Bamlanivimab d’Eli Lilly : l’évaluation du pharmacologue

Bamlanivimab d’Eli Lilly : l’évaluation du pharmacologue

27 février 2021 0 Par e-Citizen
par le Pr Mathieu Molimard, Pr de Pharmacologie, Pst du CCM Pellegrin, Chef de service de Pharmacologie Medicale CHU Bordeaux, membre fondateur Citizen4Science

Le bamlanivimab est un anticorps monoclonal anti-COVID
– Quel niveau de preuve ?
– Quels bénéfices démontrés ?
– Quels risques ?

Le Bamlanivimab est un anticorps monoclonal neutralisant de type IgG1 qui se fixe sur la protéine Spike dans la région qui permet la liaison de cette protéine de SARS-CoV-2 au récepteur ACE2 des cellules humaines

Une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) a été octroyée par l’ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments) pour le bamlanivimab 700mg en monothérapie :

https://www.ansm.sante.fr/Activites/Autorisations-temporaires-d-utilisation-ATU/ATU-de-cohorte-en-cours/Liste-des-ATU-de-cohorte-en-cours/BAMLANIVIMAB-700-mg-20-mL-35mg-mL-solution-a-diluer-pour-perfusion

On pourrait se dire que c’est bien.

L’ensemble des études disponibles sont décrites sur le site de la Société française de pharmacologie et de thérapeutique :

https://sfpt-fr.org/covid19-foire-aux-questions/1435-174-quelle-est-l%E2%80%99efficacit%C3%A9-des-immunoglobulines-iv-th%C3%A9rapeutiques-contre-la-covid-19

À ce jour seule la phase 2 est publiée et disponible.

Population jeune : 11 patients de plus de 65 ans dans le bras 700 mg objet de l’ATU

Combien de patients de plus de 80 ans sont-ils cibles de l’ATU ?

Le critère principal diminution de la charge virale à J11 : non significatif pour la monothérapie quelle que soit la dose 700, 2 800 ou 7 000 mg

Pas d’effet antiviral du bamlanivimab 700 mg en monothérapie qui a obtenu l’ATU et va être rendu disponible

On a beau chercher dans tous les sens : pas d’effet antiviral quel que soit le jour de l’évaluation et la dose

Peut-être un effet de l’association bBamlanivimab 2 800mg + étésevimab 2 800 mg …

S’il y a un un espoir, c’est du coté des cocktails et non pas des monothérapies.

On insiste pour trouver une effet sur la clairance virale de la monothérapie en analyse de Cox …rien non plus

Il faut se résoudre à l’évidence : il n’y a pas l’effet antiviral espéré et attendu.

Un traitement par anticorps monoclonal antiviral sans activité sur la décroissance virale pourrait-il avoir un effet si utilisé tôt ?

Cela me rappelle confusément quelque chose …

En multipliant les analyses secondaires comme des petits pains on finit par trouver 7 valeurs inférieures à 0,05 sur 52 tests statistiques,
sans aucune logique et sans effet dose … inflation du risque alpha …

Les statisticiens sont en PLS :

Pas d’effet sur la résolution des symptômes :

On a entendu qu’on réduisait les hospitalisations de 70 %.

On aimerait y croire.

On espère que ça sera vrai avec la bithérapie, mais pour la monothérapie, il faudra revenir :

En résumé :

Rien de chez rien

Aucun effet antiviral du bamlanivimab quelle que soit la dose et encore moins à 700 mg

Aucun effet symptomatique

Pas de démonstration d’un bénéfice en monothérapie

De l’espoir peut-être pour les associations d’anticorps.

Reste des questions en suspens :

Pourquoi avoir donné une ATU sur cette base, ANSM ?

Pourquoi surcharger les hôpitaux pour une logistique complexe de ce traitement ?