Comment le néolibéralisme nuit à la santé mentale

par Ruth Cain, Senior Lecturer in Law, University of Kent, Royaume-Uni

La perception d’une hausse des pathologies de santé mentale croît en Occident, parallèlement à un déclin prolongé du bien-être collectif. L’idée que des causes socio-économiques sont à l’origine de ce déclin est de plus en plus convaincante, dans le contexte de ce que l’on a appelé la zombification de l’économie et l’austérité écrasante qui ont suivi la crise financière mondiale.

Plus particulièrement, on craint de plus en plus que les conditions et les effets du néolibéralisme – le tourbillon énervant des privatisations incessantes, la spirale des inégalités, le retrait des aides et des prestations de base de l’État, les exigences professionnelles sans cesse croissantes et inutiles, la désinformation, le chômage et le travail précaire – soient en partie responsables. Ce qui est peut-être le plus lassant, ce sont les injonctions envahissantes mais distantes des médias, des institutions publiques, des publicités, des amis ou des employeurs, qui nous incitent à nous surpasser, à persévérer, à prendre notre part du gâteau qui diminue, « parce que vous le valez bien » – même si vous devez constamment le prouver, chaque jour.

Dans notre travail et nos loisirs, nous sommes incités à feindre un enthousiasme permanent dans un contexte d’attentes radicalement réduites. Le jargon néolibéral creuse la terminologie de l’accomplissement, exigeant de se vanter de l' »excellence » et du « dévouement » personnels alors que les possibilités réelles d’accomplissement diminuent et que le travail est vidé de son sens. Dans mon institution, les uniformes du personnel de nettoyage portent des inscriptions annonçant qu’ils accomplissent leur travail avec  » passion, professionnalisme et fierté  » – comme s’il était raisonnable d’exiger de la  » passion  » d’un agent de propreté au salaire minimum dont la charge de travail a doublé depuis 2012.

« Libre choix »

Un collègue m’a récemment informé que les jeunes enfants des Bermudes réparent leur mauvaise conduite en entonnant « Je veux faire de bons choix ». Comme l’ont étudié les criminologues Steve Hall, Simon Winlow et Craig Ancrum, les « choix » deviennent une question de vie ou de mort lorsqu’un mauvais choix ou deux peuvent vous transformer en un « loser » irrémédiable. On nous dit que les obstacles structurels à l’aspiration, à la réussite et au contentement disparaîtront dans notre économie fantaisiste du « choix ».

Mais cette imposture du « libre choix » démotive et dépolitise. Dans un tel monde, la dépression, l’anxiété, le narcissisme (la défense primitive du moi infantile contre une attaque écrasante) sont des réponses tout à fait logiques. Il a été confirmé que les sociétés néolibérales rendent leurs citoyens malades physiquement et mentalement ; l’effet est d’autant plus grand que la société est inégale et que ses citoyens ne sont pas protégés de la « compétitivité » du marché libre.

Distraction permanente – New York City, NY, États-Unis

Dans ce contexte, la dépression peut sembler presque autoprotectrice : une option de sortie d’une série de compétitions continuelles impossibles à gagner. L’augmentation récente des diagnostics de maladies mentales et de « troubles du développement » impliquant des états d’agitation et d’hyperstimulation est tout aussi intéressante. Dans le cas du TDAH (trouble du déficit de l’attention, avec ou sans hyperactivité), par exemple, l’hyperactivité et la distractibilité d’une personne la rendent officiellement atteint d’un trouble ou même invalide, dans la mesure où elle est censée être incapable de faire face à un environnement de capitalisme tardif hyperstimulant. Pourtant, dans un autre sens, ces personnes sont tout à fait en phase avec une économie de la distraction permanente, dans laquelle l’attention est constamment captée et exploitée financièrement.

Auto-évaluation

Les soins de santé néolibéralisés exigent que chaque patient (ou plutôt « client » des « services » de santé) assume la responsabilité de son propre état ou comportement. Les soins de santé mentale sont donc recadrés comme une série de « résultats » visant une amélioration mesurable que l' »utilisateur du service » doit gérer lui-même dans la mesure du possible. L’accès au diagnostic et au soutien psychiatriques dans les services de santé publique (ainsi que dans les régimes de soins de santé au travail privés ou gérés par l’employeur) dépend parfois de la tenue d’un journal de l’humeur ou des symptômes à l’aide de techniques d’auto-surveillance sur smartphone ou montre intelligente. Et il se pourrait bien que les conséquences d’un manquement à l’auto-surveillance soient plus punitives à l’avenir, à mesure que les employeurs et peut-être les organismes de prestations acquièrent davantage de pouvoir pour exiger ce type de performance de la part des travailleurs.

Cette « révolution » des applications « santé mobile » nous montre également comment la maladie mentale et l’anxiété liée à la santé mentale elle-même peuvent être habilement commercialisées et financiarisées. Des applications de mesure comme MoodGym sont achetées par le National Health Service [ministère de la santé, ndlr] britannique pour être utilisées par les patients. Lorsque le patient s’autocontrôle, il est constamment encouragé à faire preuve de « récupération », indépendamment de son invalidité à long terme. Il est également révélateur que le rétablissement soit basé sur « l’aptitude au travail », puisque l’adulte qui en a besoin est engagé dans une activité professionnelle à tout moment.

Cet accent mis sur l’aptitude au travail explique en partie la relative rareté des services de santé mentale pour enfants au Royaume-Uni, dont le nombre de lits est catastrophiquement bas et qui ont été parmi les premiers à être privatisés.

Soins ou gestion des risques ?

Les États néolibéraux se déchargent des coûts des soins en individualisant et en privatisant les tâches de soins. Les personnes présentant des symptômes pathologiques sont divisées en deux catégories : les personnes « dangereuses », pour lesquelles des méthodes de confinement punitives ou autoritaires peuvent être utilisées, et celles qui doivent se débrouiller avec les ressources qui leur restent, à elles ou à leur famille.

Les années 1970-80 ont vu la fermeture des derniers asiles psychiatriques du Royaume-Uni et la fin bienvenue de l’institutionnalisation à long terme de milliers de personnes considérées comme « folles » et sans droit à la liberté. Comme l’État a également réalisé d’importantes économies grâce au transfert des patients de retour vers la « communauté », la situation semblait constituer un schéma gagnant-gagnant. Mais un demi-siècle après que les « soins au sein de la communauté » soient devenus la norme pour la plupart des malades chroniques, le traitement communautaire efficace est entravé par des budgets réduits, des niveaux de personnel et un moral au plus bas. Les services psychiatriques du NHS (National Health Service), dont le financement a été systématiquement réduit, ont du mal à respecter les obligations légales qui leur incombent en matière de soins de base.

Au Royaume-Uni, c’est de plus en plus la police qui gère les crises de santé mentale de « première ligne ». Les prisons servent d' »entrepôts » les personnes souffrant de troubles mentaux. Pendant ce temps, dans les prisons américaines, les services de « santé mentale » accueillent les détenus suicidaires ou autrement instables mentalement ou émotionnellement, qui sont placés dans des cellules et des vêtements spéciaux « anti-suicide », parfois en isolement prolongé. Tout semblant de soin s’effacera finalement au profit d’une protection contre les litiges dans le contexte carcéral. Dans de nombreux États américains, des « smocks anti-suicide » sont désormais placés sur les patients qui semblent suicidaires ou psychotiques lors de leur admission ou pendant leur incarcération, et sont portés même au tribunal.

Quels sont donc les moyens de résister à ces tendances inquiétantes ? L’humour noir est un moyen de faire face à des systèmes qui commandent la « positivité » tout en vous informant à chaque étape que vous êtes déjà un « loser ». Mais la collectivité, sous toutes ses formes, sera notre meilleur protecteur. Comme le prédit le psychologue Paul Verhaeghe, l’ère de « l’individu totalement insatisfait » a (probablement) atteint ses limites. Ce qui se trouve au-delà de cette limite, en particulier pour ceux qui sont déjà brisés ou pris dans l’étau punitif des « soins » d’incarcération, est moins clair.

Photo d’archives Source : City of Minneapolis, États-Unis

Article paru initialement dans The Conversation.
La traduction est protégée par les droits d’auteur, en conséquence notre article n’est pas libre de droits.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.
Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

1 réflexion sur “Comment le néolibéralisme nuit à la santé mentale”

  1. Ping : Dépression atypique, dépression souriante : des dépressifs qui s'ignorent et souvent ignorés - Citizen4Science Actualités Information Médiation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =