Bière, beignets et loterie d’un million de dollars : comment les incitations à la vaccination et d’autres outils comportementaux peuvent aider les États-Unis à atteindre l’immunité collective

Bière, beignets et loterie d’un million de dollars : comment les incitations à la vaccination et d’autres outils comportementaux peuvent aider les États-Unis à atteindre l’immunité collective

21 mai 2021 0 Par e-Citizen

Par Isabelle Brocas, Professeure d’Économie, USC Dornsife College of Letters, Arts and Science, University of Southern California et Directrice du Los Angeles Behavioral Economics Laboratory

Un nombre croissant d’États, de villes et d’entreprises proposent des incitations pour encourager les personnes à se faire vacciner. Et les incitations sont de plus en plus importantes.

Le New Jersey, par exemple, offre une bière gratuite à tous ceux qui peuvent prouver qu’ils ont été vaccinés. Le Maryland offre 100 dollars aux employés de l’État, tandis que Lancaster, en Californie, tente d’encourager les adolescents à se faire vacciner en les inscrivant à une tombola pour des bourses d’études universitaires d’une valeur maximale de 10 000 dollars. Pour ne pas être en reste, l’Ohio a annoncé le 12 mai 2021 qu’il créait une loterie dont les prix peuvent aller jusqu’à une bourse d’études complète de quatre ans pour les adolescents nouvellement vaccinés et un million de dollars pour les adultes.

Pendant ce temps, les entreprises offrent tout, des congés payés aux cartes-cadeaux en passant par les beignets, les hamburgers et les frites.

Bien sûr, la grande question est de savoir si tout cela va fonctionner.

Les enjeux ne pourraient pas être plus importants. Les autorités sanitaires affirment que l’immunité collective est essentielle pour mettre fin à la pandémie, ce qui signifie que 60 à 90 % d’une population donnée doit être vaccinée, y compris les enfants. Mais des enquêtes récentes suggèrent que plus d’un tiers des adultes au moins sont réticents à se faire vacciner.

Alors que les économistes comportementaux étudient généralement les décisions des personnes et l’effet des incitations sur leur comportement, mes recherches au Los Angeles Behavioral Economics Laboratory se concentrent davantage sur les raisons pour lesquelles ils prennent ces décisions. Je pense que les incitations peuvent fonctionner, mais les décideurs disposent également de deux autres outils importants dans leur boîte à outils comportementale.

Comment nous prenons nos décisions

La prise de décision est guidée par le fait que les gens perçoivent une option comme étant gratifiante ou déplaisante.

Nous évaluons les décisions en fonction de la manière dont nous encodons et nous souvenons de nos expériences personnelles, du coût que nous ressentons à choisir une voie ou une autre et de la manière dont nous traitons les informations qui nous entourent. En outre, les différentes communautés dans lesquelles nous vivons peuvent renforcer certains messages plutôt que d’autres.

L’intention de se faire vacciner peut être influencée par des facteurs tels que le niveau d’éducation, les croyances religieuses ou l’affiliation politique.

Certaines des raisons invoquées par les personnes pour ne pas vouloir se faire vacciner peuvent probablement être traitées, tandis que d’autres peuvent être insurmontables. Mais pour inciter les gens à prendre des décisions qu’ils ne sont pas disposés à prendre, il faut modifier leurs motivations.

Donner aux personnes une incitation

Les incitations économiques sont un moyen d’y parvenir.

Les incitations économiques peuvent rendre une décision plus agréable en offrant des récompenses ou en réduisant les coûts. Parmi les exemples récents d’efforts visant à rendre la vaccination plus gratifiante, citons l’offre de bons d’épargne, de coupons, de billets pour des matchs de baseball et des articles gratuits dans les magasins.

Ces incitations ciblent les personnes qui pensent qu’elles n’ont pas besoin d’un vaccin COVID-19, qui ne se font généralement pas vacciner pour des raisons non idéologiques ou qui trouvent cela peu pratique.

Des enquêtes récentes suggèrent que ces tactiques pourraient être efficaces. Un sondage récent a révélé que 47 % des personnes qui souhaitent ” attendre et voir ” les vaccins ont déclaré que des congés payés pour se faire vacciner les inciterait à le faire. Et 39 % ont déclaré qu’une incitation financière de 200 dollars ferait l’affaire.

Le problème des États offrant des paiements en espèces ou des gains de loterie est que les gens peuvent les interpréter comme un signal indiquant que le vaccin est dangereux, renforçant peut-être leurs propres croyances. Les recherches suggèrent également que les avantages peuvent être plus efficaces que l’argent liquide et peuvent être une bonne alternative pour les États et les entreprises.

Des nouvelles que vous pouvez utiliser

Mais les incitations ne sont pas le seul moyen pour les gouvernements de faire changer les d’avis les personnes.

Les campagnes d’information constituent une alternative intéressante. Elles visent à faire évoluer les croyances et les opinions en apportant des connaissances et en sensibilisant les personnes à certains éléments de la décision qui leur auraient échappé. Il s’agit notamment de divulguer les résultats des essais cliniques ou d’expliquer comment les vaccins à ARNm fonctionnent chez les jeunes de 12 à 15 ans qui sont désormais éligibles.

Les personnes qui craignent que les essais cliniques aient été bâclés et qui hésitent encore pourraient répondre favorablement à des campagnes d’information démontrant les effets des vaccins sur la population américaine et ailleurs. Ces campagnes pourraient également être associées à des incitations, par exemple en invitant les personnes à regarder des vidéos d’information, puis en les récompensant par des crédits qu’ils peuvent utiliser dans des magasins locaux.

Ce type d’incitation est moins susceptible de fonctionner avec les personnes qui ne font pas confiance aux sources d’information qui contredisent leurs opinions ou dont l’opposition au vaccin est idéologique.

Un petit coup de pouce

Si les incitations et l’offre d’information ne fonctionnent pas, une autre option est le coup de pouce (“nudge”), un terme popularisé par l’économiste comportementaliste Richard Thaler et le juriste Cass Sunstein.

Les “nudges” utilisent le renforcement positif ou des suggestions indirectes pour influencer le comportement, par exemple en tirant parti de la pression des pairs ou en facilitant l’adoption d’un certain choix. La recherche montre qu’ils peuvent être très efficaces. Par exemple, le fait de demander aux gens de se retirer d’un plan 401(k) d’entreprise plutôt que d’y participer a entraîné une augmentation substantielle du nombre de personnes épargnant pour leur retraite.=)o

De nombreuses personnes incitent déjà leurs amis et collègues de leur réseau social à se faire vacciner en publiant sur Twitter et Facebook des photos d’eux en train de se faire vacciner, en train de fêter l’événement ou tenant leur carte de vaccination. Les responsables politiques pourraient également promouvoir la vaccination en montrant que d’autres personnes de la même communauté se sont déjà fait vacciner.

Les gouvernements pourraient également faciliter l’accès à la vaccination en ajoutant, par exemple, des centres de vaccination dans les stations de métro.

Les “nudges” sont intéressants car ils ne coûtent pas aussi cher que les incitations économiques. Ils peuvent également contribuer à changer les habitudes et ont parfois des effets persistants. Cependant, les nudges fonctionnent mieux si les gens sont d’accord avec le résultat final.


Persuader ceux qui sont susceptibles d’être persuadés

Il y a peu de chances d’inciter les personnes qui sont opposées au vaccin ou dont les objections reposent sur des théories du complot. Parce qu’il est dans leur intérêt de promouvoir ces opinions, ou parce qu’ils sont convaincus d’avoir raison, ils résisteront aux incitations économiques, ne tiendront pas compte des campagnes d’information et refuseront d’être poussés dans une direction opposée à leurs convictions.

Cependant, il semble y avoir un espoir de persuader un grand nombre des hésitants ou des réticents. Une enquête récente menée auprès de ces catégories de personnes a révélé qu’environ 20 % des répondants se feraient vacciner après que des personnes de leur entourage l’aient fait.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont récemment offert un autre type de motivation en déclarant que les personnes vaccinées pouvaient se passer de masque dans la plupart des environnements, y compris à l’intérieur. Un autre sondage récent a suggéré que cela pourrait être efficace sur les républicains, qui étaient beaucoup plus susceptibles d’être prêts à se faire vacciner si cela signifiait qu’ils ne devaient plus porter de masque.

Je pense qu’une combinaison d’incitations et d’autres motivations a de bonnes chances d’aider les États-Unis à atteindre l’immunité collective et à mettre fin à la pandémie.

Traduit par Citizen4Science, lien vers l’article original – The Conversation
Photo :Loren Wohl/AP Images for Krispy Kreme Doughnuts