Les vaccins ont des effets sur la santé qui vont au-delà de la protection contre les maladies cibles

Les vaccins ont des effets sur la santé qui vont au-delà de la protection contre les maladies cibles

3 août 2021 0 Par e-Citizen

Par Christine Stabell Benn, professeure de santé mondiale, Université du Danemark du Sud

Un vaccin contre la rougeole protège contre l’infection par la rougeole. En introduisant un peu de virus affaibli, le système immunitaire apprend à le gérer, de sorte que lorsqu’un vrai virus de la rougeole se présente, il peut l’éliminer. Mais le système immunitaire apprend-il davantage grâce au vaccin ? Des recherches récentes suggèrent, de manière assez intrigante, que oui.

Notre groupe a remarqué ce phénomène pour la première fois en Guinée-Bissau, en Afrique occidentale, il y a plus de 30 ans. Nous avons suivi un large échantillon de la population, avec des visites régulières à domicile. L’accent était mis sur l’état nutritionnel, mais pour rendre service à la communauté, en décembre 1979, nous avons fourni un vaccin contre la rougeole à tous les enfants. L’année suivante, nous avons observé quelque chose d’étonnant : le vaccin contre la rougeole a réduit la mortalité globale de plus de 70 %, bien plus que ce qui pouvait être expliqué par la prévention de l’infection par la rougeole, qui ne causait qu’environ 10 à 15 % de tous les décès à l’époque.

Au cours de recherches plus approfondies, il est apparu clairement que l’effet de ces vaccins sur la santé globale ne pouvait pas s’expliquer par leurs effets spécifiques sur la maladie. Les vaccins ont également une incidence sur le risque d’autres infections. Nous avons appelé ces effets les “effets non spécifiques” des vaccins.

Deux types de vaccins

Il existe deux grands types de vaccins : les vaccins vivants et les vaccins inactivés (non vivants). Les vaccins vivants contiennent l’organisme pathogène sous une forme affaiblie. Ils créent une infection naturelle légère dans l’organisme, généralement si légère qu’elle ne présente aucun symptôme. Ces vaccins offrent une bonne protection contre la maladie pour laquelle ils ont été conçus dès la première dose. (Bien que ces vaccins aient le potentiel très rare de provoquer une véritable maladie, en particulier chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli).

Les vaccins inactivés contiennent l’organisme de la maladie tué ou des parties de celui-ci. Ils ne sont pas très efficaces pour stimuler le système immunitaire et doivent généralement être administrés avec une substance auxiliaire, appelée “adjuvant”, et en plusieurs injections pour assurer une protection contre la maladie. Les vaccins inactivés ne peuvent jamais créer la véritable maladie, c’est pourquoi la plupart des médecins les préfèrent aux vaccins vivants.

Nous avons maintenant étudié quatre vaccins vivants et six vaccins inactivés, en Guinée-Bissau et dans d’autres pays à faible niveau de revenus, ainsi qu’au Danemark. Un schéma cohérent est apparu. Les vaccins vivants réduisent la mortalité et la morbidité bien plus que ne peut l’expliquer la protection spécifique. Mais les vaccins inactivés, bien que protégeant contre la maladie vaccinale, sont associés à des effets négatifs sur la santé, y compris le décès, en particulier chez les filles. En voici deux exemples.

BCG

Le vaccin BCG est un vaccin vivant contre la tuberculose. Il est recommandé à la naissance dans les pays pauvres. Mais les nouveau-nés de faible poids à la naissance sont normalement vaccinés plus tard. Nous avons testé l’effet du vaccin BCG sur la santé générale de ce groupe. Nous avons réparti au hasard les enfants guinéens qui pesaient moins de
2,5 kg pour qu’ils reçoivent le BCG à la naissance ou le BCG retardé habituel.

Au cours du premier mois de vie, les décès, toutes causes confondues, ont été réduits de plus d’un tiers chez les enfants vaccinés par rapport aux enfants non vaccinés. Les enfants ne meurent pas de la tuberculose au cours du premier mois de leur vie. Mais le BCG a réduit leur risque de mourir de septicémie et de pneumonie – un effet purement non spécifique du BCG, qui n’a rien à voir avec la protection contre la tuberculose.

En Afrique subsaharienne, le BCG est souvent administré avec retard. Actuellement, seuls environ 50 % de tous les enfants, quel que soit leur poids, reçoivent le BCG à la naissance. Si nos résultats sont corrects, il serait possible d’éviter que 200 000 bébés meurent chaque année simplement en s’assurant que tous les enfants reçoivent le vaccin BCG à la naissance.

DTC

Le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC) est un vaccin inactivé contre trois maladies graves et potentiellement mortelles. On a donc supposé que son introduction réduirait la mortalité globale. Mais lorsque nous avons testé ce qui s’était passé lors de l’introduction du vaccin DTC en Guinée-Bissau, nous avons été très surpris. Bien qu’ils soient protégés contre les maladies, les enfants vaccinés contre le DTC avaient une mortalité cinq fois plus élevée que les enfants qui n’avaient pas reçu le vaccin.

Nous avons répété ce constat à de nombreuses reprises. La protection contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche semble avoir un prix très élevé : un risque accru de mourir d’autres infections, comme les infections respiratoires, en particulier chez les filles. Traduits en chiffres absolus, les résultats indiquent que l’utilisation du vaccin DTC en Afrique subsaharienne pourrait coûter la vie à des dizaines de milliers de femmes chaque année.

Ce ne sont là que deux exemples parmi les nombreuses études réalisées par notre équipe. Outre le BCG, nous avons constaté des effets bénéfiques non spécifiques des vaccins vivants par voie orale contre la rougeole, la variole et la poliomyélite. Au-delà du DTC, nous avons constaté des effets négatifs chez les femmes avec le vaccin pentavalent inactivé (qui combine l’immunisation contre cinq maladies), ainsi que des vaccins inactivés contre la polio, l’hépatite B et la grippe H1N1, et nous avons également prédit un effet négatif du nouveau vaccin contre le paludisme chez les femmes.

Peu d’endroits disposent du type de données nécessaires pour mener ces études, mais d’autres groupes de recherche commencent maintenant à reproduire nos résultats dans d’autres régions pauvres d’Afrique et d’Asie.

Effet des vaccins sur le système immunitaire

Le système immunitaire a traditionnellement été divisé en deux parties : le système immunitaire inné et le système immunitaire adaptatif. Le système inné est considéré comme la première ligne de défense, sans mémoire des pathogènes précédents. Le système adaptatif est considéré comme le lieu où se développe la mémoire des organismes pathogènes, qui peut être mesurée par les anticorps créés par la maladie. L’effet protecteur des vaccins a été largement attribué à la capacité d’induire des anticorps.

Cependant, des recherches récentes nous ont appris que le système immunitaire est plus complexe. Le système immunitaire inné apprend également lorsqu’il est exposé à un organisme malade. Dans une expérience récente, nous avons montré que les volontaires qui avaient reçu un vaccin BCG quatre semaines avant un vaccin contre la fièvre jaune avaient beaucoup moins de virus de la fièvre jaune dans le sang, et ce parce que le vaccin BCG avait entraîné leurs cellules immunitaires innées à devenir plus vigilantes. Nous avons donc maintenant la preuve qu’un vaccin peut modifier la réponse immunitaire à des infections ultérieures non apparentées chez l’homme. Cela explique en grande partie comment les vaccins peuvent influencer d’autres maladies et la santé en général.

Difficile de trouver ce que l’on ne cherche pas

Les vaccins sont utilisés depuis des siècles. Alors, s’ils ont des effets aussi profonds sur le risque d’autres maladies, pourquoi ne l’avons-nous pas découvert il y a longtemps ? La réponse courte est que vous ne pouvez pas découvrir ce que vous ne cherchez pas.

Tout le monde a été convaincu que les vaccins n’avaient d’effet que sur l’infection ciblée, de sorte que leur effet sur d’autres infections et sur la santé en général n’a pas été étudié. Ainsi, si de nombreuses études montrent que les vaccins ont des effets protecteurs, il n’existe pas de données montrant que les vaccins n’ont que des effets protecteurs.

Il est temps de changer notre perception des vaccins : les vaccins ne sont pas seulement un outil de protection contre une maladie spécifique, ils affectent le système immunitaire de manière générale. Dans le cas des vaccins vivants, le système immunitaire est renforcé. En revanche, les vaccins inactivés semblent avoir un effet négatif sur le système immunitaire des femmes.

Cette dernière constatation est évidemment préoccupante, d’autant plus qu’il ne serait pas souhaitable de cesser d’utiliser, par exemple, le vaccin DTC, car il protège contre trois maladies graves. Heureusement, il y a quelque chose à faire. Il semble que si un vaccin vivant est administré après un vaccin inactivé, l’effet négatif du vaccin inactivé peut être atténué. Il y a donc un besoin urgent d’études testant différentes séquences de vaccins vivants et inactivés.

Les études sur les effets globaux des vaccins sur la santé fournissent de nouvelles informations sur le système immunitaire et la manière dont il peut être entraîné par les vaccins. Les vaccins vivants semblent être de puissants entraîneurs immunitaires et, grâce à ces nouvelles connaissances, nous pourrions être en mesure de réduire la mortalité infantile mondiale de plus d’un million de décès par an. Grâce à une utilisation plus intelligente des vaccins, nous pourrions également être en mesure de réduire les maladies et d’améliorer la santé des enfants dans les pays riches.

Traduit par Citizen4Science, lien vers l’article original

Image mise en avant : image au microscope du bacille de Calmette-Guérin (BCG, souche japonaise). coloration Ziehl Neelsen Grossissement x 1000