Point pédagogique sur le « DGS urgent » hépatites infantiles du 3/5/22

par Clarisse Audigier-Valette, pneumo-oncologue, Chef de pôle MedOnco et Unité ConvidPneumo CHU Toulon La Seyne

Effectivement un DG a été émis afin de faire remonter TOUTES les causes des hépatites en dehors de celles liées au Covid puisque la question est de savoir s’il y a un taux plus important en ce moment de ce type de diagnostic chez l’enfant.

DGS urgent du 3/5/22

Il s’agit ENSUITE de les comparer aux nombres d’hépatites Covid induites et ce dans un objectif de les relier ou non au Covid. Cela s’appelle une enquête de prévalence et c’est réalisé à chaque fois qu’il y a un signal d’une pathologie inhabituelle pour en trouver l’étiologie.

Par exemple, en 2018, l’agence Santé publique France avait lancé ce type d’enquête lors de la description de plusieurs cas « d’agénésie transverse des membres supérieurs (ATMS) » dans la région de l’Ain :

Idem lorsque des nouveaux variants sont identifiés, Santé Publique France et le ministère de la Santé lancent des enquêtes en nous demandant de remonter certains cas et pas d’autres On l’a vu sur les variants d’intérêt dans les précédentes vagues Covid (VOC, variant of concern), ou encore dans le cadre de la peharmacovigilance sur les effets secondaires des vaccinations ou sur certaines thérapeutiques comme la chloroquine a l’époque de la première vague.

les raisons de déclencher des enquêtes de ce type sont multiples et c’est ce qui permet de répondre aux questions posées sur des indicateurs de santé. C’est habituel et les DGS ne sont pas apparus avec le Covid. Ce service est en ligne depuis 2017 …pour les alertes santé :

Concernant le DGS urgent hépatites, si la cause est connue l’investigation n’a pas lieu d’être Les données seront croisées dans un 2° temps Ce qui est le but d’une enquête de prévalence lorsqu’on a détecté un signal non confirmé dans un sens comme dans un autre.

Pour une fois c’était assez clair Et ce DGS s’adresse effectivement aux praticiens qui sont mentionnés dans le texte La diffusion générale permet de montrer que le sujet est traité le ministère de la santé. À vouloir trop de transparence , ils créent donc la défiance C’est un comble
On a une diffusion extra large Même de soignants qui ne sont absolument pas concernés C’est le but d’une alerte sanitaire qui visait à diffuser largement que le problème était pris au sérieux A la vue des décryptages suspicieux c’est effectivement l’effet contraire.

Donc les shistorms et interprétations erronées de l’objectif de ce dernier DGS sur les hépatites est assez inquiétant sur le niveau de défiance vis à vis du système de soin de notre pays et témoigne de l’agitation inappropriée des réseaux sociaux dans cette période électorale déjà perturbée.
Un peu de bon sens aussi bien clinique que scientifique ne gâcherait rien aux débats.

Keep calm.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
27 + 26 =