Decorative image Arret bus edito hebdo science infuse

Éditorial – 9/11/2022

L’indignation douteuse sur Twitter face à la reprise par Elon Musk

En moins d’une semaine, le nouveau propriétaire de Twitter Elon Musk, l’homme le plus riche du monde, s’est mis directement aux commandes de la plateforme en se bombardant PDG et officiellement bureau des doléances (chief « hotline ») face au public Twitter. Il a commencé par annoncer que le « macaron bleu » de certification Twitter serait désormais acquis pour la modique somme de 8 dollars américains par mois.

Il a justifié ce projet par le fait qu’il est injuste, classant les twittos en princes ou manants, sur des critères de « notoriété » complètement internes à la firme de l’oiseau bleu. Le compte officiel de Citizen4Science avait d’ailleurs immédiatement réagi en exprimant qu’un système transparent même payant valait mieux qu’un système opaque totalement incompréhensible. L’association s’était ensuite amusée de la tactique très fine d’Elon Musk de continuer à faire passer tout simplement un abonnement payant à son réseau pour le convoité « blue check », alors qu’il ne s’agit de rien d’autre que de payer pour le service.
La technique qui porte à confusion est particulièrement bien trouvée d’un point de vue marketing, tant de twittos étant des travailleurs du like dont la quête est d’obtenir le fameux label assimilé à la notoriété. Des « travailleurs du like » des réseaux sociaux, nés pendant la crise sanitaire notamment et sous couvert de défense de la science, vont jusqu’à se créer des profils autobiographiques à leur gloire sur Wikipédia pour obtenir le statut de célébrité permettant d’obtenir le sésame bleu.

Et puis il y a les vraies célébrités, qui se voient dégradées si le « peuple » obtient la coche bleu. Le célèbre et excellent romancier américain Stephen King a marqué le coup avec une attaque publique d’Elon Musk et de son nouvel abonnement Blue ouvert à tous. Il n’est pas le seul parmi les personnalités labellisées.

Il y a évidemment beaucoup de motifs d’inquiétude face à certaines déclarations d’Elon Musk, par exemple quand il parle de « journalisme citoyen » et de pouvoir au peuple. Par exemple, il a déclaré que la mission de Twitter était de fournir des informations les plus précises/exactes possibles. Quand un twitto a demandé sur quelle base on juge de la précision ou exactitude d’une information, il a répondu que c’est l’avis de la communauté des utilisateurs qui en jugerait. Cela ouvre la porte à une dérive populiste, reléguant la science et le journalisme à des opinions parmi d’autres, et les faits étant relégués au placard.

Néanmoins, les internautes du réseau qui clament leur indignation le font-ils de façon sincère, ou pour cultiver leur fan base ? On le sait, l’indignation rapporte des « like ». D’ailleurs, nous avons vu dans la communauté des « médecins twitter » et autres « nofakemed » sectarisés ou politisés, un indigné virulent opter pour une fuite courageuse sur le réseau alternatif Mastodon, retourner sa veste dès le lendemain pour finalement dire qu’il envisageait de payer les 8 dollars. Et oui, l’appel de la coche bleue fait tilt dans la tête des travailleurs du like. Elon Musk le sait, il l’exploite subtilement en bon chef d’entreprise.

La coche bleue et les rêves d’être un influenceur à portée pour quelques euros… on râle, on boude, on fait mine de quitter la scène, puis… on paie. Et au passage, ça fait tourner les algos. What else?

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
19 × 12 =