Les vaccins contre le COVID sont beaucoup plus efficaces que ceux contre la grippe, et le fait de le rappeler pourrait réduire les hésitations

Les vaccins contre le COVID sont beaucoup plus efficaces que ceux contre la grippe, et le fait de le rappeler pourrait réduire les hésitations

22 juillet 2021 0 Par e-Citizen

Par Colin Davis, Chair in Cognitive Psychology, University of Bristol, et Ryan McKay, Professor of Psychology, Royal Holloway University of London

Après un départ fulgurant, le programme de vaccination du Royaume-Uni connaît aujourd’hui un ralentissement. Plus de 80 millions de doses ont été administrées, mais plus de 10 % de la population adulte britannique n’a toujours pas été vaccinée. Avec une nouvelle augmentation des cas de COVID-19, la question de savoir comment stimuler l’acceptation du vaccin parmi les hésitants est une préoccupation urgente.

Des recherches antérieures suggèrent que l’acceptation du vaccin dépend de la façon dont les personnes se sentent menacés par le virus, de leur perception de l’efficacité des vaccins pour contrer cette menace et des risques qu’ils associent à la vaccination. Parmi ces facteurs, l' »efficacité perçue », c’est-à-dire la perception qu’ont les personnes de la protection offerte par le vaccin, pourrait être le meilleur prédicteur des intentions et des décisions de se faire vacciner contre le COVID-19, car nous savons qu’elle influence fortement la décision des personnes de se faire vacciner contre la grippe.

Donc, si nous pouvons souligner au public l’efficacité des vaccins COVID-19, davantage de personnes pourraient choisir de se faire vacciner. Mais comment y parvenir ?

Faire des comparaisons

Objectivement, les vaccins COVID-19 disponibles au Royaume-Uni fonctionnent extrêmement bien. L’efficacité des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna, c’est-à-dire leur capacité à protéger les personnes contre le COVID-19 dans les conditions de l’essai, était respectivement de 95 % et 94 %. Et dans le monde réel, deux doses du vaccin Pfizer ou Oxford/AstraZeneca protègent à plus de 90 % contre les hospitalisations liées au COVID lorsqu’on est confronté au variant delta, désormais dominant.

Mais il est peut-être important de replacer ces chiffres dans leur contexte pour les personnes. Ces chiffres très élevés peuvent être comparés à ceux de vaccins plus familiers, utilisés depuis de nombreuses années. On estime que le vaccin typique contre la grippe saisonnière ne protège pas à plus de 60 % ; le niveau moyen de protection offert par les 15 vaccins contre la grippe saisonnière entre 2004-2005 et 2018-19 était de 40 %.

Nous avons pensé que ce contraste pourrait être utile pour la façon dont les messages sur les vaccins sont présentés. Le fait de mettre l’accent sur l’efficacité des vaccins COVID-19, et le contexte fourni par la protection moindre offerte par le vaccin contre la grippe, pourrait produire un « effet de contraste », amplifiant la perception favorable du vaccin contre le COVID-19.

Pour tester cette idée, nous avons commencé par sélectionner un échantillon de 2 400 participants afin de trouver des personnes qui étaient quelque peu hésitantes vis-à-vis du vaccin. Notre recherche a été menée en décembre 2020, avant que les vaccins COVID-19 ne soient largement disponibles, de sorte que nous avons mesuré les intentions des personnes plutôt que leur comportement réel (des recherches antérieures ont montré que l’intention de vaccination d’une personne est un facteur prédictif important de la décision de se faire vacciner).

Nous avons demandé aux participants de répondre à l’affirmation suivante  » J’ai l’intention de me faire vacciner contre le COVID-19  » sur une échelle en sept points allant de  » pas du tout d’accord  » à  » tout à fait d’accord « . Environ un quart des personnes ont donné des réponses se situant au milieu de l’échelle (« plutôt d’accord », « ni d’accord ni en désaccord » ou « plutôt en désaccord »). Ces personnes sont des attentistes ; contrairement aux antivaxx et aux négationnistes du COVID-19, elles sont préoccupées par le COVID-19 et ne rejettent pas tous les vaccins, mais restent prudentes quant aux vaccins COVID-19 en particulier. C’est ce groupe qui a fait l’objet de notre recherche.

Nous avons ensuite recruté 481 personnes de ce groupe hésitant à se faire vacciner pour participer à notre enquête expérimentale. Les participants ont reçu un court texte (environ 200 mots) sur les vaccins COVID-19, décrivant leur sécurité et leur efficacité ainsi que les avantages d’une acceptation généralisée. Certains participants ont reçu des informations supplémentaires comparant l’efficacité des vaccins COVID-19 avec la protection offerte par le vaccin annuel contre la grippe. Il y avait également un groupe témoin dans lequel les participants ne recevaient aucune information.

Après avoir lu le texte, nous leur avons demandé : « Si on vous proposait demain un vaccin contre le COVID-19, quelle est la probabilité que vous vous fassiez vacciner ? ». Nous les avons également interrogés sur leurs intentions de se faire vacciner contre la grippe à l’avenir et sur leur perception de l’efficacité du vaccin.

Nos résultats ont montré que les intentions de vaccination étaient 20 % plus élevées dans le groupe ayant reçu des informations sur la sécurité et l’efficacité des nouveaux vaccins COVID-19 que dans le groupe n’ayant reçu aucune information. Toutefois, les intentions les plus fortes de se faire vacciner ont été constatées dans le groupe auquel on a également expliqué que le vaccin contre la grippe ne protège en moyenne qu’à 40 %, mais qu’il « a permis d’éviter des millions d’infections et de sauver des milliers de vies ».

Dans ce cas, l’intention moyenne de se faire vacciner avec le COVID-19 était de 36 % plus élevée que chez les personnes n’ayant reçu aucune information. En d’autres termes, la mise en contexte de l’efficacité des vaccins COVID-19 a fonctionné comme nous l’espérions. Il est important de noter que cet effet de contraste positif pour les vaccins COVID-19 n’a pas semblé diminuer l’intention des gens de se faire vacciner contre la grippe.

Nous avons pensé que ce contraste pourrait être utile pour la façon dont les messages sur les vaccins sont présentés. Le fait de mettre l’accent sur l’efficacité des vaccins COVID-19, et le contexte fourni par la protection moindre offerte par le vaccin contre la grippe, pourrait produire un « effet de contraste », amplifiant la perception favorable du vaccin COVID-19.

Pour tester cette idée, nous avons commencé par sélectionner un échantillon de 2 400 participants afin de trouver des personnes qui étaient quelque peu hésitantes vis-à-vis du vaccin. Notre recherche a été menée en décembre 2020, avant que les vaccins COVID-19 ne soient largement disponibles, de sorte que nous avons mesuré les intentions des personnes plutôt que leur comportement réel (des recherches antérieures ont montré que l’intention de vaccination d’une personne est un facteur prédictif important de la décision de se faire vacciner).

Nous avons demandé aux participants de répondre à l’affirmation suivante  » J’ai l’intention de me faire vacciner contre le COVID-19  » sur une échelle en sept points allant de  » pas du tout d’accord  » à  » tout à fait d’accord « . Environ un quart des personnes ont donné des réponses se situant au milieu de l’échelle (« plutôt d’accord », « ni d’accord ni en désaccord » ou « plutôt en désaccord »). Ces personnes sont des « attentistes » – contrairement aux anti-vaxxers et aux négationnistes du COVID-19, elles sont préoccupées par le COVID-19 et ne rejettent pas tous les vaccins mais restent prudentes quant aux vaccins COVID-19 en particulier. C’est ce groupe qui a fait l’objet de notre recherche.

Nous avons ensuite recruté 481 personnes de ce groupe hésitant à se faire vacciner pour participer à notre enquête expérimentale. Les participants ont reçu un court texte (environ 200 mots) sur les vaccins COVID-19, décrivant leur sécurité et leur efficacité ainsi que les avantages d’une adoption généralisée. Certains participants ont reçu des informations supplémentaires comparant l’efficacité des vaccins COVID-19 avec la protection offerte par le vaccin annuel contre la grippe. Il y avait également un groupe témoin dans lequel les participants ne recevaient aucune information.

Après avoir lu le texte, nous leur avons demandé : « Si on vous proposait demain un vaccin COVID-19, quelle est la probabilité que vous preniez le vaccin ? ». Nous les avons également interrogés sur leurs intentions de se faire vacciner contre la grippe à l’avenir et sur leur perception de l’efficacité du vaccin.

Nos résultats ont montré que les intentions de vaccination étaient 20% plus élevées dans le groupe ayant reçu des informations sur la sécurité et l’efficacité des nouveaux vaccins COVID-19 que dans le groupe n’ayant reçu aucune information. Toutefois, les intentions les plus fortes de se faire vacciner ont été constatées dans le groupe auquel on a également expliqué que le vaccin contre la grippe ne protège en moyenne qu’à 40 %, mais qu’il « a permis d’éviter des millions d’infections et de sauver des milliers de vies ».

Dans ce cas, l’intention moyenne de se faire vacciner avec le COVID-19 était 36 % plus élevée que chez les personnes n’ayant reçu aucune information. En d’autres termes, la mise en contexte de l’efficacité des vaccins COVID-19 a fonctionné comme nous l’espérions. Il est important de noter que cet effet de contraste positif pour les vaccins COVID-19 n’a pas semblé diminuer l’intention des gens de se faire vacciner contre la grippe.

Nous avons pensé que ce contraste pourrait être utile pour la façon dont les messages sur les vaccins sont présentés. Le fait de mettre l’accent sur l’efficacité des vaccins COVID-19, et le contexte fourni par la protection moindre offerte par le vaccin contre la grippe, pourrait produire un « effet de contraste », amplifiant la perception favorable du vaccin COVID-19.

Pour tester cette idée, nous avons commencé par sélectionner un échantillon de 2 400 participants afin de trouver des personnes qui étaient quelque peu hésitantes vis-à-vis du vaccin. Notre recherche a été menée en décembre 2020, avant que les vaccins COVID-19 ne soient largement disponibles, de sorte que nous avons mesuré les intentions des personnes plutôt que leur comportement réel (des recherches antérieures ont montré que l’intention de vaccination d’une personne est un facteur prédictif important de la décision de se faire vacciner).

Nous avons demandé aux participants de répondre à l’affirmation suivante  » J’ai l’intention de me faire vacciner contre le COVID-19  » sur une échelle en sept points allant de  » pas du tout d’accord  » à  » tout à fait d’accord « . Environ un quart des personnes ont donné des réponses se situant au milieu de l’échelle (« plutôt d’accord », « ni d’accord ni en désaccord » ou « plutôt en désaccord »). Ces personnes sont des « attentistes » – contrairement aux anti-vaxxers et aux négationnistes du COVID-19, elles sont préoccupées par le COVID-19 et ne rejettent pas tous les vaccins mais restent prudentes quant aux vaccins COVID-19 en particulier. C’est ce groupe qui a fait l’objet de notre recherche.

Nous avons ensuite recruté 481 personnes de ce groupe hésitant à se faire vacciner pour participer à notre enquête expérimentale. Les participants ont reçu un court texte (environ 200 mots) sur les vaccins COVID-19, décrivant leur sécurité et leur efficacité ainsi que les avantages d’une adoption généralisée. Certains participants ont reçu des informations supplémentaires comparant l’efficacité des vaccins COVID-19 avec la protection offerte par le vaccin annuel contre la grippe. Il y avait également un groupe témoin dans lequel les participants ne recevaient aucune information.

Après avoir lu le texte, nous leur avons demandé : « Si on vous proposait demain un vaccin COVID-19, quelle est la probabilité que vous preniez le vaccin ? ». Nous les avons également interrogés sur leurs intentions de se faire vacciner contre la grippe à l’avenir et sur leur perception de l’efficacité du vaccin.

Nos résultats ont montré que les intentions de vaccination étaient 20 % plus élevées dans le groupe ayant reçu des informations sur la sécurité et l’efficacité des nouveaux vaccins COVID-19 que dans le groupe n’ayant reçu aucune information. Toutefois, les intentions les plus fortes de se faire vacciner ont été constatées dans le groupe auquel on a également expliqué que le vaccin contre la grippe ne protège en moyenne qu’à 40 %, mais qu’il « a permis d’éviter des millions d’infections et de sauver des milliers de vies ».

Dans ce cas, l’intention moyenne de se faire vacciner avec le COVID-19 était 36 % plus élevée que chez les personnes n’ayant reçu aucune information. En d’autres termes, la mise en contexte de l’efficacité des vaccins COVID-19 a fonctionné comme nous l’espérions. Il est important de noter que cet effet de contraste positif pour les vaccins COVID-19 n’a pas semblé diminuer l’intention des personnes de se faire vacciner contre la grippe.

L’hésitation à se faire vacciner n’est pas nécessairement irrationnelle. Certaines personnes peuvent être raisonnablement préoccupées par la rapidité remarquable avec laquelle les vaccins COVID-19 ont été développés. Elles peuvent être influencées par des rapports indiquant qu’une personne vaccinée a été infectée, par exemple. Mais ces inquiétudes peuvent être levées par des messages clairs et factuels.

Une partie de ce message pourrait consister à comparer explicitement l’efficacité des vaccins COVID-19 avec celle du vaccin contre la grippe saisonnière, plus connu, car comme nous l’avons montré, le fait d’attirer l’attention des personnes sur l’efficacité des vaccins COVID-19 peut les inciter à se faire vacciner.

Traduit par Citizen4Science – Lien vers l’article original