Monkeypox : recommandations provisoires concernant la vaccination du 14 juin 2022

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesu, directeur général de l’OMS, s’est exprimé aujourd’hui sur « la flambée inhabituelle et préoccupante » de variole du singe. Il a annoncé qu’un comité d’urgence se réunira le 23 juin prochain pour déterminer s’il faut qualifier d’urgence internationale cette flambée auquel cas une coordination entre les pays pourrait être requise.

À ce jour, le nombre de cas confirmés est de près de 1600 dans près de 40 pays à travers le monde.

L’OMS publie également ce jour des directives provisoires concernant la vaccination, alors qu’on apprend que l’Union européenne a passé une commande de 100 000 doses auprès du fournisseur danois en monopole pour le vaccin de 3e génération.

Nous vous en livrons le résumé officiel traduit en Français en exclusivité.

Points clés des recommandations relatives à la vaccination monkeypox

L’objectif de la réponse mondiale à l’épidémie de variole du singe est de contrôler l’épidémie et d’utiliser efficacement les mesures de santé publique pour empêcher la propagation de la maladie. L’utilisation judicieuse des vaccins peut soutenir cette réponse.
Ces directives provisoires constituent les premières recommandations de l’OMS sur l’utilisation des vaccins contre la variole du singe.
Elles seront mises à jour au fur et à mesure que des informations seront disponibles.

Aspects généraux

  • Le monkeypox est une maladie infectieuse causée par le virus du monkeypox (MPXV). Ce virus à ADN double brin
    appartient au genre Orthopoxvirus de la famille des Poxviridae, apparenté au virus qui a causé la variole (éradiqué en 1980).
  • Le contrôle des épidémies de monkeypox repose principalement sur des mesures de santé publique, notamment la surveillance, la recherche des contacts, l’isolement et les soins des patients. Les vaccins antivarioliques sont censés offrir une certaine protection contre le monkeypox, les données cliniques sont limitées.
  • La plupart des recommandations provisoires en matière de vaccination fournies ici concernent une utilisation non autorisée.

Vaccins

  • Certains pays ont conservé des stocks stratégiques d’anciens vaccins antivarioliques provenant du programme d’éradication de la variole (PEV) qui s’est terminé en 1980. Ces vaccins de première génération conservés dans les
    réserves nationales ne sont pas recommandés pour le monkeypox à l’heure actuelle, car ils ne répondent pas aux normes actuelles de sécurité et de fabrication.
  • De nombreuses années de recherche ont permis de mettre au point de nouveaux vaccins antivarioliques plus sûrs (deuxième et troisième générations), dont certains pourraient être utiles contre le monkeypox et dont l’un (MVA-BN a été approuvé pour la prophylaxie du monkeypox.
  • L’approvisionnement en vaccins plus récents est limité et des stratégies d’accès sont en cours de discussion.

Résumé des recommandations provisoires

  • Sur la base des risques et des bénéfices actuellement évalués et indépendamment de l’approvisionnement en vaccins, la vaccination de masse n’est pas nécessaire ni recommandée pour le monkeypox à l’heure actuelle.
  • La propagation interhumaine du monkeypox peut être contrôlée par des mesures de santé publique, notamment
    dépistage précoce des cas, le diagnostic et les soins, l’isolement et la recherche des contacts.
  • Toutes les décisions relatives à la vaccination contre le monkeypox doivent être prises dans le cadre d’une
    décision clinique partagée, fondée sur une évaluation conjointe des risques et des bénéfices, entre un professionnel de santé et la personne à vacciner, au cas par cas.
  • Prophylaxie post-exposition (PPE) : Pour les contacts des cas, la PPE est recommandée avec un vaccin approprié de deuxième ou troisième génération. idéalement dans les 4 jours suivant la première exposition (et jusqu’à 14 jours en l’absence de symptômes), afin de prévenir l’apparition de la maladie.
  • Prophylaxie pré-exposition (PrEP) : La PrEP est recommandée pour les travailleurs de la santé présentant un risque élevé d’exposition, le personnel de laboratoire travaillant avec les orthopoxvirus, le personnel de laboratoire clinique effectuant des analyses diagnostiques pour le monkeypox et les membres de l’équipe d’intervention en cas d’épidémie désignés par les autorités nationales de santé publique.
  • Les programmes de vaccination doivent être accompagnés d’une campagne d’information solide, d’une pharmacovigilance rigoureuse et de la réalisation d’études sur l’efficacité des vaccins.
  • Tous les efforts doivent être faits pour administrer les vaccins contre le monkeypox dans le cadre d’une recherche collaborative et d’essais cliniques randomisés (RCT) avec des outils de recueil de données standardisés pour les données cliniques et les résultats.

    Traduction professionnelle par la Rédaction de Science Infuse

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

2 réflexions sur “Monkeypox : recommandations provisoires concernant la vaccination du 14 juin 2022”

  1. Ping : Point de situation Monkeypox Santé publique France au 21 juin : 277 cas dont une femme - Citizen4Science

  2. Ping : Bulletin d'information Monkeypox de l'OMS du 6 juillet 2022 (données arrêtées au 4 juillet) - Citizen4Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
22 − 18 =