AgricultureAlimentationClimatFranceOutre-merSuicide

Mayotte, la double peine ? La sécheresse fait désormais craindre une crise alimentaire

Le manque d’eau a entraîné une sécheresse extrême sur l’île. Les cultures fournissent l’essentiel de l’alimentation locale et elles sont désormais en péril, tout comme les troupeaux

Mayotte est l’île de l’archipel des Comores située la plus à l’Est, se trouvant ainsi à 300 km de Madagascar. Ses terres immergées qui forment elles-mêmes un archipel de près de 375 km2 comprenant beaucoup d’ilots inhabités parfois immergés à marée haute, en sus de Grande-Terre (363 km2). C’est le plus petit département d’Outre-mer de notre pays.

On l’appelle l’île aux parfums à cause de sa culture de l’ylang-ylang, cette plante très odorante qui embaume et est apprécié pour les parfums et cosmétiques. Mais là, on ne risque pas d’en sentir les effluves étant donné la sécheresse qui sévit

D’origine volcanique, avec un massif coralien exceptionnel de 195 mètres de long et un magnifique lagon, Mayotte est un haut lieu de la biodiversité. Cet écrin est néanmoins fragile et malmené depuis les années 1980 : surpopulation humaine, collecte sauvage de coquillages, agriculture sauvage sur brûlis, déchets envahissants font partie des nombreuses nuisances.
Le climat est tropical avec un taux d’hygrométrie « à la hauteur » de 85 %. Habituellement, la saison sèche ne dure que les mois d’été.

Une sécheresse inédite

De mémoire d’homme, on ne se rappelle pas des sols aussi secs. Les rivières sont asséchées, et les cultures grillées. On parle principalement de bananes et de manioc, qui sont une source alimentaire essentielle pour les habitants de Mayotte. Désormais, on s’inquiète de la survie des animaux d’élevage comme les zébus.

Le dernier épisode de sécheresse grave remonte à près de 30 ans, c’était en 1997.

Avec la crise de l’eau actuelle, les habitants font face à un rationnement accentué de l’eau courante, qui sont également liés à des problèmes d’infrastructure. Sur Grande-Terre, depuis le début du mois, il n’y a plus d’eau courante qu’un jour sur trois. Pour Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, il ne faut pas s’affoler : des bouteilles d’eau potable pour tout le monde seront distribuées à prix très raisonnable pour tout le monde, annonçait-il en juillet. Oui, mais ces bouteilles sont vendues à 0,84 centimes le litre, soit trois fois plus cher qu’en métropole. Or Mayotte est le département le plus pauvre de France…. Cette situation pourrait perdurer jusqu’à la saison des pluies en novembre.

Le spectre de la crise alimentaire

Les agriculteurs de Mayotte aujourd’hui alertent et appellent à l’aide. Selon eux, sans mesures concrètes et rapides, l’agriculture locale va s’effondrer et entraîner de graves problèmes alimentaires pour les habitants, qui outre l’agriculture professionnelle, vivent pour la majorité en complément de leur production personnelle en particulier pour les fruits (mangues, papayes, oranges et bien sûr bananes) mais aussi les féculents (manioc principalement).

Image d’en-tête : dessin de presse de WAN pour Science infuse

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 19 =