ActualitésCinémaCritique cinématographiqueFilm d'animationGuillermo del ToroInfluenceursPinocchioPsychologieTwitter

Critique de film : le ‘Pinocchio’ de Guillermo del Toro

Ce récit d’un enfant perdu évoque la destinée du cinéaste

par Keith McDonald, Senior Lecturer Film Studies and Media, York St John University, Londres, Royaume-Uni

Que Guillermo del Toro crée un jour une version de Pinocchio ressemble à un destin cinématographique. Le thème dominant de sa vision cinématographique est, après tout, l’amour de ceux que les autres considèrent comme des monstres, des parias ou des inadaptés.

Le cinéaste d’origine mexicaine a commencé à travailler comme illustrateur d’effets spéciaux et maquilleur avant de réaliser son premier long métrage, Cronos, en 1993 – une fable sur le lien profond entre une fille et son grand-père vampirique.

Depuis, Guillermo del Toro s’est forgé une carrière internationale en réalisant des films en Espagne et aux États-Unis, et a remporté l’Oscar du meilleur réalisateur pour La Forme de l’eau en 2017.

Il n’est pas surprenant que, tout comme Cronos concerne une fille qui tente de protéger son grand-père mort-vivant, Pinocchio implique un père qui tente de protéger le remplaçant de son fils décédé. Pinocchio présente un point culminant de plusieurs des éléments fondamentaux qui ont dominé la carrière de Guillermo del Toro jusqu’à présent.

En tant que spécialiste de l’œuvre de Guillermo del Toro, je l’ai interviewé en 2015. Il parlait déjà à l’époque de ses ambitions pour Pinocchio, et de sa conviction que « l’animation est à bien des égards l’avenir des films de genre ». Il expliquait que la seule chose qui freinait ses ambitions était un « moyen de capturer le hasard ».

Il l’a manifestement trouvé. Sa représentation du monde de Pinocchio a un style désordonné et désordonné satisfaisant, notamment dans la nature non polie de Pinocchio lui-même, qui est sculpté par un Geppetto ivre et en deuil.

L’état brisé et inachevé du corps de Pinocchio symbolise son statut d’outsider. Une fois encore, Del Toro peuple son film d’inadaptés, de laissés-pour-compte et de laissés-pour-compte – ceux qui sont perdus dans un monde chaotique.

De nombreux spectateurs ont découvert l’œuvre de Del Toro avec Le Labyrinthe de Pan (2006), qui racontait l’histoire d’une jeune fille, Offelia, piégée dans une relation manipulatrice et cruelle avec son beau-père fasciste espagnol, le capitaine Vidal. Offelia se voit offrir une échappatoire à travers une série d’épreuves terrifiantes par le mystérieux Faune (dont le costume est d’ailleurs fait de bois ancien – peut-être un autre clin d’œil à Pinocchio) dans un conte de fées pour adultes qui a pour toile de fond la guerre civile espagnole.

Cette notion d’enfant abandonné, dont l’avenir est disputé par ceux qui cherchent à modifier leur destin, se retrouve dans de nombreuses autres œuvres de Guillermo del Toro. Dans L’épine dorsale du diable (2001), nous suivons Carlos, un orphelin de 12 ans issu de la guerre civile espagnole qui se retrouve dans un orphelinat hanté, entouré de dangers.

Dans Hellboy (2004), un enfant démoniaque est libéré par des nazis qui tentent d’améliorer le surnaturel, et est sauvé par un scientifique qui l’élève pour protéger la civilisation. Il devient une figure paternelle, mais meurt plus tard, laissant Hellboy abandonné et maudit par sa propre différence.

Pinocchio de Guillermo del Toro est l’aboutissement de la préoccupation artistique du réalisateur pour l’enfant abandonné et non désiré. Dans l’œuvre de del Toro, ces enfants deviennent le symbole de l’avenir d’un monde en guerre.

Guillermo del Toro tient la première marionnette utilisée pour son Pinocchio en arrêt sur image Source : mandraketheblack

Moquerie du fascisme

Guillermo Del Toro situe son Pinocchio dans l’Italie fasciste, là où les bombes militaires ont tué le « vrai » fils de Geppetto, mettant ainsi le conte en marche.

Certains pourraient considérer ce mélange de réalité historique et de fantaisie comme grossier. Mais grâce à l’engagement de del Toro dans le rendu de ses mondes, l’apparition du fantastique n’est jamais choquante, mais assumée, faisant autant partie du tissu de la réalité que les bombes du régime fasciste.

Pinocchio se produit dans un numéro de cirque. Netflix

Le premier ministre italien Benito Musollini est représenté en train d’assister au numéro de cirque de Pinocchio, et est présenté comme un homme-enfant ridicule et bouffi. Pinocchio est censé rendre un hommage flatteur, mais au lieu de cela, il s’écarte du script et se moque du régime de manière comique. Cela met encore plus en lumière l’infantilisme grotesque du programme fasciste, d’une manière qui rappelle les célèbres représentations d’Hitler et de son globe flottant par Charlie Chaplin.

Extrait de ‘Le Dictateur », comédie guerrière de et avec Charlie Chaplin, 1940

Naviguer dans la « vallée de la peur »

Il n’est pas anodin que Pinocchio soit le premier film d’animation de Guillermo del Toro (bien qu’il ait travaillé sur la série télévisée Trollhunters entre 2016 et 2021), notamment en raison du style d’animation utilisé.

La stop-motion offre une alternative visuellement étonnante à d’autres Pinocchios notables – une esthétique vécue, sinistre, qui fait écho aux éléments plus sombres et plus matures de la version de del Toro.

Elle élimine également le problème de la « vallée étrange » (auquel Robert Zemeckis a été confronté dans sa propre interprétation plus tôt dans l’année), où les personnages en images de synthèse sont intrinsèquement effrayants. Dans le Pinocchio de Guillermo del Toro, tous les personnages ont l’air étrange d’une manière ou d’une autre, et la présence d’un grillon parlant et d’un enfant en bois ne semble pas trop perturber les habitants de son monde.

Affiche de l’adaptation de Pinocchio par Robert Zemeckis, qui a dû faire face aux problèmes de la « vallée étrange ». Disney Enterprises, Inc. ->

Au contraire, le cœur du film est un testament à l’humanité, résumé par la proclamation du garçon de bois selon laquelle « la vie est un si merveilleux cadeau ». Ce sentiment, associé à une séquence finale déchirante – rendue d’autant plus émouvante par la pertinence du monde réel qui traverse le film – fait de Pinocchio de Guillermo del Toro un ajout digne de ce nom à son œuvre croissante.

It’s an oeuvre which advocates for the future of the young and shines a light on the childish futility of warmongering. Using fantasy and genre fiction, del Toro once again gives voice to those who might otherwise be disregarded as “freaks”.

Affiche en français de « The Shape of Water »

Article paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, ce article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction à condition avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.
Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 + 7 =