Par Mathieu Molimard, Professeur de Pharmacologie Président du CCM Pellegrin, Chef du Service de Pharmacologie Médicale, CHU Bordeaux – Membre fondateur de Citizen4Science

 

Fin février 2021
Les vaccins ont démontré leur bénéfice sur la prévention des formes symptomatiques.
Les vaccins
n’ont pas démontré leur effet sur la réduction de la transmission de la Covid.

Le vaccin par voie injectable induit des anticorps IgG et IgM et a priori pas d’anticorps IgA dans les secrétions.
L’absence de ces IgA sécrétoires peut-elle être à l’origine de la persistance du virus dans les secrétions et l’origine d’un portage asymptomatique ?

Il existe une possibilité un portage asymptomatique possible démontré après vaccination.

Pour des bactéries (coqueluche, méningite) car les bactéries peuvent survivre à la surface des cellules Pour des virus digestifs (poliomyélite)

Il n’y a aucun exemple d’absence de portage asymptomatique chronique (porteur sain) de virus après vaccination efficace pour des virus respiratoire.

Chez le vacciné le virus est -il repéré dès il rentre dans les cellules des voies aériennes pour s’y
multiplier ?

Sur un modèle animal de singe :

La vaccination permet d’éliminer des voies aériennes, en moins de 2 jours, le virus que l’on a inoculé par voie nasale.

Le vaccin mRNA-1273 de Moderna semble réduire de 2/3 le portage asymptomatique dès la première injection.

Cela doit être confirmé par une étude ad hoc et après la deuxième injection.

En vraie vie en Israël, l’efficacité du vaccin BNT162b2 mRNA de Pfizer pour prévenir l’infection asymptomatique est de 90 % (IC à 95 %, 83 à 94) 7 jours ou plus après la deuxième dose.

Pour le vaccin ChAdOx1 nCoV-19 d’AstraZeneca :

La dose standard du vaccin a réduit la positivité de la PCR de 67 % et, après la deuxième dose. Il réduirait le nombre d’individus infectés dans la population.

Cependant, pour les asymptomatiques spécifiquement, l’analyse n’a été faite que sur un sous-groupe avec un trop petit nombre de cas pour conclure sans risque.

Pour le vaccin Ad26.COV2.S de Janssen :

Une seule dose réduirait de 74 % la survenue d’une infection asymptomatique.

En population chez 39 156 patients asymptomatiques qui ont fait une PCR systématique, la vaccination a réduit de 80% la probabilité d’être positif après la deuxième dose.

La vaccination des personnes de plus de 75 ans a permis de réduire l’incidence la maladie et le taux de positivité dans cette tranche d’âge alors qu’elle augmente chez les autres.

On peut dire maintenant que non seulement les vaccins préviennent la survenue des formes symptomatiques

  • mais aussi qu’ils préviennent aussi les formes asymptomatiques
  • qu’ils cassent la dynamique de l’épidémie

ATTENTION !

Aucun vaccin n’est efficace à 100 %.

Tant que le nombre de cas n’aura pas diminué et qu’une grande proportion de la population n’aura pas été vaccinée….

GARDEZ LES MESURES BARRIÈRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 12 =