« Didier Raoult le savant flou », on a regardé ce « Complément d’enquête » sur France 2

Pas de révélations comme annoncé pour qui a suivi l’affaire Raoult et écouté les lanceurs d’alerte dès mars 2020 sur l’étude hydroxychloroquine censée prouver son efficacité dans le Covid-19. Seul intérêt : L’interview de Louis Schweitzer

On nous avait promis des révélations à coup de teasers sur Twitter, on reste sur notre faim.
France 2 et l’équipe de Complément d’enquête menée pour ce sujet par la journaliste Nathalie Sapena nous proposent un sujet néanmoins vendeur sur le savant de Marseille. À la décharge de l’émission, il faut dire que Citizen4Science est au fait du sujet, sa fondatrice faisant partie des rares experts en assurance qualité des études cliniques ayant décortiqué publiquement dès disponibilité les données fournies par le Pr Raoult sur les réseaux sociaux pour en dénoncer la qualité douteuse, mais aussi d’emblée la démarche expérimentale dénuée d’éthique, hors des clous réglementaires totalement scandaleuse. C’était il y a maintenant 2 ans et demi et depuis le lancement précoce de l’alerte, de l’eau a coulé sous les ponts et de nombreux scientifiques se sont joints aux lanceurs d’alerte et cette étude a été totalement désavouée.

« Données mal retranscrites »

« Complément d’enquête » s’est procuré un fichier de données anonymisées jamais publié, un fichier Excel de données de 16 patients inclus dans la fameuse étude. En comparant avec les données finales de l’étude publiée, la journaliste met en évidence une erreur de retranscription de 4 diagnostics de Covid qui passent de négatif dans le fichier « source » à positif dans la publication. Pas de révélation, puisque ces données ont été corrigées ouvertement par l’IHU il y a belle lurette (2 ans). Les scientifiques qui ont suivi n’ont pas manqué de parler de ces corrections et des conséquences sur les résultats dans le cadre de leur évaluation continue des productions de l’IHU de Marseille.

Au-delà des données de cette étude, qui sont douteuses à multiples titres au-delà de ce problème de retranscription (patients décédés retirés des analyses, modification de critères d’évaluation en cours d’étude, par exemple) on peut regretter, quitte à faire une rétrospective Raoult, que l’émission n’évoque pas les problèmes graves éthiques et réglementaires maintes fois révélés et en premier lieu dans les médias mainstream par l’infectiologue Karine Lacombe, dès mars 2020 aussi, ce qui lui a valu de terribles expéditions punitives avec harcèlement interminable. Le public aurait gagné à ce que l’on réexplique que la recherche médicale ne se fait pas de façon sauvage, sans les autorisations requises ni consentement éclairé écrit et avec une traçabilité et un contrôle qualité extrême requis par les normes de Bonnes Pratiques Cliniques (qui auraient empêché ces problèmes de mauvaises retranscription entre autres).

Harcèlement à l’IHU, « groupe CIA »

Là aussi il devait y avoir des révélations, mais on n’apprend rien. Tout est déjà documenté notamment en raison d’une condamnation d’un membre du personnel de l’IHU pour harcèlement sexuel, et en raison de plusieurs rapports publiés sur la gouvernance à l’IHU dont ceux de l’IGAS.
L’émission tente d’apporter du neuf avec des interviews de membres du personnel, malheureusement il s’agit de personnes anonymes qui répéteront ce que l’on retrouve de citations (également anonymes) sur les pratiques autoritaires et douteuses en vigueur à l’IHU de Marseille.

Autre tentative de scoop, l’interview téléphonique d’un ancien « antivax » « complotiste » dont le pseudonyme est « Esban », embarqué dans une équipe « groupe CIA » réunie autour de Xavier Azalbert, le directeur du blog FranceSoir. Là encore, on nous promettait des révélations, mais Esban a déjà tout raconté il y a deux ans dans un témoignage archivé par la Rédaction, Cet article connaît d’ailleurs un pic de consultation depuis la diffusion de l’émission hier soir.

Disparition d’une procédure de mesure disciplinaire ministérielle

L’interview d’Agnès Buzyn, en poste comme ministre de la Santé au début de la pandémie de Covid, est intéressante car on y apprend qu’elle avait co-signé avec Frédérique Vidal, (ministre de la Recherche pendant la crise sanitaire), une procédure disciplinaire à l’encontre de Didier Raoult. Cette lettre ministérielle de procédure disciplinaire s’est mystérieusement perdue et n’a jamais aboutie, bref elle a été enterrée.

Bouquet final : Louis Schweitzer

C’est finalement le seul moment intéressant de l’émission : Le journaliste Tristan Waleckx a reçu Louis Schweitzer, homme d’affaires, ex PDG de Renault, et président de la commission de remplacement de Didier Raoult à la tête de l’HU. Il l’a mis face aux faits. On retiendra à la question fatidique posée :

  • « Oui. Indiscutablement » répond M. Schweitzer.

Didier Raoult : une source inépuisable de surf médiatique et sur réseaux sociaux

Au final, le surf médiatique sur vague Raoult se poursuit, pour le plus grand plaisir des médias : mission accomplie pour Complément d’enquête qui a attiré un million de téléspectateurs hier soir. France 2 s’en félicite sur Twitter ce matin;
Également pour le plus grand plaisir on n’en doute pas, de Didier Raoult, qui sait parfaitement exploiter ses détracteurs sur réseaux sociaux pour se maintenir à flot en termes de buzz.
Sur ces réseaux sociaux, on pourra s’amuser ou s’attrister du spectacle peu reluisant des clans « pro-Raoult » et « anti-Raoult ». Nous aurions préféré parlé de camp de la science contre l’antiscience, mais malheureusement, au fil du temps, l’enfermement des uns et des autres dans des bulles cognitives, la recherche de notoriété, la convergence des complotismes et les comportements à type de haine et harcèlement ne sont plus des comportements qui permettent de distinguer l’un ou l’autre de ces groupes sectarisés.
Les arguments de mauvaise foi et invectives ont fusé de part et d’autre, les pro-Raoult attaquant de façon virulente les journalistes de Complément d’Enquête tandis que les « anti-Raoult » se félicitaient entre eux s’auto-attribuant largement le statut de lanceur d’alerte même pour les « pièces rapportées », ou encore en provoquant l’autre clan pour récupérer des commentaires désagréables qu’ils affichent par la suite comme un tableau de chasse tout en se victimisant. Le surf est un vrai sport.

Pour aller plus loin

Image d’en-tête : capture vidéo de la seconde intervention de Karine Lacombe sur Canal + le 23 mars 2022

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

1 réflexion sur “« Didier Raoult le savant flou », on a regardé ce « Complément d’enquête » sur France 2”

  1. Ping : Karine Lacombe relaxée ce mardi suite à la plainte de Didier Raoult contre elle pour diffamation - Citizen4Science Actualités Information Médiation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
25 − 16 =