Monkeypox : guide provisoire de l’OMS pour la surveillance, l’investigation et le contact tracing – 22 mai 2022

Points clés

Une épidémie de monkeypox (variole du singe) touche actuellement plusieurs pays dans plusieurs régions du monde.
l’ampleur et l’impact de cette épidémie restent incertains. L’objectif global de la surveillance, de l’investigation des cas et de la recherche des contacts dans ce
dans ce contexte est de briser les chaînes de transmission interhumaine et d’arrêter l’épidémie.

  • Les principaux objectifs de la surveillance et de l’investigation des cas de monkeypox dans le contexte actuel sont les suivants d’identifier rapidement les cas et les groupes de cas afin de fournir des soins cliniques optimaux ; d’isoler les cas afin de prévenir toute transmission, d’identifier et de gérer les contacts, de protéger les personnels de santé de première ligne et d’adapter des mesures efficaces de contrôle et de prévention.
  • La situation évolue rapidement et l’OMS s’attend à ce que d’autres cas de monkeypox soient identifiés à mesure que la surveillance se développe dans les pays non endémiques. Les actions immédiates visent à informer les personnes qui peuvent être les plus exposées à l’infection par le virus du monkeypox (MPXV), à stopper la propagation et à protéger les travailleurs de première ligne.
  • Les cliniciens doivent signaler immédiatement les cas suspects aux autorités de santé publique.
  • Les cas probables et confirmés de variole du singe doivent être signalés immédiatement à l’OMS par l’intermédiaire des points focaux nationaux (PFN) du RSI, conformément au Règlement sanitaire international (RSI 2005).
  • En cas de suspicion de monkeypox, l’enquête doit consister en un examen clinique du patient avec un EPI (équipement de protection individuel) approprié.
    L’interrogatoire du patient sur les sources possibles d’infection, et le recueil et l’envoi en toute sécurité d d’échantillons pour analyse de laboratoire du MPXV.
  • Dans le contexte actuel, dès qu’un cas suspect est identifié, l’identification et la recherche des contacts doivent être initiées.
  • Les contacts doivent être surveillés au moins quotidiennement pour détecter l’apparition de tout signe/symptôme pendant une période de 21 jours à partir de la date de dernier contact avec un patient ou avec son matériel contaminé pendant la période infectieuse.
  • La quarantaine ou l’exclusion du travail ne sont pas nécessaires pendant la période de recherche des contacts tant qu’aucun symptôme ne se développe.
    symptômes ne se développent.

Introduction

Ce guide a pour but de fournir des recommandations provisoires pour la surveillance, l’investigation des cas et la recherche des contacts de cas de monkeypox chez l’homme dans le contexte de l’épidémie actuelle qui touche plusieurs pays dans plusieurs régions du monde (mai 2022). C’est la première fois que des cas et des sources et chaînes de transmission apparentes sont signalés dans des pays non endémiques sans lien épidémiologique avec les zones endémiques d’Afrique de l’Ouest.
l’ampleur et l’impact de l’épidémie restent incertains. L’objectif global de la surveillance, de l’investigation des cas et de la recherche des contacts dans ce contexte est de briser les chaînes de transmission interhumaine et d’arrêter l’épidémie. Ces conseils seront mis à jour au fur et à mesure que des informations plus précises sur l’épidémiologie de cette épidémie seront disponibles.

Définitions de cas

Ces définitions peuvent être mises à jour à mesure que des informations supplémentaires sont disponibles.

CAS SUSPECTÉ :

Personne quelque soit l’âge se présentant dans un pays non endémique pour le monkeypox1 présentant une éruption aiguë inexpliquée
ET
un ou plusieurs des signes ou symptômes suivants, depuis le 15 mars 2022 :

  • Maux de tête
  • Survenue aiguë de fièvre (>38,5 °C)
  • Lymphadénopathie (gonflement des ganglions lymphatiques)
  • Myalgie (douleurs musculaires/douleurs corporelles)
  • Douleurs dorsales
  • Asthénie (état de faiblesse profonde)

ET
pour lesquels les causes courantes suivantes d’éruption aiguë n’expliquent pas le tableau clinique : varicelle-zona, herpès-zona, rougeole, herpès simplex, infections cutanées bactériennes, infection à gonocoque disséminée, syphilis primaire ou secondaire, chancre, lymphogranulome vénérien, granulome inguinal, molluscum contagiosum, réaction allergique (par ex, à des plantes) ; et toute autre cause commune localement pertinente d’éruption papulaire ou vésiculaire.

N.B. : Il n’est pas nécessaire d’obtenir des résultats de laboratoire négatifs pour les causes courantes d’éruptions cutanées énumérées pour classer un cas comme suspect.

CAS PROBABLE :

Personne répondant à la définition d’un cas suspect
ET
Un ou plusieurs des éléments suivants :

  • lien épidémiologique (exposition en face à face, y compris personnels de santé sans EPI approprié ;
    contact physique direct avec la peau ou les lésions cutanées, notamment contact sexuel, ou contact avec des matériaux
    contaminés comme les vêtements, la literie ou les ustensiles) à un cas probable ou confirmé de monkeypox au cours des 21 jours précédant l’apparition des symptômes
  • a rapporté des antécédents de voyage dans un pays où le monkeypox est endémique dans les 21 jours précédant l’apparition des symptômes
  • a eu des partenaires sexuels multiples ou anonymes dans les 21 jours précédant l’apparition des symptômes
  • a obtenu un résultat positif à un test sérologique de l’orthopoxvirus, en l’absence de vaccination antivariolique ou d’une autre exposition connue à des orthopoxvirus.

est hospitalisé en raison de la maladie

CAS CONFIRMÉ :

Cas répondant à la définition d’un cas suspect ou probable
ET
est confirmé en laboratoire pour le virus de monkeypox par la détection de séquences uniques d’ADN viral, soit par une réaction en chaîne par polymérase (PCR) en temps réel et/ou séquençage.

CAS ÉCARTÉ :

Cas suspecté ou probable pour lequel l’analyse au laboratoire du liquide lésionnel, des échantillons de peau ou des croûtes par PCR et/ou séquençage est négative pour le MPXV. Inversement, par exemple, un cas probable détecté rétrospectivement pour lequel les analyses de lésion ne peuvent plus être effectués de manière adéquate (c’est-à-dire après la chute des croûtes) resterait classé comme un cas probable.

Ces définitions de cas ont été élaborées par consensus d’experts au sein de l’OMS en consultation avec les pays touchés, en vue d’équilibrer l’importance de la détection des cas et de l’interruption des chaînes de transmission, tout en évitant une définition trop sensible qui surchargerait les ressources de santé publique, de diagnostic et de traitement. Les autorités de santé publique peuvent adapter ces définitions de cas en fonction des circonstances locales. Tous les efforts doivent être faits pour éviter stigmatisation inutile des personnes et des communautés potentiellement touchées par le monkeypox
.
Ces définitions peuvent être ajustées à mesure que des informations supplémentaires sur cette épidémie sont disponibles.

Ces définitions sont destinées à la surveillance et ne doivent pas être utilisées pour guider la prise en charge clinique. Un guide provisoires de l’OMS pour la prise en charge clinique de la variole du singe seront publiées séparément.

1 Les pays qui sont endémiques pour la variole du singe sont : Cameroun, République centrafricaine, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Gabon,
Liberia, Nigeria, Congo, et Sierra Leone. Au Ghana, le virus de la variole du singe a été identifié uniquement chez les animaux. Le Bénin et le Soudan du Sud ont documenté
des cas importés dans le passé. Les pays qui signalent actuellement des cas de la clade ouest-africaine sont le Cameroun et le Nigeria, et ceux de la clade du Bassin du Congo
sont le Cameroun, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo. Avec cette définition de cas, tous les pays sauf ces quatre (Cameroun,
République centrafricaine, République démocratique du Congo et Nigéria) devraient déclarer les nouveaux cas de monkeypox dans le cadre de l’épidémie actuelle qui touche plusieurs pays.
pays. Si les pays d’Afrique centrale identifient des cas de variole du singe dus au clade d’Afrique de l’Ouest, ils doivent également les signaler.

Surveillance

Dans le contexte actuel, les principaux objectifs de la surveillance et de la recherche des cas de monkeypox sont d’identifier rapidement les cas et les groupes d’infections, ainsi que les sources d’infection, afin de fournir des soins cliniques optimaux, d’isoler les cas pour prévenir toute transmission ultérieure, d’identifier et de gérer les contacts, de protéger les personnels de santé de première ligne et d’adapter des mesures de contrôle et de prévention efficaces en fonction des voies de transmission les plus couramment identifiées.


Un seul cas de monkeypox est considéré comme une épidémie. En raison des risques pour la santé publique associés au moindre cas de monkeypox, les cliniciens doivent signaler immédiatement les cas suspectés aux autorités nationales ou locales de santé publique qu’ils explorent ou non d’autres diagnostics potentiels, selon les définitions de cas ci-dessus ou les définitions de cas adaptées au niveau national.

Les cas probables et confirmés doivent être signalés immédiatement à l’OMS par l’intermédiaire des
les points focaux nationaux (PFN) du RSI, conformément au Règlement sanitaire international (RSI 2005).

Le profil épidémiologique actuel de cette flambée (en date du 21 mai 2022 ; voir les Nouvelles de l’OMS sur les flambées épidémiques) – l’apparition soudaine et inattendue de la variole du singe dans plusieurs pays non endémiques où cette maladie n’a jamais été jamais été signalée ou dans lesquels il n’y a eu que des cas liés à des pays endémiques – suggère qu’il y a eu une transmission non détectée sur une certaine durée. La transmission peut avoir été amplifiée par un ou plusieurs événements ponctuels, Cependant (au moment de la rédaction de ce document), des enquêtes rétrospectives sont toujours en cours. D’après les activités de surveillance actuelles, les cas de monkeypox ont jusqu’à présent été identifiés principalement, mais pas exclusivement, chez des hommes (sexe masculin), notamment des hommes se présentant dans des cliniques de santé sexuelle avec une éruption génitale. Les pays et les cliniciens doivent être attentifs aux signaux concernant les patients présentant une éruption inhabituelle, des lésions vésiculaires ou pustuleuses ou une lymphadénopathie, souvent associée à de la fièvre, dans une série d’environnements communautaires et de soins de santé, y compris, mais sans s’y limiter, les soins primaires, les cliniques de fièvre, les services de santé sexuelle, les unités de maladies infectieuses, l’obstétrique et la gynécologie, les services d’urgence et les cliniques dermatologiques. La surveillance des éruptions cutanées doit être intensifiée et des conseils doivent être fournis pour le prélèvement en toute sécurité d’échantillons de peau pour les analyses de confirmation.
Le guide provisoire de l’OMS pour la détection du MPXV en laboratoire sont fournies séparément. Dans les pays
détectant des cas de monkeypox, les schémas épidémiologiques et de transmission doivent être étudiés dans la mesure du possible afin d’informer les activités de réponse en cours pour arrêter la flambée.

Les indicateurs de suivi de la qualité de la surveillance de la variole du singe comprennent :

  1. Proportion de cas avec des informations démographiques complètes
  2. Proportion de cas suspectés pour lesquels des analyses de laboratoire ont été effectués.
  3. Proportion de cas disposant d’informations cliniques et de facteurs de risque complètes.

Signalement

Les rapports de cas doivent comprendre au minimum les informations suivantes :

  • date du rapport
  • lieu du signalement
  • nom, âge, sexe et lieu de résidence du cas
  • date d’apparition des premiers symptômes
  • date d’apparition de la fièvre
  • date d’apparition de l’éruption cutanée
  • antécédents récents de voyage (dans les cinq à 21 jours précédant le début de la maladie)
  • exposition récente à un cas probable ou confirmé (dans les 5 à 21 jours précédant le début de la maladie)
  • relation et nature du contact avec le cas probable ou confirmé (le cas échéant)
  • antécédents récents de partenaires sexuels multiples ou anonymes (dans les 5 à 21 jours précédant le début de la maladie)
  • profession (y compris s’il s’agit d’un personnel de santé)
  • état de vaccination antivariolique
  • présence d’une éruption cutanée
  • nombre et localisation des lésions sur le corps
  • présence d’autres signes ou symptômes cliniques, conformément à la définition de cas.
  • date du prélèvement de l’échantillon
  • date de la confirmation en laboratoire (le cas échéant)
  • méthode de confirmation (le cas échéant)
  • caractérisation génomique (si elle est disponible ; en particulier s’il s’agit d’un clade d’Afrique occidentale ou centrale)
  • autres résultats cliniques ou de laboratoire pertinents, notamment pour exclure les causes courantes d’éruption cutanée conformément à la définition du cas
    définition de cas
  • si le patient a été hospitalisé
  • date d’hospitalisation (le cas échéant)
  • statut du patient au moment de la déclaration. (rétabli, décédé, malade)
  • classification finale des cas (suspecté, probable, confirmé, écarté, perdu pour le suivi)
    Un formulaire global de déclaration des cas est en cours d’élaboration

Investigation des cas

Lors des épidémies de monkeypox chez l’homme, le contact physique étroit avec des personnes infectées est le facteur de risque le plus important pour l’infection par le virus du monkeypox. En cas de suspicion de variole du singe, l’enquête doit comporter les éléments suivants

(i) un examen clinique du patient en appliquant les mesures appropriées de prévention et de contrôle de l’infection (IPC) (les directives IPC sont en cours d’élaboration).

(ii) l’interrogatoire du patient sur les sources possibles de l’infection et la présence de maladies similaires dans sa
communauté et des contacts du patient (à la fois en amont pour identifier la source et en aval pour rechercher les contacts afin de réduire la transmission).

(iii) le recueil et l’envoi en toute sécurité des échantillons pour l’examen de laboratoire du monkeypox.

Les données minimales à saisir sont indiquées ci-dessus dans la rubrique « Déclaration ».

L’enquête sur l’exposition doit couvrir la période comprise entre cinq et 21 jours avant l’apparition des symptômes. Tout patient présentant une suspicion de monkeypox doit être isolé pendant les périodes infectieuses présumées et connues, c’est-à-dire pendant les phases prodromiques et éruptives de la maladie, respectivement.
La confirmation en laboratoire des cas suspects est importante mais ne doit pas retarder la mise en œuvre des actions de santé publique. La présence présumée de maladies similaires dans la communauté du patient ou parmi ses contacts doit faire l’objet d’une enquête plus approfondie (également appelée « recherche des contacts à rebours »).

Les cas rétrospectifs trouvés par recherche active peuvent ne plus présenter les symptômes cliniques de la variole du singe (ils se sont remis de la maladie aiguë) mais peuvent présenter des cicatrices et d’autres séquelles. Il est important de recueillir des informations épidémiologiques épidémiologiques à partir des cas rétrospectifs en plus des cas actifs. Les cas rétrospectifs ne peuvent pas être confirmés en laboratoire ; cependant, le sérum des cas rétrospectifs peut être collecté et testé pour la recherche d’anticorps anti-orthopoxvirus afin de faciliter la classification des cas.

Les échantillons prélevés sur des personnes suspectes de monkeypox ou sur des animaux suspectés d’être infectés par le virus de la variole du singe doivent être manipulés en toute sécurité par un personnel qualifié travaillant dans des laboratoires convenablement équipés. Les réglementations nationales et internationales sur transport de substances infectieuses doivent être strictement respectées lors de l’emballage des échantillons et de leur transport vers les laboratoires d’analyse. Une planification minutieuse est nécessaire pour tenir compte de la capacité d’analyse des laboratoires nationaux. Les laboratoires cliniques doivent être informés à l’avance des échantillons devant être soumis par des personnes présentant une suspicion ou une confirmation de monkeypox, de façon àafin qu’ils puissent minimiser les risques pour le personnel de laboratoire et, le cas échéant, effectuer en toute sécurité les analyses de laboratoire qui sont essentiels pour les soins cliniques.

Recherche des contacts des cas (Contact tracing)

La recherche des contacts est une mesure de santé publique essentielle pour contrôler la propagation des agents pathogènes des maladies infectieuses tels que le monkeypox. Elle permet d’interrompre la transmission et peut également aider les personnes présentant un risque plus élevé de développer une maladie grave à identifier plus rapidement leur exposition, de sorte que leur état de santé puisse être surveillé et qu’elles puissent se faire soigner rapidement s’ils deviennent symptomatiques. Les patients doivent être interrogés pour obtenir les noms et les coordonnées de toutes ces personnes. Les contacts doivent être notifiés dans les 24 heures suivant l’identification.

Dans le contexte actuel, dès qu’un cas suspecté est identifié, l’identification et la recherche des contacts doivent être lancées, tout en poursuivant le travail sur le cas source afin de déterminer si le cas peut être classé comme probable ou confirmé ; dans le cas où le cas est écarté, la recherche des contacts peut être interrompue.

Définition d’un contact

Un contact est défini comme une personne qui, au cours de la période commençant avec l’apparition des premiers symptômes du cas source, et se terminant lorsque toutes les croûtes sont tombées, a été exposée à un ou plusieurs des cas suivants de variole du singe, probables ou confirmés de monkeypox :

  • exposition en face à face (y compris personnels de santé sans EPI approprié)
  • contact physique direct, y compris le contact sexuel
  • contact avec des matériaux contaminés tels que des vêtements ou de la literie

Identification des contacts

On peut demander aux patients d’identifier les contacts dans un certain nombre de contextes, notamment le foyer, le lieu de travail, l’école/la crèche, les contacts sexuels, les soins de santé (y compris l’exposition en laboratoire), les lieux de culte, les transports, les sports, les bars/restaurants, les rassemblements sociaux, les festivals, et toute autre interaction dont ils se souviennent. Les listes de présence, les des passagers, etc. peuvent être utilisées pour identifier les contacts.

Suivi des contacts

Les contacts doivent être surveillés au moins quotidiennement pour détecter l’apparition de signes/symptômes pendant une période de 21 jours à compter du dernier contact avec un patient probable ou confirmé ou son matériel contaminé pendant la période infectieuse. Les signes/symptômes à surveiller sont les suivants : maux de tête, fièvre, frissons, maux de gorge, malaise, fatigue, éruption cutanée et lymphadénopathie.
Les contacts doivent surveiller leur température deux fois par jour. Les contacts asymptomatiques ne doivent pas donner de sang, de cellules, de tissus, organes, lait maternel ou sperme tant qu’ils sont sous surveillance des symptômes.
Les contacts asymptomatiques peuvent poursuivre leurs activités quotidiennes habituelles, comme aller au travail ou à l’école (c’est-à-dire qu’aucune quarantaine n’est nécessaire). mais ils doivent rester près de chez eux pendant la durée de la surveillance. Il peut cependant être prudent d’exclure les enfants d’âge préscolaire des garderies, des crèches ou d’autres établissements collectifs.

Les options de surveillance par les autorités de santé publique dépendent des ressources disponibles. Les contacts peuvent être surveillés de manière passive, active ou directe. Dans le cadre du suivi passif, les contacts identifiés reçoivent des informations sur les signes/symptômes à surveiller, les activités autorisées et la manière de contacter le service de santé publique en cas de signes/symptômes qui se développent. Dans le cadre de la surveillance active, les responsables de la santé publique sont chargés de vérifier au moins une fois par jour si une personne surveillée présente des signes/symptômes déclarés par elle-même. La surveillance directe est une variante de la surveillance active est une variante de la surveillance active qui implique au moins une visite physique quotidienne ou un examen visuel par vidéo pour détecter les signes de maladie.


Un contact qui présente des signes/symptômes initiaux autres qu’une éruption cutanée doit être isolé et surveillé de près pour détecter des signes d’éruption cutanée pendant les sept jours suivants. Si aucune éruption ne se développe, le contact peut revenir à la surveillance de la température pour le reste des 21 jours. Si le contact développe une éruption cutanée, il doit être isolé et évalué comme un cas suspecté. Un échantillon doit être prélevé pour une analyse de laboratoire afin de dépister le monkeypox.

Surveillance des personnels de santé et aidants exposés

Tout pesonnel de santé ou membre du foyer qui s’est occupé d’une personne présentant un cas probable ou confirmé de monkeypox doit être attentif à l’apparition de symptômes pouvant suggérer une infection par le virus du monkeypox, en particulier dans les 21 jours suivant la dernière date de soins. Les personnels de santé doivent informer les autorités chargées du contrôle des infections, de la santé au travail et de la santé publique afin d’être orientés vers une évaluation médicale.

Les professionnels de santé qui sont exposés sans protection (c’est-à-dire qui ne portent pas l’EPI approprié) à des patients atteints de monkeypox ou du matériel potentiellement contaminé ne doivent pas être exclus du travail s’ils sont asymptomatiques, mais doivent faire l’objet d’une surveillance active des symptômes, qui comprend la mesure de la température au moins deux fois par jour pendant 21 jours après l’exposition. Avant de se présenter au travail chaque jour, le personnel de santé doit être interrogé sur l’existence de tout signe/symptôme pertinent comme indiqué ci-dessus.

Les agents de santé qui se sont occupés de patients atteints de monkeypox ou qui ont été en contact direct ou indirect avec eux tout en tout en respectant les précautions recommandées pour le contrôle de l’infection, peuvent se soumettre à une autosurveillance ou à une surveillance active, selon ce qui est déterminée

La vaccination post-exposition (idéalement dans les quatre jours suivant l’exposition) peut être envisagée par certains pays pour les contacts à haut risque tels que les personnels de santé, y compris le personnel de laboratoire.

Contact tracing en lien avec des voyages

Les responsables de santé publique doivent collaborer avec les voyagistes et leurs homologues d’autres pays pour évaluer les risques potentiels et contacter les passagers et les autres personnes susceptibles d’avoir été exposées à un patient infectieux pendant leur séjour et pour contacter les passagers et les autres personnes susceptibles d’avoir été exposées à un patient infectieux lors de son transit.

Surveillance et évaluation de la qualité du contact tracing

Les indicateurs de suivi de la qualité du contact tracing pour le monkeypox sont les suivants :

  1. Proportion de cas probables et confirmés avec des contacts identifiés
  2. Nombre de contacts par cas probable et confirmé
  3. Proportion de contacts avec des informations de suivi complètes

Processus et méthodologie

Les recommandations contenues dans ce guide sont basées sur les contributions des experts du Secrétariat de l’OMS, complétées par
des discussions avec le Groupe consultatif stratégique et technique sur les risques infectieux (STAG-IH) et des experts cliniques et de laboratoire au Portugal, en Espagne, en Suède, au Royaume-Uni et aux États-Unis.
cliniques et de laboratoire au Portugal, en Espagne, en Suède, au Royaume-Uni et aux États-Unis d’Amérique.
recherche documentaire rapide menée par l’OMS, axée sur les définitions de cas et les orientations épidémiologiques élaborées précédemment pour d’autres épidémies de monkeypox

Limitations

Les informations sur les facteurs spécifiques de la transmission dans cette épidémie restent actuellement limitées, tout comme les stratégies de contrôle optimales dans les pays non endémiques. Ces recommandations provisoires tiennent compte des contraintes liées au diagnostic de laboratoire, des vaccins et des traitements contre le monkeypox. Ce document sera mis à jour si nécessaire.

Plans de mise à jour

L’OMS continue de suivre de près la situation pour déceler tout changement susceptible d’affecter ces orientations provisoires. Si des facteurs changent, l’OMS publiera une nouvelle mise à jour. Sinon, ce guide provisoire expirera trois mois après la date de publication.

Contributeurs

Ce guide a été élaborée grâce aux contributions d’un groupe d’experts du secrétariat de l’OMS, en consultation
avec le STAG-IH et des experts cliniques et de laboratoire au Portugal, en Espagne, en Suède, au Royaume-Uni et aux États-Unis d’Amérique.

Sélection de références

  1. World Health Organization. WHO Disease Outbreak News: Multi-country monkeypox outbreak in nonendemic countries. 21 May 2022. Disponible sur https://www.who.int/emergencies/disease-outbreaknews/item/2022-DON385. Accessed 22 May 2022.
  2. Dubois ME and Slifka MK. Retrospective Analysis of Monkeypox Infection. Emerg Infect Dis. 2008: 14(4): 592-
    599.
  3. Nolen LD, et al. Extended Human-to-Human Transmission during a Monkeypox Outbreak in the Democratic
    Republic of the Congo. Emerg Infect Dis. 2016: 22(6): 1014-1021.
  4. Government of the United Kingdom. Infectious disease guidance: monkeypox. Available from
    https://www.gov.uk/guidance/monkeypox. Accès le 20 mai 2022.
  5. Centers for Disease Control and Prevention. Monkeypox: For Clinicians. Disponible sur
    https://www.cdc.gov/poxvirus/monkeypox/clinicians/clinical-recognition.html. Accès le 20 mai 2022.

Version originale disponible sur le site de l’OMS en anglais.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

2 réflexions sur “Monkeypox : guide provisoire de l’OMS pour la surveillance, l’investigation et le contact tracing – 22 mai 2022”

  1. Ping : Monkeypox : « Cette circulation de la maladie est complètement nouvelle » entretien avec Arnaud Fontanet et Camille Besombes - Citizen4Science

  2. Ping : Monkeypox : dans quelle mesure peut-il évoluer pour s'adapter à ses nouveaux hôtes ? - Citizen4Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =