Monkeypox : la question du vaccin

Monkeypox : la question du vaccin

24 mai 2022 2 Par La Rédaction

La Haute autorité de santé (HAS) recommande ce jour la vaccination des contacts de cas. Avec quel vaccin ?

Citizen4Science avait évoqué hier sur Twitter la position des États-Unis dans le sens de la vaccination « en anneau », à savoir autour des cas identifiés. L’occasion de faire un point sur les stocks disponibles, comme rapporté par le New-York Times.

Alors que 3 cas sont déclarés sur le territoire pour près de 350 dans le monde dont 200 en Espagne (avec un rassemblement plus tôt ce mois-ci suspecté comme événement propagateur), la France suit le même chemin avec la recommandation de la HAS pour une « stratégie vaccinale réactive » : vacciner les adultes à risque autour d’une personne infectée (cas confirmé), y compris les professionnels de santé exposés sans équipement de protection individuelle.
Source : avis complet

Vaccin de 3e génération post-exposition

C’est un vaccin de 3e génération qui est recommandé par la HAS, en raison de son profil de tolérance meilleur que les générations précédentes, qui peuvent provoquer des effets indésirables peu nombreux mais sévères, et ne sont plus utilisés depuis 1984.


Le schéma vaccinal proposé est une première dose en sous-cutané dans les 4 jours suivant le contact à risque suivi d’une deuxième dose 28 jours plus tard, voire troisième dose avec le même intervalle pour les personnes immunodéprimées.

L’efficacité du vaccin contre la variole est de 85 % pour le Monkeypox

Un vaccin danois

Le vaccin, vivant mais non réplicatif, proposé par la HAS est danois : Imvanex© de la firme Bavarian Nordic. Il contient le virus vivant modifié « vaccinia Ankara » qui présente des similitudes avec le virus de la variole.

Il dispose d’une AMM européenne depuis 2013 avec indication pour la variole uniquement et à partir de 18 ans.
Aux États-Unis, il dispose d’une AMM et est commercialisé sous la marque Jynneos© pouar la variole et Monkeypox.

Sur le site de l’agence européenne des médicaments (EMA), on trouve des informations sur Imvanex :

Les vaccins à vaccinia se sont avérés efficaces pour éradiquer la variole.

Essais cliniques Imvanex : 5 études principales incluant 2 000 adultes – y compris personnes infectées par le VIH et personnes atteintes de dermatite atopique (système immunitaire affecté).
Imvanex s’est montré aussi efficace que le vaccin classique contre la variole. Mais on ne connaît pas la durée de la protection.

Attention : le vaccin n’a pas été évalué chez les enfants et les données sont limitées chez les femmes enceintes et allaitantes : ces populations sont à éviter pour la vaccination par Imvanex.

Les effets indésirables les plus fréquents (pouvant toucher > 1 personne sur 10) sont : maux de tête, nausées, myalgie (douleurs musculaires), fatigue et réactions au site d’injection (douleur, rougeur, gonflement, durcissement et démangeaisons). Classique.

Une AMM européenne pour les « circonstances exceptionnelles »

Comme on l’a vu, les dossier est relativement léger en nombre de participants aux essais cliniques et informations manquantes sur la durée de la protection. Pas de blâme à donner : c’est parce que la maladie concernée est rare.

Ainsi le laboratoire est tenu de fournir des informations l’EMA sur le suivi des personnes vaccinées avec Imvanex pour permettre à l’agence de mettre à jour l’AMM.

Bavarian Nordic peut-elle assurer des commandes ?

Le laboratoire est aujourd’hui en monopole, on peut donc se poser la question.

Sa capacité annuelle est de 30 millions de doses par an, avec des projets d’extension.

Le laboratoire danois indique sur son site internet avoir fabriqué 28 millions de doses de vaccin antivariolique pour le stock américain (soit près d’un tiers, selon le stock rapporté hier par le gouvernement américain).
On sait que pour Jynneos (le nom d’Imvanex aux États-Unis), le stock est de 1 000 doses.

et collaborer avec le gouvernement américain pour le développement d’un vaccin antivariolique lyophylisé dont les essais de phase 3 sont terminés, afin de remplacer le vaccin liquide congelé smallpox/monkeypox, avec à la clé un délai d’expiration prolongé et une amélioration de la logistique et de la conservation.

Qui a commandé des doses d’Imvanex à Bavarian Nordic ?

L’Allemagne a commandé 40 000 doses alors que 5 cas sont identifiés dans le pays.

L’Espagne a annoncé également avoir passé commande auprès du fournisseur unique.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante