À l’IHU de Marseille, Pierre-Edouard Fournier succède à Didier Raoult pour tourner la page

À l’IHU de Marseille, Pierre-Edouard Fournier succède à Didier Raoult pour tourner la page

13 juillet 2022 0 Par La Rédaction

Le Conseil d’administration spécial de l’IHU a choisi ce jour un successeur issu du sérail, néanmoins avec un profil qui peut permettre d’avancer dans le bon sens sur un terrain laissé miné et traumatisé par l’ancien maître des lieux.

Le professeur Pierre-Edouard Fournier est infectiologue à l’IHU, formé à Marseille et a été durant toute sa carrière dans l’entourage professionnel direct de Didier Raoult. C’est un fait incontestable et il coule ainsi de source qu’il a participé activement ou passivement, à l’organisation et au fonctionnement de l’IHU avec ses entorses à la science et à l’éthique et à la gouvernance par la terreur du gourou marseillais. Il a notamment co-signé un nombre conséquent de publications douteuses de l’IHU.

Cependant sa personnalité est bien différente, plutôt diplomate et sans « grosse tête » apparente, il a pris du recul avec le chef pendant la crise sanitaire qui marque l’apogée des dérives de Raoult, se consacrant pleinement depuis 2020 aux opérations de ses laboratoires et plateformes de recherche avec en charge les unités de séquençage et la biobanque de l’IHU. Il a pris position pour la vaccination contre le Covid jugée être un « défit idiot » par le controversé fondateur et dirigeant de l’IHU. Il a exprimé une réelle volonté de changer les choses à l’IHU. Ainsi, Louis Schweitzer, qui a dirigé le comité de recherche en charge de la succession avait déclaré récemment : « Il nous a paru que M. Fournier, s’il est nommé, avait la capacité grâce à sa connaissance de l’IHU de mener ce changement de cap dans le sens qui a été jugé nécessaire et souhaitable par les experts ».

Pas de candidat idéal

Il faut aussi tenir compte des autres candidats au poste, au nombre de quatre : Philippe Parola, bras droit fidèle de Didier Raoult, qu’il a suivi et défendu bec et ongle dans ses dérives à l’ère du Covid : pseudo-essais cliniques hydroxychloroquine, la donner c’est « soigner, etc. ; un chercheur australien avec un profil d’activité de recherche intéressant mais aussi la potentielle difficulté d’une personnalité étrangère ; le Pr Philippe Guérin et le Pr Philippe Piarroux, avec pour leur part la faiblesse de la recherche ce qui est ennuyeux pour diriger un institut de recherche. Ajoutons pour le second une forte personnalité qui n’est pas forcément ce que l’on souhaite pour une transition sans heurts et un changement complet de gouvernance jusque-là dictatoriale.

Tourner la page, un défi pour Raoult mais aussi ses « fonds de commerce »

Evidemment, c’est un tollé pour les opposants à Raoult et une aubaine pour ses « fonds de commerce » sur les réseaux sociaux qui ne voient que le mauvais côté des choses, sur le mode « je ‘m’indigne donc je suis ».

On peut effectivement voir un compromis dans ce choix, en évitant de plonger dans l’inconnu avec les risques associés à la nomination d’un étranger des lieux. pour assurer une transition intelligente.

Il y a les hommes…. et les processus

N’oublions pas que la politique et les procédures de fonctionnement qui seront mis en place sont essentiels elles imprimeront le mode de fonctionnement et incluront les verrous empêchant les dérives humaines. Car tout ne repose pas derrière les personnes. Les réseaux sociaux, où l’ad hominem et ses combats de coq auto-promotionnels sont rois, n’aident pas à faire cette part des choses.

Ce matin, Didier Raoult a lancé un énigmatique message sur Twitter avant l’officialisation de la succession :

De quoi mettre en furie ses « fonds de commerce » qui sont repartis de plus belle avec cet « os à ronger » laconique. Des chevaliers blancs de la science et surfeurs de vague, dont il sait très bien profiter comme antennes relais depuis plus de 2 ans.

Vont-ils le laisser tourner la page, et ainsi laisser le public saturé par l’omniprésence délétère de Raoult passer eux aussi à autre chose avec l’arrivée du Pr Fournier à la tête de l’IHU ? Rien n’est moins sûr.

Pour aller plus loin

Photo d’en-tête : image tirée d’une vidéo YouTube hebdomadaire de l’IHU

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso