Virus de Marburg : il est urgent de contenir ce proche cousin d’Ebola

Virus de Marburg : il est urgent de contenir ce proche cousin d’Ebola

26 juillet 2022 0 Par La Rédaction

par Oyewale Tomori, Fellow, Nigerian Academy of Science

En juillet 2022, le Ghana a confirmé ses deux premiers cas du virus de Marburg mortels , une maladie hautement infectieuse de la même famille que le virus à l’origine d’Ebola. le virologue Oyewale Tomori nous éclaire sur son origine et sur la manière dont on peut se protéger contre la maladie.

Qu’est-ce que le virus de Marburg et d’où vient-il ?

Le virus de Marbourg est à l’origine de la maladie virale de Marburg (MVD), anciennement appelée fièvre hémorragique de Marburg. Ce virus, qui appartient à la même famille que le virus Ebola, provoque une grave fièvre hémorragique virale chez l’homme avec un taux moyen de létalité d’environ 50 %. Ce taux a varié entre 24 % et 88 % dans différentes épidémies, en fonction de la souche virale et de la gestion des cas.

La maladie a été signalée pour la première fois en 1967 dans une ville appelée Marburg en Allemagne et à Belgrade, en Yougoslavie (aujourd’hui Serbie). Les deux villes ont connu des épidémies simultanées. Elle provenait de singes importés d’Ouganda pour des études de laboratoire à Marburg. Le personnel de laboratoire a été infecté en travaillant avec du matériel (sang, tissus et cellules) provenant des singes. Sur les 31 cas associés à ces épidémies, sept personnes sont décédées.

Après les flambées initiales, d’autres cas ont été signalés dans différentes parties du monde. La plupart étaient en Afrique – Ouganda, République démocratique du Congo, Kenya, Afrique du Sud et, plus récemment, en Guinée et au Ghana. Des études sérologiques ont également révélé des preuves d’une ancienne infection par le virus de Marburg au Nigeria.

Bien que l’hôte, ou réservoir, du virus n’ait pas été identifié de manière concluante, le virus a été associé aux chauves-souris frugivores. En 2008, deux cas indépendants ont été signalés chez des voyageurs qui avaient visité une grotte habitée par des colonies de chauves-souris Rousettus en Ouganda.

Comment se propage-t-il ?

Elle se propage par contact avec des matériaux (fluides, sang, tissus et cellules) d’un hôte ou d’un réservoir infecté. Dans le cas des singes d’Ouganda importés à Marburg, le personnel de laboratoire a manifestement été infecté par contact avec les tissus et le sang des singes.

Il peut également y avoir une transmission interhumaine par contact direct (à travers la peau ou les muqueuses) avec le sang, les sécrétions, les organes ou autres fluides corporels de personnes infectées, ainsi qu’avec des surfaces et des matériaux. Cela inclut les matériaux comme la literie et les vêtements contaminés par ces fluides.

Mais il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas. Par exemple, si le contact avec les excréments de chauve-souris dans les grottes peut provoquer des infections chez les personnes.

Quels sont les symptômes ? Et quelle peut être leur gravité ?

Après une période d’incubation de 2 à 21 jours, la maladie se manifeste soudainement par de la fièvre, des frissons, des céphalées et des myalgies.

Vers le cinquième jour après l’apparition des symptômes, une éruption maculopapuleuse, plus marquée sur le tronc (thorax, dos, ventre), peut apparaître. Des nausées, des vomissements, des douleurs thoraciques, un mal de gorge, des douleurs abdominales et des diarrhées peuvent apparaître. Les symptômes deviennent de plus en plus graves et peuvent inclure une jaunisse, une inflammation du pancréas, une perte de poids importante, un délire, un choc, une insuffisance hépatique, une hémorragie massive et un dysfonctionnement de plusieurs organes.

Le taux de mortalité est d’environ 50 %, et peut atteindre 88 % ou 20 %.

Cela nous indique qu’il s’agit d’une infection assez grave. Les deux personnes infectées au Ghana sont toutes deux décédées.

Peut-on traiter ?

Pas vraiment, mais des soins de soutien précoces avec réhydratation et traitement symptomatique améliorent la survie.

Que peuvent faire les personnes pour se protéger ?

Éviter autant que possible l’exposition au virus et se protéger contre les écoulements provenant de personnes infectées.

En outre, en raison des similitudes entre les symptômes de nombreuses maladies fébrile hémorragiques, en particulier durant les premiers stades, il est nécessaire d’obtenir une confirmation fiable en laboratoire d’un cas d’infection par le virus de Marbourg. Et une fois que cela est fait – comme pour Ebola – la personne doit immédiatement être isolée et éviter tout contact avec d’autres personnes.

Que faut-il faire pour que le virus ne se propage pas ?

Il n’y a pas de vacances pour les épidémies de maladies. Cela signifie qu’en tant que pays, la surveillance ne peut pas faire de pause ou prendre des vacances.

Étant donné qu’il y a eu des cas au Ghana, il est temps d’être en alerte. Un dépistage approprié s’impose. Les arrivées en provenance du Ghana et d’autres pays d’Afrique occidentale doivent être contrôlées aux points d’entrée.

Malheureusement, il semble que personne n’y pense actuellement. L’attitude semble être : oh, il n’y a que deux cas au Ghana [un troisième cas a été déclaré ce jour, ndlr].

Mais je pense que c’est le meilleur moment pour être en alerte aux points d’entrée, surtout pour les personnes venant de pays où des cas sont signalés. Des études menées au Nigeria dans les années 1980 et plus récemment dans les années 1990 ont apporté la preuve de possibles infections antérieures par le virus de Marburg – ou un virus apparenté – dans certaines populations nigérianes. Cela me porte à croire que le virus est probablement plus répandu que nous le pensons. Nous avons besoin d’une amélioration du diagnostic qui puisse nous aider à faire la détection aussi rapidement et aussi efficacement que possible.

En outre, les pays doivent améliorer la surveillance des maladies et le diagnostic en laboratoire afin de renforcer et d’améliorer la capacité à établir un diagnostic plus définitif des infections par la fièvre hémorragique virale.

Article paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction.

Image d’en-tête : Particules virales Marburg vue par microscopie électronique en transmission (TEM), montrant leur configuration typique en crochet. Source : Wikipédia

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante