Bulletin d’information Monkeypox de l’OMS du 6 juillet 2022 (données arrêtées au 4 juillet)

Bulletin d’information Monkeypox de l’OMS du 6 juillet 2022 (données arrêtées au 4 juillet)

7 juillet 2022 1 Par La Rédaction

La Rédaction a sélectionné et traduit une large sélection de ce bulletin paru en anglais hier

L’épidémie continue d’affecter principalement les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes qui ont déclaré avoir eu récemment des rapports sexuels avec un ou plusieurs partenaires masculins, ce qui ne suggère aucun signal de transmission soutenue au-delà de ces réseaux pour le moment.

Données épidémiologiques

Du 1er janvier au 4 juillet 2022, 6 027 cas de monkeypox confirmés en laboratoire et trois décès ont été signalés à l’OMS dans 59 pays/territoires/zones de cinq Régions de l’OMS (Région africaine, Région des Amériques, Région de la Méditerranée orientale, Région européenne, Région du Pacifique occidental) (tableau 1). Depuis la publication du précédent bulletin d’information sur les flambées épidémiques le 27 juin 2022, 2 614 nouveaux cas (soit une augmentation de 77 %) et deux nouveaux décès ont été signalés ; neuf nouveaux pays/territoires/zones ont signalé des cas. Dix pays n’ont pas signalé de nouveaux cas depuis plus de 21 jours, durée maximale de la période d’incubation de la maladie.

Courbe épidémiologique des cas confirmés agrégés hebdomadaires de monkeypox par région

Nombre de cas cumulatifs confirmés de variole du singe et de décès signalés à l’OMS, par Région
Répartition géographique des cas confirmés de monkeypox signalés à l’OMS ou identifiés par elle
à partir de sources publiques officielles

Démographie des cas

Répartition âge-sexe des cas confirmés de monkeypox
Courbe épidémique des cas confirmés de monkeypox par groupe d’âge

Parmi les cas dont l’orientation sexuelle a été déclarée, 60 % (1 214/2025) se sont identifiés comme homosexuels, bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ; et 41 % (335/827) des cas dont le statut sérologique était connu étaient positifs pour le VIH.

Les infections associées aux soins de santé ne peuvent être exclues et des investigations supplémentaires sont en cours pour déterminer si l’infection chez les travailleurs de la santé était due à une exposition professionnelle. Parmi les cas signalés, 25 cas à ce jour seraient des travailleurs de la santé.

Présentation clinique

La présentation clinique des cas de monkeypox associés à cette épidémie est atypique, car de nombreux cas dans les zones nouvellement touchées ne présentent pas le tableau clinique classiquement décrit pour le monkeypox (fièvre, gonflement des ganglions lymphatiques, suivi d’une éruption centrifuge). Parmi les cas qui ont signalé au moins un symptôme, 81 % présentaient une éruption systémique (éruption généralisée sur le corps), 50 % une fièvre et 41 % une éruption génitale.

L’OMS continue de suivre de près la situation et de soutenir la coordination internationale et le partage d’informations avec les États membres et les partenaires. Les États Membres ont mis en place des interventions cliniques et de santé publique pour coordonner la recherche exhaustive des cas, la recherche des contacts, les examens de laboratoire, l’isolement, la prise en charge clinique, la mise en œuvre de mesures de prévention et de lutte contre l’infection et les activités de vaccination, ainsi que le soutien à la recherche épidémiologique et aux contre-mesures.

Surveillance et analyses de laboratoire

Toute personne répondant à la définition clinique d’un cas suspect doit se voir proposer un test de dépistage. En outre, les facteurs de risque d’infection, tels que le fait d’être un gay, un bisexuel ou un autre homme ayant des rapports sexuels avec des hommes, de déclarer un nombre élevé de partenaires sexuels au cours des trois semaines précédentes et d’avoir assisté à un rassemblement où un cas confirmé a été signalé, peuvent suggérer la nécessité d’un test de dépistage du virus du monkeypox (MPXV). Lorsque la suspicion d’une infection par le virus du monkeypox est élevée, l’identification d’un autre agent pathogène provoquant une éruption cutanée ne doit pas empêcher la recherche du MPXV, car des co-infections ont été identifiées. Le test primaire pour le diagnostic du monkeypox est la PCR du matériel de la lésion cutanée. En outre, d’autres spécimens tels qu’un écouvillon oral, nasopharyngé ou rectal peuvent également être recueillis, le cas échéant.

Le séquençage génomique de l‘acide désoxyribonucléique (ADN) viral du virus de la variole du singe trouvé dans la flambée actuelle est en cours, lorsqu’il est disponible ; les données issues des essais de réaction en chaîne par polymérase (PCR) et du séquençage du génome indiquent que les génomes du virus du monkeypox détectés appartiennent au clade ouest-africain. Bien que les pays ne soient tenus d’informer l’OMS des cas probables et confirmés que par le biais des communications prévues par le Règlement sanitaire international (2005), tous les cas suspects doivent être signalés aux autorités nationales.

L’OMS a préparé un cahier d’investigation de cas (CIF) approfondi sur les cas de monkeypox, ainsi qu’un formulaire de déclaration des cas (CRF) qui définit les données minimales qui doivent être déclarées à l’OMS. Actuellement, l’OMS a reçu le CRF pour environ 80% du total des cas confirmés déclarés au niveau mondial. La cohérence et l’exhaustivité de ces données varient considérablement d’un pays à l’autre. Un protocole pour soutenir l’investigation approfondie des cas à l’aide du CIF sera publié prochainement.

Actuellement, l’OMS recommande à tous les contacts connus, ou aux personnes qui pensent avoir été exposées, de surveiller leurs symptômes pendant 21 jours à compter du dernier contact connu ou suspecté avec un cas, et de demander un test si des signes ou des symptômes de la variole du singe se manifestent. En l’absence de symptômes, le test et la quarantaine ne sont pas nécessaires, mais les contacts sont encouragés à pratiquer rigoureusement l’hygiène des mains et le protocole respiratoire, à éviter tout contact avec des enfants ou des personnes immunodéprimées ou enceintes, et à éviter toute forme de contact sexuel pendant 21 jours. Les voyages non essentiels sont déconseillés.

Prévention et contrôle de l’infection (PCI)

La mise en œuvre de mesures appropriées de prévention et de contrôle de l’infection, par exemple un espace de protection adéquat, la ventilation, l’hygiène des mains, l’utilisation d’équipements de protection individuelle (EPI), le nettoyage et la désinfection de l’environnement, et la formation des agents de santé, est essentielle pour atténuer et contrôler la transmission du monkeypox, dans les établissements de soins et dans la communauté.
Les agents de santé doivent appliquer les précautions standard et procéder à une évaluation des risques pour déterminer s’il est nécessaire d’utiliser des précautions basées sur la transmission. Les précautions standard comprennent l’hygiène des mains, l’hygiène respiratoire et le protocole concernant la toux, le placement du patient, l’EPI, la technique aseptique, la sécurité des injections et la prévention des blessures par objets tranchants, le nettoyage et la désinfection de l’environnement, la manipulation correcte du linge et de la literie, la décontamination et le retraitement des articles et équipements de soins aux patients réutilisables et la gestion des déchets. L’OMS conseille de mettre en œuvre des précautions fondées sur la transmission (par contact et par gouttelettes) pour tout cas suspect ou confirmé de variole du singe dans les établissements de santé, y compris l’utilisation de respirateurs par les agents de santé,

Prise en charge clinique, vaccins et traitements

La prise en charge des patients atteints de monkeypox suspectée ou confirmée nécessite une identification précoce grâce à des protocoles de dépistage adaptés aux contextes locaux, un isolement rapide et la mise en œuvre rapide des mesures de PCI appropriées décrites ci-dessus, des tests pour confirmer le diagnostic, une prise en charge symptomatique des patients atteints de monkeypox léger ou non compliqué, ainsi que la surveillance et le traitement des complications et des affections potentiellement mortelles telles que la progression des lésions cutanées, une infection bactérienne secondaire des lésions cutanées, des lésions oculaires et, rarement, une déshydratation sévère, une pneumonie grave ou une septicémie.
Les patients atteints de monkeypox ou non compliquée qui s’isolent à leur domicile doivent faire l’objet d’une évaluation minutieuse de leur capacité à s’isoler en toute sécurité et à maintenir les précautions de PCI requises à leur domicile afin de prévenir la transmission aux autres membres du foyer et de la communauté et d’avoir accès aux soins en cas de progression ou d’aggravation. Les précautions (isolement et mesures PCI) doivent rester en place jusqu’à ce que les lésions aient formé des croûtes, que les croûtes soient tombées et qu’une nouvelle couche de peau se soit formée en dessous.

Pour permettre une évaluation fiable des interventions thérapeutiques, il est préférable de procéder à des essais randomisés en utilisant les protocoles CORE. À moins qu’il n’y ait des raisons impérieuses de ne pas le faire, tous les efforts doivent être faits pour mettre en place des essais randomisés. Il est possible de mener des études contrôlées par placebo, en particulier chez les personnes présentant un faible risque de maladie sévère Le recueil harmonisé de données sur la sécurité et les résultats cliniques, à l’aide de la plateforme clinique mondiale de l’OMS pour le monkeypox, constituerait un ensemble de données minimum souhaitable dans le contexte d’une épidémie, y compris l’événement actuel.

Vaccins

L’OMS a récemment élaboré des recommandations provisoires sur la vaccination contre le monkeypox. L’OMS a vivement encouragé les États Membres à tenir compte du contexte de l’actuelle flambée épidémique de variole dans plusieurs pays et à réunir leurs groupes consultatifs techniques nationaux sur la vaccination afin d’examiner les données probantes et de formuler des recommandations sur l’utilisation des vaccins en fonction du contexte national.
Toutes les décisions relatives à l’immunisation des personnes avec des vaccins contre le monkeypox (avant ou après exposition) devraient être prises par un processus décisionnel clinique partagé entre les professionnels de santé et la personne à vacciner, sur la base d’une évaluation conjointe des risques et des bénéfices, au cas par cas. Les États membres qui utilisent des vaccins contre le monkeypox sont encouragés à le faire dans le cadre d’études cliniques concertées utilisant des méthodes de conception et des outils de recueil de données cliniques et de résultats normalisés afin d’accroître rapidement la production de données probantes, en particulier sur l’efficacité et la sécurité des vaccins.
Lorsque la participation à des essais cliniques d’efficacité contre placebo pour les vaccins contre le monkeypox et les calendriers de vaccination n’est pas considérée comme possible, l’utilisation d’une gamme d’autres modèles robustes de conception d’études pour évaluer l’efficacité des vaccins doit être rapidement mise en place en utilisant des méthodes standard de recueil de données.

Communication des risques et engagement communautaire (CREC)

Les États membres doivent concentrer leurs efforts sur la sensibilisation, la gestion de la perception des risques, le maintien de la confiance et le soutien proactif aux personnes à risque afin qu’elles prennent des décisions éclairées pour se protéger et protéger les autres contre la variole du singe.
Le 24 juin, l’OMS a publié des recommandations provisoires sur les méthodes et les considérations relatives à la communication des risques et à l’engagement communautaire (RCCE) pour le monkeypox. Ce document contient des recommandations sur l’identification et la communication avec les populations touchées et les publics clés, et sur la manière d’éviter la stigmatisation dans les communications de proximité. Il comprend également des messages clés sur les symptômes du monkeypox, la transmission, les mesures de prévention et la communication sur l’incertitude. Ce document fournit également des conseils en matière de CREC aux responsables et aux planificateurs de rassemblements et d’événements, où un contact physique étroit peut créer un environnement propice à la transmission de la variole du singe. De plus, ce document comprend un recueil de recommandations sur les méthodes et les ressources de CREC pour soutenir la réponse au monkeypox.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante