Whaboutisme : qu’est-ce que c’est et pourquoi c’est une tactique si populaire dans les débats ?

Par Benjamin Curtis, Senior Lecturer in Philosophy and Ethics, Nottingham Trent University, United Kingdom

Le « whataboutisme » est une tactique argumentative par laquelle une personne ou un groupe répond à une accusation ou à une question difficile en la détournant. Au lieu d’aborder le point soulevé, ils le contrecarrent avec « mais qu’en est-il de X ? ».

Comme les couples qui se chamaillent et les parents de frères et sœurs le savent, cela arrive trop souvent dans la vie quotidienne. « Tu as menti sur l’endroit où tu étais hier soir ! » dira une personne qui se sent lésée. Au lieu de l’admettre, le partenaire répond : « Et toi, alors ? Tu me mens tout le temps ! »

De même, en réponse à une réprimande pour l’état de sa chambre, la réponse whataboutiste d’un enfant sera de dire : « Mais qu’en est-il de la chambre de mon frère ? La sienne est pire ».

Cela se produit également sur les réseaux sociaux, en politique et dans les conflits sociétaux et internationaux. À titre d’exemple, le premier ministre britannique Boris Johnson, en février 2022. En réponse à l’accusation de Keir Starmer d’avoir commis des actes répréhensibles dans le cadre de l’affaire du partygate, Boris Johnson a cherché à détourner l’attention en accusant (faussement) Keir Starmer de ne pas avoir poursuivi Jimmy Savile lorsqu’il était directeur des poursuites publiques.

Portrait officiel de Boris Johnson, 2019
Boris Johnson a déployé des affirmations whataboutistes sur Keir Starmer en réponse aux critiques de ce dernier.

Les commentateurs des médias ont souligné à juste titre que Johnson ne faisait qu’adopter ce qu’un journaliste a appelé « l’esquive préférée » de Donald Trump. Lorsqu’il était critiqué, Donald Trump détournait régulièrement l’attention en affirmant que quelqu’un d’autre était pire.

L’essor des réseaux sociaux et la polarisation politique croissante ont sans doute rendu le whataboutisme plus visible. Mais cette tactique n’est certainement pas nouvelle. En fait, elle a été enseignée par les sophistes, un groupe de conférenciers, d’écrivains et d’enseignants en Grèce, il y a plus de 2 500 ans.

Dans certaines circonstances limitées, il peut s’agir d’une tactique légitime, par exemple lorsqu’il est pertinent de souligner que la personne qui porte l’accusation a un parti pris. Dans la plupart des cas, cependant, même si la personne qui porte l’accusation est hypocrite ou a deux poids deux mesures, cela ne signifie pas que son accusation est fausse.

Les origines du whataboutisme

Le terme exact a été utilisé pour la première fois dans la presse par un lecteur nommé Lionel Bloch en 1978, dans une lettre adressée à The Guardian. « Monsieur », écrit Lionel Bloch, « votre leader [article], East, West and the plight of the warring rest (18 mai), est le meilleur morceau de whataboutisme que j’ai lu depuis de nombreuses années ». Il poursuit en décriant l’utilisation de cette tactique comme une « importation soviétique » utilisée par les « esprits progressistes » pour défendre le communisme.

Mais l’usage de Lionel Bloch découle d’utilisations antérieures de termes similaires. Dans une lettre adressée à l’Irish Times et publiée le 30 janvier 1974, le lecteur Sean O’Conaill se plaint de l’utilisation de cette tactique par les défenseurs de l’IRA, qu’il appelle « les Whatabouts ». Trois jours plus tard, le journaliste irlandais John Healy publie une colonne dans le même journal, sur le même sujet, surnommant la tactique « Whataboutery ».

De façon formelle, le whataboutisme est un sophisme très proche du raisonnement fallacieux ad hominem, qui consiste à répondre à une accusation en attaquant son auteur.

C’est un sophisme car, même si la contre-accusation est vraie, elle ne défend pas la personne accusée (le partenaire menteur, l’enfant désordonné, Donald Trump). Au mieux, elle montre que les deux parties se sont comportées de manière honteuse. Et, bien sûr, deux maux ne font pas un bien.

Donald Trump au « Rally to protect our elections » à Phoenix, Arizona, juillet 2021 – Source : Gage Skidmore
Le whataboutisme était, comme l’a dit un journaliste, l’esquive préférée de Donald Trump lorsqu’il était confronté à des questions difficiles.

En philosophie, un argument est un débat raisonné visant à établir la vérité. Mais dans de nombreux autres contextes, les gens ne voient pas les arguments de cette façon. Ils les considèrent plutôt comme des batailles à gagner. Leur objectif est d’amener leur adversaire à concéder le plus de choses possibles sans qu’ils ne concèdent rien eux-mêmes.

Vu sous cet angle, le whataboutisme est une stratégie efficace. Elle fonctionne selon le principe que l’attaque est la meilleure forme de défense. En lançant une contre-attaque, vous placez votre adversaire sur le pied arrière.

Pourquoi le whataboutisme est si populaire

Les psychologues suggèrent que cette vision des arguments est répandue dans le débat politique parce qu’elle est motivée par un parti pris partisan. Lorsque l’on est confronté à un adversaire ayant un point de vue politique différent, on est plus susceptible de considérer ce qu’il dit comme une attaque à contrer, plutôt que comme un point à débattre.

Plus pernicieux encore est le cas où le whataboutisme est utilisé comme un outil de désinformation. Depuis l’époque de la guerre froide, les propagandistes russes répondent aux critiques formulées à l’encontre des politiques russes en soulignant immédiatement que les pays occidentaux ont des politiques similaires.

Le whataboutisme est depuis longtemps identifié comme un outil de choix
pour les propagandistes russes. JJs / Alamy Stock Photo

Le même stratagème est couramment utilisé dans d’autres situations de conflit. Les propagandistes chinois l’ont utilisé pour détourner les critiques sur le traitement de la population ouïgoure de Chine. Les propagandistes de la junte au Myanmar ont fait de même lorsqu’ils ont été critiqués pour le traitement réservé par le régime aux musulmans rohingyas. Et la liste est encore longue.

Les sophistes étaient les propagandistes de l’Antiquité. Ils s’enorgueillissaient de pouvoir convaincre un public – en utilisant tous les moyens disponibles, y compris le whataboutisme de n’importe quelle conclusion, indépendamment de sa vérité.

Platon était un ardent critique des sophistes. Il affirmait avec véhémence que les arguments devaient viser la vérité. Son œuvre la plus célèbre à cet égard est le dialogue Gorgias, dans lequel Socrate et Calliclès débattent du bien et du mal de l’homme. Il convient de noter qu’il contient le plus ancien exemple de whataboutisme que j’ai pu trouver et la meilleure réponse à celui-ci :

Socrate : Tu ne tiens pas ta promesse initiale, Calliclès. Si ce que tu dis contredit ce que tu penses vraiment, ta valeur en tant que mon partenaire dans la recherche de la vérité prendra fin.

Calliclès : Toi non plus, tu ne dis pas toujours ce que tu penses, Socrate.

Socrate : Si c’est vrai, cela veut juste dire que je suis aussi mauvais que toi...

Article original paru dans The Conversation, traduit par la Rédaction de Science infuse

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
29 + 13 =