AllemagneAstronomieHistoire des sciencesInternationalScienceThéorie de la relativitéVitesse de la lumière

Caroline Herschel, première femme astronome, manque toujours de reconnaissance deux siècles plus tard

par Kris Pardo, Assistant professor of Physics and Astronomy, USC Dornsife College of Letters, Arts and Sciences, États-Unis

Caroline Herschel, la première femme astronome professionnelle, a apporté à l’astronomie des contributions qui sont encore importantes aujourd’hui. Mais même de nombreux astronomes ne reconnaissent pas son nom.

La plupart des scientifiques s’intéressent aux techniques, données et théories les plus récentes dans leur domaine, mais ils connaissent souvent très peu l’histoire de leur discipline. Les astronomes, comme moi, ne font pas exception.

Ce n’est que lorsque j’ai donné un cours d’introduction à l’astronomie que j’ai appris l’existence de Caroline. Aujourd’hui, grâce à une nouvelle exposition de ses documents au musée Herschel de Bath, en Angleterre, d’autres personnes pourront également en apprendre davantage sur elle. Son histoire reflète non seulement les priorités de l’astronomie, mais aussi la manière dont les mérites sont attribués sur le terrain.

Son parcours vers l’astronomie

Caroline Herschel, née en 1750 (à Hanovre en Allemagne dans une famille de musiciens et décédée en 1848, NDLR), n’a pas eu une enfance facile. Après une crise de typhus qui l’a marquée de cicatrices quand elle était petite, sa famille a supposé qu’elle ne se marierait jamais et l’a traitée comme une servante non rémunérée. Elle est forcée d’effectuer des tâches ménagères, bien qu’elle ait manifesté un vif intérêt pour les études dès son plus jeune âge. Elle finit par échapper à sa famille pour suivre son frère aîné William Herschel, qu’elle adorait, à Bath.

Caroline Herschel travaillait avec son frère William sur de nombreux projets. A. Diethe/Wellcome Images via Wikimedia Commons, CC BY-SA

Au début, Caroline était une astronome quelque peu réticente. Elle ne commença à s’intéresser à l’astronomie que lorsque William était déjà très absorbé par le sujet. Bien qu’elle ait parlé de manière assez dévalorisante de la façon dont elle a suivi son frère dans ses différents intérêts, notamment la musique et l’astronomie, Caroline finit par reconnaître son véritable intérêt pour l’étude des corps astronomiques.

À l’époque, les astronomes s’intéressaient surtout à la découverte de nouveaux objets et à la cartographie précise du ciel. L’utilisation de télescopes pour rechercher de nouvelles comètes et nébuleuses était également populaire. William Herschel est devenu célèbre après sa découverte d’Uranus en 1781, bien qu’il ait d’abord pris la planète pour une comète.

Au début de sa carrière, Caroline travaillait comme assistante de William. Elle se concentre principalement sur les tâches liées aux instruments astronomiques, comme le polissage des miroirs des télescopes. Elle aide également à faire des copies des catalogues et prend des notes minutieuses sur les observations de William. Puis elle a commencé à faire ses propres observations.

Exploration du ciel

En 1782, Caroline commence à consigner les positions des nouveaux objets dans son propre journal de bord. C’est grâce à ce travail qu’elle a découvert plusieurs comètes et nébuleuses. Le 1er août 1782, elle découvre une comète, c’est-à-dire que c’est la première à la voir de ses propres yeux dans un télescope. Il s’agit de la première découverte de comète attribuée à une femme. Elle a ensuite découvert sept autres comètes au cours des 11 années suivantes.

À l’époque des travaux des Herschel, c’était l’observation réelle d’un objet qui justifiait la reconnaissance publique, de sorte que Caroline n’était créditée que pour les comètes qu’elle voyait elle-même au moyen d’un télescope. Pour tout le reste de son travail, comme l’enregistrement et l’organisation de toutes les données issues des observations de William, elle a reçu moins de crédit que ce dernier.

Par exemple, lorsque Caroline a pris toutes les observations de William et les a compilées dans un catalogue, celui-ci a été publié sous le nom de William. Caroline n’est mentionnée que comme « assistante » dans l’article.

Néanmoins, en reconnaissance de ses découvertes et de son travail en tant qu’assistante de William, le roi George III d’Angleterre a accordé un salaire à Caroline, faisant d’elle la première femme astronome professionnelle.

Plus tard, Caroline a réorganisé le même catalogue de manière plus efficace, en fonction de la façon dont les astronomes praticiens intéressés par la recherche de comètes observaient réellement le ciel nocturne. Ce catalogue mis à jour a ensuite servi de base au Nouveau catalogue général, que les astronomes utilisent encore aujourd’hui pour classer les étoiles.

Les Herschel ont également créé la première carte, bien qu’elle ne soit pas tout à fait correcte, de notre galaxie, la Voie lactée.

À qui revient le mérite en astronomie ?

La reconnaissance du travail scientifique au sein de la communauté astronomique est très différente aujourd’hui de ce qu’elle était à l’époque des Herschel. En fait, la plupart des astronomes qui sont reconnus aujourd’hui sont ceux dont le travail ressemble beaucoup à celui de Caroline : enregistrer et organiser les données relatives aux observations astronomiques.

Aujourd’hui, les astronomes mettent rarement leurs yeux dans l’oculaire d’un télescope, et la plupart des découvertes les plus importantes sont faites par des télescopes dans l’espace. Mais les astronomes ont toujours besoin de pouvoir donner un sens à toutes les données provenant de ces télescopes. Les catalogues comme celui de Caroline sont des outils importants pour y parvenir.

Aujourd’hui, la plupart des personnes n’ont jamais entendu parler de Caroline Herschel. Bien que plusieurs objets astronomiques, même un satellite, portent son nom, elle n’est pas aussi connue que les autres astronomes de son époque. Ce manque de reconnaissance est probablement dû au fait que son frère a reçu tous les honneurs pour son catalogue. Aujourd’hui, les astronomes les reconnaîtraient tous les deux.

L’amas d’étoiles NGC 7789 est officieusement surnommé « Caroline’s Rose » en l’honneur de Caroline Herschel. Anton Vakulenko via Wikimedia Commons, CC BY-SA

Caroine Herschel fait partie d’une longue lignée de femmes astronomes qui n’ont pas été reconnues à leur juste valeur et dont les travaux ont été utilisés pour justifier l’attribution de prix à des hommes scientifiques. Ces problèmes ne se limitent pas à la science du 18e siècle, mais persistent également dans l’astronomie moderne. Jocelyn Bell Burnell, qui a découvert le premier pulsar radio, n’a pas été retenue pour le prix Nobel de 1974, qui a été attribué à son directeur de thèse.

Bien que l’astronomie ait parcouru un long chemin depuis le XVIIIe siècle, les astronomes doivent encore réfléchir attentivement à la manière de reconnaître équitablement les personnes qui participent aux découvertes scientifiques. Reconnaître les contributions d’astronomes comme Caroline Herschel est un petit pas vers la reconnaissance des mérites.

Image d’en tête : Internet Archive Book Images via Wikimedia Commons

Pour aller plus loin

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, ce article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui de journalistes professionnels rémunérés, celui de notre site internet et d’autres nécessaire au fonctionnement de la structure. Qui paie ? nos lecteurs pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324Z94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.
Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Une réflexion sur “Caroline Herschel, première femme astronome, manque toujours de reconnaissance deux siècles plus tard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 14 =