Naissance d’Aurobac Therapeutics, coentreprise de lutte contre l’antibiorésistance

Naissance d’Aurobac Therapeutics, coentreprise de lutte contre l’antibiorésistance

6 juillet 2022 0 Par La Rédaction

Dans un communiqué de presse ce jour, Boerhringer Ingelheim, Evotec et Biomérieux ont annoncé réunir leurs forces pour trouver des solutions à une menace de santé publique planétaire

Boehringer Ingelheim est un laboratoire biopharmaceutique allemand, bioMérieux un acteur français majeur dans le diagnostic in vitro et Evotec une société allemande évoluant dans la biothérapie et les thérapies géniques très active dans la recherche sur les maladies infectieuses.
Aurobac est financée à hauteur de 40 millions d’euros avec Bohringer Ingelheim comme investisseur principal pour 30 millions d’euros et les deux autres entreprises pour 5 millions chacune.
Le siège social d’Aurobac sera a Lyon.

Les trois entreprises sont engagées dans la lutte contre les pandémies.

Empêcher une « ère post-antibiotique »

« L’augmentation des infections résistantes aux antibiotiques – ou antibiorésistance –  constitue une crise mondiale imminente, »  « L’antibiorésistance tue environ 1,27 million de personnes dans le monde chaque année et on estime que, d’ici 2050, on pourrait compter 10 millions de décès en raison de l’antibiorésistance, ce qui la rendrait plus mortelle que le cancer. » indique le communiqué des trois sociétés fondatrices d’Aurobac.

« La perspective inquiétante d’une ère post-antibiotique a de nombreuses explications mais une seule solution : le développement de nouvelles antibiothérapies ciblées et efficaces » déclare le PDG d’Evotec.

On rappelle que l’OMS pointe le fléau de l’antibiorésistance et son urgence. Très peu de molécules antibiotiques sont approuvées, soit une douzaine sur les 5 dernières années. Pas de quoi parer au problème d’antibiotiques qui perdent leur efficacité au fil du temps. Actuellement, moins de 80 traitements antibiotiques en sont au stade des études cliniques, tous types de traitements confondus, à savoir pour plus de la moitié des molécules de classes chimiques traditionnelles et pour le restant, moins conventionnel, des bactériophages et des anticorps monoclonaux.

De l’empirisme au traitement de précision

L’objectif des trois partenaires est un changement de paradigme de l’antibiothérapie, avec une stratégie qui prend le contre-pied des schémas thérapeutiques empiriques actuels, à savoir l’utilisation d’antibiotiques à large spectre non ciblés. Le but est ainsi de développer une « démarche de précision utilisant de nouvelles solutions très efficaces, ciblées, associées à des diagnostics rapides et exploitables », annonce le trio.
Pour cela, il faudra être capable d’identifier les pathogènes rapidement ainsi que leurs profils d’antibiorésistance. Le communiqué évoque pour Aurobac « de nouveaux modèles économiques ».

La stratégie de ciblage doit permettre de préserver l’efficacité des antibiotiques pour les générations futures.

Image d’en-tête : logos des 3 entreprises fondatrices d’Aurobacs Therapeutics

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso