Éditorial – 08/07/2022

L’inextinguible raout sur Raoult

Un peu de linguistique : Raout, étymologiquement de l’anglais “rout” qui désigne une bande, un rassemblement, provenant  du vieux français “rote” ou “route” soit une “troupe en marche”, lui-même tirée  du latin “rota” désignant un tribunal religieux en référence aux juges sous la présidence du Pape à Avignon, siégeant sur un banc circulaire en 1331. À l’occasion de la sortie du rapport provisoire de l’IGAS précédé de celui de l’ANSM qui accablent Didier Raoult, ce que nous appelons les “fonds de commerce Raoult” sont repartis de plus belle sur les réseaux sociaux, à coup de publications indignées sur les agissements du directeur de l’IHU de Marseille, faisant comme s’il s’agissait de révélations, publiant des “threads” (série de publications) répétant ce qu’ils ont lu du rapport, déterrant leurs publications anciennes à ce sujet dans un processus d’auto-promotion permanent. Alors bien sûr, il convient de “marquer le coup” sur le cas Raoult, quand enfin les autorités, au bout de deux ans, se réveillent et se mettent à faire leur travail. Nous avons d’ailleurs publié cette semaine pour la première fois depuis bien longtemps un article au sujet du pré-rapport de l’IGAS qu’a consulté le journal « La Provence » en exclusivité. Pourquoi une si faible couverture médiatique et journalistique par Citizen4Science, alors que l’association et sa fondation font partie des lanceurs d’alerte précoce début 2020 et jusqu’à l’été 2021 sur les agissements de Didier Raoult malmenant la science et l’éthique mais aussi étant les premiers à dénoncer la communication directe de l’IHU auprès du public en violation de la réglementation sur la publicité des médicaments pour laquelle l’ANSM a le rôle de contrôleur a priori ? La raison en est que le professeur Raoult exploite le relais médiatique offert par ces fonds de commerce soi-disant là pour faire taire l’IHU et sa mauvaise science. Un effet paradoxal pour lequel la fondatrice de Citizen4Science a alerté sur Twitter il y a plus d’un an en prenant une position publique, celle de cesser de suivre en permanence chaque intervention de Didier Raoult et ainsi de le relayer directement ou indirectement sous couvert d’indignation et de “fact-checking”, pour cesser de faire son jeu. Sur Twitter, le compte de l’association @Citizen4Sci utilise les hashtags #TyrannieDuLike et #EtVotreTraceRS? dans ce cadre (et d’autres) pour dénoncer ces comportements à visée auto-promotionnelle qui répètent inlassablement la même chose et au final font perdurer la notoriété du professeur Raoult, car ils sont ses meilleurs commerciaux.  Un filon qu’il exploite tout particulièrement avec sa vidéo YouTube hebdomadaire en direct de son bureau à l’IHU paraissant le mardi, baptisée “Mardi conspi” par les fonds de commerce qui attendent cette publication comme le messie, et lui servent d’antenne relais ultra-puissante. Bientôt, Didier Raoult quittera son fameux bureau pour laisser la place à son remplaçant. Espérons qu’il ne tende pas un nouveau hameçon aux fonds de commerce et leur activité devenue délétère car elle l’empêche de sombrer dans les oubliettes des réseaux sociaux, au moyen desquels il a construit sa notoriété et sa nuisance.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
30 ⁄ 3 =