ActualitésAffaires PubliquesEnvironnementÉpidémiologieFauneFranceGrippe aviaireOne healthSantéSanté animaleSanté publiqueScienceVétérinaire

Grippe aviaire : la situation en France

Le ministère de l’Agriculture a publié ce jour un point sur la situation sanitaire sur le territoire concernant l’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), rapportant une baisse de l’incidence en élevage mais des conditions météo favorisant la survie du virus dans l’environnement, impactant la faune sauvage

À la mi-février, on dénombre 300 foyers de grippe aviaire dans 75 % sont concentrés dans la région Pays de la Loire, plus particulièrement dans une zone à forte densité de volailles en Vendée et Maine-et-Loire constituant une zone à risque de diffusion (ZRD).

Au 3 mars, on compte 313 foyers en élevage.

Souce : ministère de l’Agriculture

Depuis début décembre, des mesures de lutte complémentaires ont été mises en œuvre, à savoir une zone réglementée supplémentaire de 10 à 20 km autour des foyers avec objectif de dé-densifier les lots de palmipèdes et dindes. S’y ajoute la mise en place d’une zone tampon de 50 km où il n’est plus possible à moyen terme d’introduire ces volailles, ainsi qu’un allongement des vides sanitaires pour les poulets et poules pondeuses.

Il y a eu également une forte progression des cas de grippe aviaire chez les animaux sauvages, tant en France qu’en Europe. De façon spectaculaire, la Moselle ou le Bas-Rhin ont rapporté des centaines d’oiseaux trouvés morts dans la nature. Le diagnostic d’IAHP a été posé par analyses par le Laboratoire national de référence (LNR).

La baisse des températures et la période de forte activité migratoire des oiseaux sauvages n’arrange rien, faisant passer le risque de modéré à élevé début novembre 2022.

En pratique, sur tout le territoire les volailles doivent être mises à l’abri et leur rassemblement est interdit.

Image d’en-tête : photo de Xavier Remongin, ministère de l’Agriculture

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui d’une rédaction qui se mobilise pour produire et diffuser des contenus de qualité. Qui paie ? vous, uniquement, pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 + 30 =