ChineDiplomatieEurope de l'EstGéopolitiqueGuerre UkraineHistoireInternationalOTANPolitiqueRussieUkraineVladimir PoutineXi Jiping

Vu de Moscou et Pékin : à quoi ressemblent la paix en Ukraine et un monde post-conflit pour Xi Jiping et Vladimir Poutine ?

par Ronald Suny, Professor of History and Political Science, University of Michigan, États-Unis

Quelques jours à peine après avoir été qualifié de criminel de guerre dans le cadre d’un mandat d’arrêt international, le président russe Vladimir Poutine parlait de paix avec son principal allié, le président chinois Xi Jinping.

Le cadre de cette rencontre était la Chambre à facettes, datant de la fin du XVe siècle, la salle du trône ornée des grands princes et tsars moscovites. Les principaux sujets de discussion étaient, comme il se doit, grandioses : comment mettre fin aux hostilités en Ukraine ? Et une fois la guerre terminée, comment remodeler le système de sécurité international ?

La réaction de nombreux Occidentaux aux propositions avancées par la Chine et discutées avec la Russie a été particulièrement méfiante. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a averti le monde de ne pas être « dupe d’une manœuvre tactique de la Russie, soutenue par la Chine … pour geler la guerre à ses propres conditions ».

Un tel sentiment est compréhensible. Vladimir Poutine a lancé une guerre brutale et non provoquée en Ukraine. Dans un contexte émotionnel exacerbé par les attaques de missiles contre des civils, les atrocités commises contre des citoyens ordinaires et la déportation d’enfants d’Ukraine, même une évaluation froide des moyens de mettre fin aux combats, de déclarer un cessez-le-feu et d’entamer des pourparlers entre les belligérants a donné lieu à des accusations d’apaisement.
Le plan de paix proposé par la Chine le 24 février 2023 et discuté avec Poutine lors d’une réunion qui s’est tenue du 20 au 22 mars à Moscou a été critiqué comme étant trop vague et manquant de suggestions concrètes.

Dans de telles circonstances, il peut être difficile d’envisager l’intérêt de l’autre partie à mettre fin à la tuerie, et la sincérité de ses prétendus efforts en ce sens.

Mais en tant qu’historien, je pose la question suivante : à quoi ressemble le monde vu de l’autre côté ? Comment les préparatifs de la guerre et la guerre elle-même ont-ils été compris par la Russie et la Chine ? Et comment Xi Jiping et Vladimir Poutine envisagent-ils un monde post-conflit ?

Respecter les règles – mais celles de qui ?

Les dirigeants de la Russie et de la Chine considèrent que l' »ordre international fondé sur des règles » dominé par l’Occident, un système qui domine la géopolitique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, est conçu pour maintenir l’hégémonie mondiale des États-Unis.

La préférence déclarée des deux hommes va à un système multilatéral, qui aboutirait très probablement à un certain nombre d’hégémons régionaux. Cela inclurait, bien sûr, la Chine et la Russie qui se maintiendraient dans leur propre voisinage.

Lors de son voyage à Moscou, Xi a abordé la question de manière plutôt douce : « La communauté internationale a reconnu qu’aucun pays n’est supérieur aux autres, qu’aucun modèle de gouvernance n’est universel et qu’aucun pays ne doit dicter l’ordre international. L’intérêt commun de l’humanité tout entière réside dans un monde uni et pacifique, plutôt que divisé et volatile« .

Reflétant son style plus musclé, M. Poutine s’est montré plus acéré. La Russie et la Chine « ont toujours plaidé en faveur de l’instauration d’un ordre mondial multipolaire plus juste, fondé sur le droit international plutôt que sur certaines « règles«  répondant aux besoins du « milliard d’or«  » , a-t-il déclaré, faisant référence à une théorie selon laquelle le milliard de personnes vivant dans les pays les plus riches du monde consomme la plus grande partie des ressources de la planète.

Poursuivant dans la même veine, Vladimir Poutine a déclaré que la « crise en Ukraine » était un exemple de l’Occident qui tente de « conserver sa domination internationale et de préserver l’ordre mondial unipolaire » tout en divisant « l’espace eurasien commun en un réseau de « clubs exclusifs » et de blocs militaires qui serviraient à contenir le développement de nos pays et à nuire à leurs intérêts« .

La Chine comme artisan de la paix ?

Pékin semble vouloir jouer le rôle de négociateur en chef dans cette transition vers un ordre mondial multipolaire.

Après avoir réussi à écarter les États-Unis et à jouer l’intermédiaire d’un rapprochement entre l’Iran et l’Arabie saoudite, la Chine s’est intéressée à l’Ukraine.

Avec sa proposition de paix sur l’Ukraine, la Chine a habilement établi certains principes auxquels d’autres nations s’empresseraient de souscrire.

« La souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de tous les pays doivent être défendues efficacement. Tous les pays, grands ou petits, forts ou faibles, riches ou pauvres, sont des membres égaux de la communauté internationale« , affirme le premier principe dans un langage auquel il serait difficile de s’opposer.

Mais ces phrases anodines vont dans deux directions à la fois. Le respect de la souveraineté semble d’abord viser la Russie, un an après qu’elle a si clairement violé la souveraineté de l’Ukraine voisine. Mais le principe peut également être interprété comme incluant le conflit sur Taïwan, qui est reconnu par Pékin et certains autres États comme faisant partie de la Chine. Ce n’est peut-être pas un hasard si la formulation du plan intervient alors que les États-Unis, qui reconnaissent officiellement les revendications de la Chine sur Taïwan, ont durci leur position, s’engageant à défendre l’île en cas d’invasion. Pour Pékin, les États-Unis semblent vouloir transformer un rival, la Chine, en ennemi.

La Chine affirme que les nations ont le droit de renforcer leur sécurité, mais pas au détriment des autres. Ce principe fait directement écho à l’une des raisons les plus fréquemment invoquées par Poutine pour justifier le conflit avec l’Ukraine : l’expansion de l’OTAN en Europe de l’Est et la promesse de l’alliance de s’étendre davantage en admettant la Géorgie et l’Ukraine. Pour Poutine, cet empiétement de l’OTAN constitue une menace existentielle pour les intérêts de la Russie en matière de sécurité.

Mais le plan chinois rejette également les coups de sabre nucléaires de Vladimir Poutine : « La menace ou l’utilisation d’armes nucléaires doit être combattue« .

Par ailleurs, les Chinois insistent fortement sur la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat et de l’ouverture de négociations, un appel que Washington a rejeté avec véhémence, estimant qu’il s’agissait d’une concession qui équivalait à une « couverture diplomatique permettant à la Russie de continuer à commettre » des crimes de guerre.

De quoi la Russie se contentera-t-elle ?

Les objectifs de la Russie dans la guerre en Ukraine sont assez simples à disséquer, bien qu’ils aient été réduits après la résistance efficace des Ukrainiens à l’invasion initiale.

Au lieu de s’emparer de toute l’Ukraine, et peut-être de mettre en place un gouvernement fantoche, Moscou a été contraint d’accepter des gains territoriaux limités dans le Donbas et le croissant côtier reliant la région et la Russie à la Crimée. Aussi réduits soient-ils, ces objectifs russes sont totalement inacceptables pour l’Ukraine et l’alliance occidentale – et, en fait, pour tous les pays qui acceptent le principe selon lequel les frontières internationales ne peuvent être légitimement modifiées unilatéralement par la force militaire.

Bien qu’il ne soit pas clairement énoncé, ce principe est même contenu dans la toute première phrase du plan de paix chinois : « Le droit international universellement reconnu, y compris les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies, doit être strictement respecté ».

Malgré cela, Poutine a salué l’intervention de la Chine et le plan dans ses grandes lignes.

Ambitions mondiales rivales

Quel est donc l’intérêt pour Pékin, étant donné que pour beaucoup, le plan de paix est déjà voué à l’échec ?

Le conflit en Ukraine n’est pas seulement dévastateur pour les deux belligérants impliqués, il est aussi déstabilisant pour les États du monde entier. À court terme, la Chine pourrait tirer profit de la guerre, car elle accapare l’attention et les armements de l’Occident et détourne son regard de l’Asie de l’Est. Le « pivot vers l’Est » des États-Unis, un recentrage prévu par l’administration Obama pour contrer la menace perçue de la Chine, est au point mort.

Mais il est permis de penser que Xi Jiping est surtout préoccupé par le renouveau du développement économique de la Chine, qui reposerait sur des relations moins conflictuelles avec l’Europe et les États-Unis. La stabilité, tant au niveau national qu’international, est un avantage économique pour la Chine en tant que producteur et exportateur majeur de biens industriels. Pékin est conscient que l’effondrement de la demande et des investissements étrangers pèse sur les perspectives économiques du pays.

Ainsi, le nouveau rôle de Pékin en tant qu’artisan de la paix, que ce soit au Moyen-Orient ou en Europe de l’Est, pourrait bien être sincère. En outre, Xi Jiping est peut-être la seule personne au monde capable de persuader Vladimir Poutine de réfléchir sérieusement à une issue à la guerre.

L’intransigeance actuelle de la Russie et de l’Ukraine n’est pas le seul obstacle à la paix. L’objectif de longue date de la politique étrangère des États-Unis, qui consiste à maintenir leur statut de « nation indispensable« , va à l’encontre de l’ambition de la Russie et de la Chine de mettre fin à la domination mondiale des États-Unis.

Cela représente deux ambitions rivales apparemment insurmontables.

Image d’en-tête : rencontre Xi Jiping et Vladimir Poutine à Moscou le 21 mars 2023 – capture TV

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, cet article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui d’une rédaction qui se mobilise pour produire et diffuser des contenus de qualité. Qui paie ? vous, uniquement, pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.

Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 − 11 =