for one reason or another, harasses people to a point that becomes unbelievable. I give you the data: I have done 3,500 publications in my life, so, up to now, all in all there were, I don’t know, 7citations until 2019 in PubPeer, concerning my 3,000 papers, my 3,400 papers; and then I start talking about hydroxychloroquine, there are suddenly, there are 25, and then it continues during the year, and here if you look since April 2012 [sic], there are more than 200 things on PubPeer coming up, some of which are fantastic, inside. I know well that it is Madame Bik and the one who takes care of the site in France who let things go through that should not go through because it is not reasonable, since she knows that I filed a complaint. Madame Bik, removed 25 times, you can imagine, in those 250 times, there were 25 times line that said that I was a neo-colonialist, so you see it is not scientific debate, it is contempt, see, it is outrageous, to say something to someone like me who had to train a thousand people in the IHU who come from the South. It is outrageous for the people who work with me, it is outrageous for all international scientific relations, already, this, this, this, this, this, Tattevin of the SPILF had said that it was a shame that I have an influence on the Africans but say, you should come back to the World. It is rather the Africans who make fun of us and when you do not have the slightest idea of what Africa is; you have to come back to the World [I lived there]. You cannot come and talk to me about neo-colonialism, so at least she understood, but she should not worry, we have screenshots of everything we said before we started organizing our case file, we secured all the documents of what was put. She will have to explain why she put 25 times that I was a neo-colonialist and why she removed it as soon as she knew I was filing a complaint, so after a while it is no longer a scientific quarrel, not at all, it is harassment. There is not only that one, you have noticed that harassment comes from all sides. It does not keep me awake at night, but, that being the case, you must not imagine that it can go on forever to insult me, or to treat me, to roll me in the mud, without it entailing a risk, you don’t know when it is going to happen, but you know that everything we do has consequences, so one must be careful. My mother used to say one thing, because I lived for long in Africa: when I was acting stupid and when I was a little boy she used to tell me “Didier, you hunt buffalo, you hunt buffalo, they are the most dangerous animals in the bush, you have to be careful”. So I tell you, don’t bother me too much because you hunt buffalo. And so, I’m not going to let it happen and the actions that you have will have consequences that will come when they come in the form that they will come, on which they will come, but you cannot imagine that I am going to get hit and tant I am going to say thank you.”

Transcription originale en français :

« Je ne veux pas du tout dire que les gens qui font de l’information sont des chiens, c’est pas du tout cela, je vais vous parler des chiens et de l’information. Même s’il y a actuellement des journaux ou des journalistes qui ressemblent beaucoup, pour ceux qui ont une idée de la guerre, à ce qui s’écrivait à la fin de la guerre dans « Je suis partout ». Je vous conseille de regarder, mais il y a des articles qui ressortent qui ressemblent beaucoup à ça, et ça ne me perturbe pas plus que ça, mais il est temps, sur un certain nombre de points, de donner ce qui moi m’intéresse, c’est-à-dire les vraies données chiffrées et encore une fois heureusement, je les écris toutes dans mon livre [photo de Carnets de Guerre COVID-19] ce qui permet à chacun de vérifier que ce que je vous dis je le dis avant et que c’est extrêmement précis.

Le premier point, pourquoi je vous parle des chiens, en réalité, ça a rien à voir avec les journalistes, c’est que, est en train de se développer ici une réflexion importante pour savoir comment on va pouvoir libérer les gens après toute cette grande, ce grand drame du Covid-19. Qu’est-ce qu’on va faire ? Est-ce que il va falloir aux frontières continuer à faire de la PCR même chez les gens vaccinés ce qui est le cas actuellement ? Est-ce qu’on va rajouter quelque chose ? Moi, je suis et j’étais en relation avec le ministère, pour suggérer et leur donner en priorité les détails que je vais vous donner là, ce que sont la recherche des anticorps en piquant le bout du doigt on regarde tout de suite si vous avez des anticorps ou pas des anticorps et ces anticorps permettent de savoir si vous vous défendez contre le virus et donc globalement, vous avez 4 fois moins de chance ou 5 fois moins de chances d’avoir une PCR positive si vous avez des anticorps, qu’ils soient dus à une maladie antérieure ou qu’ils soient dus à une vaccination. Cette, cette technique permettra peut-être aussi de guider la nécessité de faire des réinjections vaccinales, le fait de l’insuffisance de la réponse immunitaire, nous on a testé maintenant 1 500 personnes ce qui nous donne une idée de l’importance des anticorps qu’ont les gens non vaccinés parce qu’ils ont fait une maladie apparente ou inapparente ou parce qu’il existe des réactions avec d’autres coronavirus et donc, dans la population qu’on a testée, il y avait 15,5 % des gens qui avaient des anticorps et chez les gens qui ont reçu une vaccination une ou plusieurs doses, il y en avait 66 % qui avaient des anticorps on n’a pas encore trié suffisamment pour savoir s’il y en avait plus chez les gens qui avaient deux doses, mais de toute manière on sait qu’y a des gens qui ont été vaccinés qui ont peu d’anticorps, mais comme dans cette maladie comme dans d‘autres. Donc, voilà, ça c’est un autre, c’est un premier élément qui permettra peut-être de simplifier la vie des gens si on a eu un dosage d’anticorps fait dans les 3 mois, le risque qu’ont aie une PCR positive est relativement faible, le risque qu’on attrape la maladie est aussi diminué.

Oui, c’est pas une question de lutte entre scientifiques, le conflit entre les opinions scientifiques, c’est quelque chose qui fait partie de la, de la vie scientifique. Simplement, ce site, qui de temps en temps prend quelqu’un en grippe pour une raison ou pour une autre, harcèle les gens à un point qui devient invraisemblable, moi je vais vous donner les données, j’ai fait 3 500 publications dans ma vie, donc, jusque-là, en tout en pour tout il y avait, je ne sais pas, 7 citations jusqu’en 2019, dans PubPeer, concernant mes 3 000 papiers, mes 3 400 papiers, et puis je commence à parler de l’hydroxychloroquine, il y en a d’un coup,il y en a 25, et puis ça continue pendant l’année, et là, si vous regardez depuis avril 2012 [sic], il y a plus de 200 trucs sur PubPeer qui arrivent dont certains sont fantasques, alors, dedans, je sais bien que c’est Madame Bik et celui qui s’occupe du site en France qui laissent passer des choses qui ne devraient pas passer parce que ça n’est pas raisonnable, depuis que elle sait que j’ai porté plainte, madame Bik, a retiré 25 fois, vous imaginez, dans ces 250 fois, il y avait 25 fois, la ligne qui disait que j’étais un néo-colonialiste, alors si vous voulez ce n’est pas du débat scientifique, ça, c’est de l’outrage vous voyez, c’est outrageant, de dire une chose à quelqu’un comme moi qui ait dû former dans l’IHU un millier de personnes qui viennent du Sud. C’est outrageant pour les gens qui travaillent avec moi, c’est outrageant pour toutes les relations scientifiques internationales, déjà, ce Tattevin de la SPILF avait dit que c’était une honte que j’aie une influence sur les Africains mais dites, il faudrait que vous reveniez dans le monde. C’est plutôt les Africains qui se moquent de nous et quand on n’a pas la moindre idée de ce que c’est l’Afrique [NB: J’y habite] il faut pas venir me parler à moi de néo-colonialisme donc, au moins elle a compris, mais, qu’elle ne s’inquiète pas, on a des photos d’écran, de tout ce qu’on dit avant de commencer à organiser notre dossier on sécurise tous les documents de ce qui ont été mis, faudra bien qu’elle explique pourquoi elle a mis 25 fois que j’étais un néo-colonialiste et pourquoi elle l’a enlevé dès qu’elle a sur que je portais plainte donc au bout d’un moment ce n’est plus une querelle scientifique, pas du tout, c’est du harcèlement, il n’y a pas que celui-là, vous avez remarqué le harcèlement vient d’un peu tous les bords, ça ne m’empêche pas de dormir, mais, cela étant, il faut pas non plus s’imaginer que ça peut durer éternellement de me de m’insulter et ou de me de traiter, de me rouler dans la boue, sans que ça comporte un risque, ça comporte un risque, vous ne savez pas quand il va arriver, mais vous savez tout ce qu’on fait a des conséquences, donc il faut faire attention. Ma mère disait une chose, parce que j’ai beaucoup vécu en Afrique, quand je faisais l’imbécile et quand j’étais petit elle me disait « Didier, tu chasses au buffle, tu chasses au buffle, c’est les animaux les plus dangereux de la brousse, il faut faire attention ». Donc je vous le dis, ne m’embêtez pas trop parce que vous chassez au buffle. Et donc, je ne vais pas me laisser faire et les actions que vous avez auront des conséquences qui viendront quand elles viendront sous la forme qu’elles viendront, sur laquelle elles viendront, mais vous ne pouvez pas imaginer que l’on va me donner des coups et que je vais vous dire merci. »