CardiologieDiagnosticMaladies cardiovasculairesMédecineRapports de cas cliniquesSanté

Signe de Frank : un marqueur dermatologique de la maladie coronarienne

Un rapport de cas clinique, pour ceux qui s’intéressent à la médecine par des experts de terrain ! complété de notes de la Rédaction [NDLR] pour expliciter certains termes médicaux

par Omer Ali Mohamed Ahmed Elawad, service de médecine, Medani Heart Centre, et Ahmed Abdalazim Dafallah Albashir, Faculté de médecine, Université de Gezira, Wad Medani City, Soudan

Résumé

Le signe de Frank ou pli diagonal du lobule de l’oreille (DELC) est un pli diagonal du lobe de l’oreille qui s’étend vers l’arrière à partir du tragus à un angle de 45 degrés à travers le lobule jusqu’au bord du pavillon de l’oreille. Il a été décrit comme un marqueur dermatologique de la maladie coronarienne. Le signe de Frank est un signe clinique utile de la maladie coronarienne. L’inspection des lobes d’oreille doit être considérée comme faisant partie intégrante de l’examen physique dans la pratique clinique pour les patients pour lesquels on suspecte une maladie coronarienne.


Un homme de 56 ans, gros fumeur et atteint d’hypertension artérielle de longue date, s’est présenté avec une douleur thoracique d’origine cardiaque. L’examen physique a révélé des plis bilatéraux complets au niveau des lobes de l’oreille (signe de Frank).

Pli diagonal complet du lobe de l’oreille ou signe de Frank (flèche blanche)

L’électrocardiogramme a révélé un sous-décalage du segment ST dans les dérivations inférieures et les examens de laboratoire ont révélé une troponine sérique [marqueur de lésion du myocarde en cas de libération dans la circulation, marqueur quantitatif de sévérité de l’infarctus du myocarde, NDLR], quantitative de 8,7 ng/dl (valeur normale de 0 à 0,6 ng/dl).

La coronarographie a révélé une occlusion totale de l’artère coronaire moyenne droite.

Le signe de Frank a été rapporté pour la première fois par Sanders T. Frank en 1973 comme signe dermatologique prédictif d’une maladie coronarienne [1].

Le signe de Frank est supposé être le résultat d’une perte de fibres élastiques due à une augmentation du stress oxydatif radical en circulation libre, et à une augmentation de l’épaisseur des vaisseaux sanguins de l’intima [tunique interne d’un vaisseau sanguin, NDLR] avec un débit sanguin réduit en l’absence de vaisseaux collatéraux dans le lobe de l’oreille, décrivant la morphologie vasculaire présente dans le lit coronarien.

Comme le cœur, le lobe de l’oreille présente une microcirculation de type artère terminale, sans vaisseaux collatéraux, et devient facilement anoxique [de ‘anoxie’ : insuffisance d’apport en oxygène aux organes et tissus vivants, NDLR] lorsque ces artères terminales sont obstruées [2].

Bien qu’elle ne permette pas de conclure à l’existence d’une maladie coronarienne, l’inspection des lobes d’oreille doit être considérée comme faisant partie intégrante de l’examen physique dans la pratique clinique pour les patients avec suspicion de maladie coronarienne.

Ce rapport de cas souligne l’importance du signe de Frank en tant qu’indicateur d’une maladie coronarienne sous-jacente.

Références

  1. Frank ST. Aural sign of coronary artery disease. N Engl J Med 1973; 289: 327–8
  2. Shoenfeld Y, Mor R, Weinberger A, Avidor I, Pinkhas J. Diagonal ear lobe crease and coronary risk factors.  J Am Geriatr Soc (Internet)  1980; 28: 184–7.

Article paru initialement dans Oxford Medical Case Reports, traduit et annoté par la Rédaction.

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui d’une rédaction qui se mobilise pour produire et diffuser des contenus de qualité. Qui paie ? vous, uniquement, pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324Z94873) édité par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.

Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

via J’aime l’Info, association d’intérêt général partenaire de la presse en ligne indépendante :

ou via la page dédiée de J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 12 =