L’effondrement de FTX est le reflet d’un scandale financier britannique infâme du 18e siècle.

par Amy Froide, Professor of History, University of Maryland, Baltimore County, États-Unis

Dans le capitalisme moderne, il semble que les histoires d’entreprises et de dirigeants qui se livrent à des fraudes et escroquent leurs investisseurs se produisent comme le changement des saisons.

En fait, ces scandales remontent aux origines des sociétés cotées en bourse, lorsque les premiers agents de change ont acheté et vendu des actions de sociétés et des titres d’État dans les cafés de l’Exchange Alley de Londres, dans les années 1700.

En tant qu’historienne de la finance au XVIIIe siècle, je suis frappée par les similitudes entre ce que l’on appelle le scandale de la Charitable Corporation et l’effondrement récent de FTX.

Une noble cause

La Charitable Corporation a été fondée à Londres en 1707 avec la noble mission de « soulager les pauvres travailleurs en leur accordant de petites sommes à un taux d’intérêt légal ».

Elle cherchait essentiellement à fournir des prêts à faible taux d’intérêt aux commerçants pauvres, les protégeant ainsi des prêteurs sur gage prédateurs qui demandaient jusqu’à 30 % d’intérêts. La société accordait des prêts au taux de 5 % en échange d’un gage de propriété comme garantie.

La Charitable Corporation s’inspirait des Monti di Pietà (monts de piété), une institution de crédit charitable créée dans les pays catholiques à l’époque de la Renaissance pour lutter contre l’usure, c’est-à-dire les taux d’intérêt élevés.

Cependant, contrairement au Monti di Pietà, la version britannique – malgré son nom – n’était pas une organisation à but non lucratif. Il s’agissait plutôt d’une entreprise commerciale. L’entreprise était financée par l’offre d’actions à des investisseurs qui, en retour, gagnaient de l’argent tout en faisant le bien. Dans le cadre de sa mission initiale, c’était comme une version du 18e siècle de l’investissement socialement responsable d’aujourd’hui, ou « fonds d’investissement durable ».

Le pillage du fonds

En 1725, la Charitable Corporation s’est détournée de sa mission initiale lorsqu’un nouveau conseil d’administration a pris le relais.

Ces hommes ont fait de la société leur propre tirelire, y puisant de l’argent pour acheter des actions et soutenir leurs autres entreprises. Dans le même temps, les employés de la société ont commencé à commettre des fraudes : Les contrôles de sécurité ont cessé, les livres étaient tenus de manière irrégulière et les promesses de dons n’étaient pas enregistrées.

Les enquêteurs ont fini par découvrir qu’il manquait 400 000 £ [450 000 euros, ndlr] ou plus de capital, soit environ 108 millions de dollars américains d’aujourd’hui [102 milliions d’euros, ndlr].

À l’automne 1731, des rumeurs ont commencé à circuler sur la solvabilité de la Charitable Corporation. L’entrepositaire de l’époque, John Thomson, qui était chargé de tous les prêts et gages, mais aussi en cheville avec les cinq administrateurs frauduleux, a caché les livres de la société et a fui le pays.

Let ’em be ruined so we are made,’ dit un homme dans une gravure satirique de 1734 critiquant la Charitable Corporation et ses liens avec le gouvernement. © The Trustees of the British Museum

The London Gazette – logo en 1731

Lors de la réunion trimestrielle des actionnaires, ils ont découvert que l’argent, les promesses et les comptes avaient tous disparu. C’est alors que les propriétaires des actions de la Charitable Corporation ont fait appel au Parlement britannique pour obtenir réparation. Un tiers des pétitionnaires étaient des femmes, une proportion qui correspondait au pourcentage de femmes détenant des actions de la Charitable Corporation.

De nombreuses femmes ont été attirées par la société en raison de sa mission publique consistant à accorder de petits prêts aux travailleurs. Il est également possible qu’elles aient été intentionnellement ciblées pour la fraude.

L’enquête parlementaire a conduit à diverses accusations contre les dirigeants et les employés de la Charitable Corporation. Nombre d’entre eux sont contraints de comparaître devant le Parlement et sont arrêtés s’ils ne le font pas. Les dirigeants et les employés jugés les plus responsables de la fraude de 1732, comme William Burroughs, voient leurs biens saisis et inventoriés afin d’aider à rembourser les pertes des actionnaires.

Des procédures de faillite sont engagées contre le banquier et courtier, George Robinson, et l’entrepositaire, Thomson. Sir Robert Sutton et Sir Archibald Grant ont tous deux été expulsés de la Chambre des communes, Archibald Grant ne pouvant quitter le pays et Robert Sutton étant finalement poursuivi devant plusieurs tribunaux.

En fin de compte, les actionnaires ont reçu un renflouement partiel du gouvernement – le Parlement a autorisé une loterie qui ne remboursait que 40 % de ce que les créanciers de la société avaient perdu.

Le risque de la concentration des pouvoirs

Plusieurs caractéristiques clés ressortent de l’effondrement de la Charitable Corporation et de FTX. Les deux entreprises offraient quelque chose de nouveau ou s’aventuraient dans un nouveau secteur. Dans le cas de la première, il s’agissait de microcrédits. Dans le cas de FTX, c’était les crypto-monnaies.

Pendant ce temps, la gestion des deux entreprises était centralisée entre les mains de quelques personnes seulement. La Charitable Corporation a eu des problèmes lorsqu’elle a réduit le nombre de ses directeurs de 12 à 5 et lorsqu’elle a consolidé la plupart de ses activités de prêt entre les mains d’un seul employé, à savoir William Thomson. L’exemple de FTX est encore plus extrême, avec le fondateur Sam Bankman-Fried qui prenait toutes les décisions.

Dans les deux cas, la fraude principale consistait à utiliser les actifs d’une société pour soutenir une autre société gérée par les mêmes personnes. Par exemple, en 1732, les directeurs de la société ont acheté des actions de la York Buildings Company, dans laquelle nombre d’entre eux étaient également impliqués. Ils espéraient faire monter le prix des actions. Lorsque cela ne s’est pas produit, ils ont réalisé qu’ils ne pouvaient pas couvrir ce qu’ils avaient retiré des fonds de la Charitable Corporation.

Avance rapide de près de 300 ans, et une histoire similaire semble s’être déroulée. Bankman-Fried aurait retiré de l’argent des comptes de ses clients dans FTX pour couvrir sa société de trading de crypto-monnaies, Alameda Research.

La nouvelle de ces deux fraudes a également été une surprise, avec peu d’avertissement préalable. Cela s’explique en partie par la façon dont les dirigeants étaient respectés et bien connectés à la fois aux politiciens et au monde de la finance. Peu de personnalités publiques se méfiaient d’eux, ce qui s’est avéré être un écran utile pour la tromperie.

Je dirais également que dans les deux cas, le lien de l’entreprise avec la philanthropie lui a conféré un autre niveau de couverture. Le nom même de la Charitable Corporation annonçait son altruisme. Et même après que le scandale se soit estompé, les commentateurs ont souligné que l’activité originale de microcrédit était utile. Le fondateur de FTX, Bankman-Fried, est un défenseur de l’altruisme efficace et a fait valoir qu’il était utile pour lui et ses entreprises de faire beaucoup d’argent afin de pouvoir le donner à ce qu’il considérait comme des causes efficaces.

Après l’effondrement de la Charitable Corporation en 1732, le Parlement n’a institué aucune réglementation pour empêcher qu’une telle fraude ne se reproduise.

Une tradition de surveillance et de réglementation peu contraignante est la marque du capitalisme anglo-américain. Si la réponse au crash financier de 2008 est une indication de ce qui se passera à la suite de l’effondrement de FTX, il est possible que certains mauvais acteurs, comme Bankman-Fried, soient punis. Mais toute réglementation sera annulée à la première occasion – ou ne sera jamais mise en place.

Image d’en-tête : Sam Bankman-Fries, dirigeant de FTX (logo de la société)

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, ce article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.

Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
14 × 12 =