Par Peter Bernstein @peterberns10 apothicaire assermenté non exerçant. Formateur. Gérant. Membre de Citizen4Science

Les acteurs de terrain (médecins/pharmaciens qui vaccinent) on encore une fois dû être heureux d’apprendre par la presse une information ayant un impact majeur sur leur activité : l’exclusion des patients de 50 à 54 ans de la vaccination AstraZeneca.

C’est Nicolas Berrod, journaliste au Parisien, qui publie un thread à 13h assorti d’un article du quotidien :
https://twitter.com/nicolasberrod/status/1372877687962877958
Le rapport cité dans ce thread posté il y a 6 heures, et qui semble porter la mention « confidentiel » en filigrane, vient tout juste d’être publié par la HAS (le filigrane, quoi qu’il dise a disparu), faisant suite à l’e-mail DGS-Urgent résumant son contenu, reçu lui vers 16h.

Cela oblige les professionnels de santé à déprogrammer les rendez-vous de patients âgés de moins de 55 ans, qui pour certains avaient REPRIS rendez-vous… après s’être déjà vu déprogrammés lundi suite à la suspension du vaccin AstraZeneca. Tant pis. Ils re-reprendront rendez-vous plus tard.
Il serait heureux que les autorités de santé prennent en considération l’impact que la fuite (si c’en est une) de ce genre d’infos, non encore officielles peut avoir sur l’activité de professionnels travaillant déjà dans des conditions extrêmement tendues.
Que les journalistes relayent des infos confidentielles, c’est une chose, ils font leur taf. Même si avant de publier ce genre d’infos sensibles ils pouvaient évaluer les conséquences que cela aura pour les acteurs de terrain …
C’est le fait que ce rapport ait été diffusé aux journalistes avant que les professionnels directement concernés par son contenu en aient connaissance qui est inacceptable. D’autant plus en considérant le contexte actuel !
Cela s’ajoute à une communication erratique et difficilement compréhensible de la part des autorités de tutelle des soignants, les emails DGS Urgent en étant un exemple souvent moqué sur le réseau…

Olivier Véran a bien tweeté l’info à peu près au même moment sans pour autant expliquer pourquoi on passait de 50 à 54 ans (cela devait aller de soi), mais tous les soignants ne sont pas au courant sur Twitter !

Donc merci @olivierveran, @AlerteSanitaire & @HAS_sante de prendre un peu plus en considération l’impact que votre façon de communiquer peut avoir sur le quotidien des acteurs de terrain !

Quant aux citoyens non heureux destinataires des DGS urgents : il aura fallu attendre 18h pour voir l’avis de la HAS publié sur sont site internet…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 15 =