Déclarations d’Alexandra Henrion-Caude : encore de la désinformation cette fois sur ISRAËL

Profitons une nième fois des propos à base d’informations manipulées d’Alexandra Henrion-Caude pour rétablir la vérité .

Pourquoi ?

Montrer du doigt l’évolution croissante du taux d’incidence et de décès avant la durée incompressibles d’obtention des bénéfices de la vaccination ET du confinement…

…Est sinon malhonnête, au moins injuste.

Alors voici le contexte:

⁃ la 3e vague a commencé en Israël début décembre.

⁃ Les Israéliens ont commencé la vaccination le 20/12 et ont reconfiné le 27/12/2020.

⁃ Ils respectent le délai de 3 semaines entre 2 doses pour le vaccin Pfizer et 4 semaines pour le vaccin Moderna.

Au 27/01/2021 :

⁃ 30 % de la population a reçu 1 dose.

⁃ 15 % de la population. a reçu 2 doses.

Sachant que, d’après le Pr Bercovier, Professeur de microbiologie à l’Université hébraïque de Jérusalem :

 »  Tant qu’on n’aura pas 80 à 90 % de personnes ayant reçu les deux doses du vaccin, en particulier les plus de 65 ans, on n’aura pas d’effet important « 

Et il s’attend à un impact réel à partir de DÉBUT FÉVRIER

Regardons quand même l’évolution du taux d’incidence en Israël :

Le 17/01: nous avons le pic du taux d’incidence des contaminations, puis nous avons un plateau, puis cela semble diminuer :

On voit donc une baisse environ 28 j après le début de la vaccination et 21 jours après le début du confinement.

On peut supposer, pour expliquer ces résultats, les effets concomitants du début de la vaccination ET du confinement,

Car selon les résultats préliminaires d’une étude conduite par l’une des Caisses d’assurance maladie locale:

– Sur 200000 pers de plus de 60 ans ayant reçu 1 dose, 14 à 17j après on constate une chute de 33% du taux d’infection, et selon les observations d’une seconde caisse d’assurance maladie :

– seuls 20 pers. /128 600 (0,015%) ayant reçu les deux doses du vaccin Pfizer étaient infectées par le virus au moins 1 semaine après.

Ce qui semble indiquer l’efficacité du vaccin, mais 3 semaines environ de façon significative après la date de la 1 ère injection, et avec 2 doses.

Et n’oublions pas non plus le rôle très probable du confinement sur cette tendance.

MAIS, comme nous l’avons déjà expliqué, cette mesure est toujours prise quand les cas graves commencent à augmenter et donc encore plus le taux d’incidence, et la courbe ne s’atténue que plusieurs semaines après le début du confinement, à cause de la durée d’incubation et des nombreux cas qui continuent d’évoluer.

Ceci expliquant cela…


Un texte de Lee Blanchard @MahFranois3, membre de C4S

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
17 + 21 =