Dmitri Medvedev, n°2 du Conseil de sécurité de Russie de Vladimir Poutine et ancien président, livre sur Twitter des prédictions dessinant un futur particulièrement dystopique

Le membre officiel du gouvernement de Russie s’est adonné sur le réseau social le 26 décembre a un exercice qu’il qualifie de « modeste contribution » aux prédictions pour 2023 des plus « folles » aux plus « absurdes ».
Nous vous en livrons la traduction intégrale.

« Le soir du Nouvel An, tout le monde se lance dans les prédictions.
Nombreux sont ceux qui émettent des hypothèses futuristes, comme s’ils rivalisaient pour distinguer les plus folles, voire les plus absurdes.
Voici notre humble contribution.

Ce qui peut arriver en 2023 :

  1. Le prix du pétrole atteindra 150 dollars le baril, et le prix du gaz dépassera 5 000 dollars par 1 000 mètres cubes.

  2. Le Royaume-Uni réintégrera l’UE

  3. L’UE s’effondrera après le retour du Royaume-Uni ; l’euro cessera d’être la monnaie de l’UE.

  1. La Pologne et la Hongrie occuperont les régions occidentales de l’ancienne Ukraine.

  2. Le quatrième Reich sera créé, englobant le territoire de l’Allemagne et de ses satellites, c’est-à-dire la Pologne, les États baltes, la République tchèque, la Slovaquie, la République de Kiev et d’autres pays marginaux.

  1. La guerre éclatera entre la France et le Quatrième Reich. L’Europe sera divisée, la Pologne répartie dans ce processus.

  2. L’Irlande du Nord se séparera du Royaume-Uni et rejoindra la République d’Irlande.

  3. . La guerre civile éclatera aux États-Unis, la Californie et le Texas devenant des États indépendants. Le Texas et le Mexique formeront un État allié.
    Elon Musk gagnera l’élection présidentielle dans un certain nombre d’États qui, à la fin de la nouvelle guerre civile, auront été donnés au GOP
    [Great Old Party = parti Républicain des États-Unis, ndlr]

  4. Toutes les grandes places boursières et l’activité financière quitteront les États-Unis et l’Europe pour se déplacer en Asie.

  5. Le système de gestion monétaire de Bretton Woods s’effondrera, entraînant le crash du FMI et de la Banque mondiale. L’euro et le dollar cesseront de circuler en tant que monnaies de réserve mondiales. Les monnaies fiduciaires numériques seront activement utilisées comme alternative.

Joyeuses fêtes de fin d’année à tous, amis anglo-saxons, et à leurs joyeux porcelets qui grognent joyeusement !
[‘Happy Oink’ (‘Joyeux grognements’ est un jeu vidéo américain sur le thème de l’élevage des porcelets, ndlr]

Difficile d’interpréter cette déclaration, qui est à l’heure où nous écrivons ces lignes l’objet de milliers de commentaires 1 heure après sa publication.

Elon Musk, le milliardaire et nouveau patron de Twitter, s’est empressé de réagir en s’exclamant : « un thread épique ! » [un thread est une série de publications sur Twitter permettant un publication longue, ndlr]

Un Mdevedev menaçant début décembre

Le 11 décembre, Dmitri Medvedev affirmait que Moscou fabriquait les « moyens de destruction les plus puissants » sur la base de « nouveaux principes » avec des menaces à peine voilées de s’en servir contre l’Occident si nécessaire, faisant planer le spectre d’une guerre nucléaire.

Quelques heures plus tard, Elon Musk jugeait bon de préciser sa pensée concernant sa réaction enthousiaste aux sinistres prophéties de Medvedev : « Ce sont certainement les prédictions les plus absurdes que j’aie jamais entendues, tout en faisant preuve d’une étonnante méconnaissance des progrès de l’intelligence artificielle et des énergies durables. »

Pour aller plus loin

Image d’en-tête : Dmitri Medvedev avec Vladimir Poutine en 2008 – Source Wikipedia

Mise à jour 17/12/2022 : ajout du tweet d’Elon Musk quelques heures après sa réaction initiale à celui de Dmitri Medvedev

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.

Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
25 + 25 =