5 milliards de personnes ne sont pas protégées contre les acides gras trans, substances nocives pour le cœur. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) réitère son appel à les éliminer

Dans un rapport publié le 23 janvier, l’OMS rappelle que les acides gras trans dans l’industrie alimentaire sont un problème de santé publique mondial. Elle avait déjà appelé à s’en débarrasser en 2018

C’était un objectif pour 2023. Depuis cet appel il y a 5 ans, l’OMS constate des progrès puisque les politiques inspirées par les Bonnes pratiques d’élimination et de réduction des acides gras trans couvrent six fois plus de personnes qu’en 2018, Quarante-trois pays les appliquent ce qui protège 2,8 milliards de personnes.

Les 5 milliards restant soit la majorité des personnes sont exposés aux acides gras trans nocifs dans les aliments. Le constat amer de l’OMS est que l’élimination n’est pas pour cette année.

500 000 décès prématurés par an

C’est l’estimation de l’impact des acides gras trans industriels, contenus principalement dans les aliments préemballés, les produits de boulangerie, les huiles de cuisson et les pâtes à tartiner.

« Les acides gras trans n’ont aucun avantage connu et présentent des risques énormes pour la santé qui entraînent des coûts énormes pour les systèmes de santé », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. « En revanche, l’élimination des acides gras trans est une mesure rentable qui présente d’immenses avantages pour la santé. Pour dire les choses simplement, les acides gras trans sont un produit chimique toxique qui tue et qui ne devrait pas se trouver dans les aliments. Il est temps de s’en débarrasser une fois pour toutes. » 

Quels sont les pays où l’en enregistre le taux estimé le plus élevé de décès par maladie coronarienne en raison de la consommation d’acides gras trans ? l’Australie, de l’Azerbaïdjan, le Bhoutan, l’Équateur, l’Égypte, l’Iran, le Népal, le Pakistan et la République de Corée.  Ce sont 9 pays parmi les 16 identifiés qui n’ont pas de politique de Bonnes pratiques concernant les acides gras trans industriels.

Performance de mise en œuvre de bonnes pratiques relatives aux acides gras trans (TFA)

Infographie rapport OMS

Situation dans les pays d’Afrique

Tableau 6 rapport OMS

Deux mesures clés

Selon l’OMS, les bonnes pratiques d’élimination des acides gras trans consistent à :

 1) imposer une limite nationale de 2 grammes d’acides gras trans produits industriellement par 100 grammes de matières grasses totales dans tous les aliments

2) interdire au niveau national la production ou l’utilisation des huiles partiellement hydrogénées, qui sont une source majeure d’acides gras trans, dans tous les aliments

Tom Friende, PDG de l’organisation à but non lucratif ‘Resolve to Save Lives’, co-auteur du rapport avec l’OMS, explique :  « Les progrès dans l’élimination des acides gras trans risquent de s’essouffler, alors que ces substances continuent de tuer, » « Chaque gouvernement peut mettre fin à ces décès évitables en adoptant dès maintenant une politique fondée sur les meilleures pratiques. Le jour où les acides gras trans cesseront de tuer n’est pas loin, mais les gouvernements doivent agir pour mettre fin à cette tragédie évitable. « 

Ce sont les pays à revenus élevés (Amériques, Europe) qui appliquent des politiques d’élimination des acides gras trans. On constate que de plus en plus de pays dans les pays à revenus intermédiaires s’y mettent.

Préconisation pour 2023

L’OMS recommande aux pays de se concentrer sur quatre domaines :

  • Adoption de politiques fondées sur les Bonnes pratiques
  • Suivi et surveillance
  • Huiles de remplacement sans risque pour la santé
  • Sensibilisation

Du côté des fabricants de produits alimentaires, ils sont encouragés à éliminer de leurs produits les acides gras trans dans la production industrielle. C’est un engagement qui a d’ailleurs été pris PARl’International Food and Beverage Alliance (FBA). Il faudrait que les principaux fournisseurs d’huiles et de matières grasses devraient supprimer les acides gras trans d’origine industrielle des produits vendus aux fabricants de produits alimentaires partout dans le monde. 

Ce sont les produits incriminés.

Les orientations proposées par l’OMS, en 6 recommandations

REview: examiner les sources alimentaires d’acides gras trans et les changements de politique nécessaires.

Promote: promouvoir le remplacement des acides gras trans produits industriellement par des huiles ou des graisses plus saines.

Legislate: adopter des lois ou prendre des mesures réglementaires pour éliminer les acides gras trans produits industriellement.

Assess: évaluer et suivre la teneur en acides gras trans dans l’alimentation et l’évolution de la consommation d’acides gras trans dans la population.

Create awareness: sensibiliser les décideurs politiques, les producteurs, les fournisseurs et le grand public aux conséquences sanitaires des acides gras trans.

Enforce: veiller à la bonne application des politiques et des réglementations.

Pour aller plus loin

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
11 + 21 =