Promouvoir un environnement sans publicité tabac pour les jeunes, une priorité mondiale

Promouvoir un environnement sans publicité tabac pour les jeunes, une priorité mondiale

11 juillet 2022 0 Par La Rédaction

Nous vous avons parlé récemment du plan de la FDA des États-Unis de réduire drastiquement le taux de nicotine dans les cigarettes. Il est également important de s’attaquer à leur promotion auprès des jeunes, la première cible de l’industrie du tabac.

Le plan américain sur le tabac de Joe Biden vise à réduire de moitié en 25 ans la mortalité par cancer en agissant sur l’offre de marché des produits de combustion du tabac. Il existe aussi un deuxième aspect de lutte essentiel qui est la promotion des cigarettes, et tout particulièrement auprès des enfants qui sont de véritables prospects pour les leaders de l’industrie du tabac.

On a regardé ce que disent à ce sujet des organisme non gouvernementaux américains, comme Tobacco Free Kids qui ont pris la mesure de l’importance de ce combat pour éviter que les enfants ne sombrent dans le tabagisme, qui est principalement un « acte » qui s’engage à l’adolescence.

Publicité prédatrice

On ne peut pas nier qu’il y a eu du progrès concernant la promotion du tabac à destination des jeunes, et en conséquence il y a moins de risques aujourd’hui pour un jeune d’être happé par des affichages publicitaires, ou des annonces télédiffusées pour promouvoir la consommation de tabac leur étant destinée spécifiquement.

Néanmoins, dans beaucoup de pays, les jeunes restent envahis par les sollicitations sur les points de vente physiques. Les méthodes sont totalement uniformes pour les grandes marques de cigarettes et on ne peut que constater un véritable effort marketing qui vise les enfants;

Des actions ciblées

Les géants du tabac mettent le paquet en marketing et publicité, notamment vers les plus jeunes en faisant beaucoup pour les encourager à tester la cigarette, tout en décourageant les efforts pour cesser d’en être dépendant. Le système est vraiment pervers.

Tout d’abord le merchandising, c’est-à-dire l’emplacement et la mise en avant des cigarettes, les présentoirs, les produits en promotion, est bien ciblé vers les plus jeunes : des publicité à hauteur des yeux des enfants, des emplacements à côté des bonbons et friandises et autres sodas. Il s’agit là d’une véritable incitation à l’apprentissage du tabac.
On trouve aussi dans les techniques utilisées la vente de cigarettes à l’unité, qui permet de s’affranchir en grande partie du problème de coût de plus en plus dissuasif des cigarettes. Les ONG qui s’attaquent à ce problème expliquent que même quand la loi interdit la vente à l’unité, elle reste pratiquée.

Cigarettes en self-service

Des études parlantes

Depuis bientôt 10 ans, des enquêtes sont pratiquées dans 42 pays à travers le monde regroupant essentiellement des pays à revenus faibles ou intermédiaires, dans 19 500 points de vente au public de cigarettes. Nombre d’entre eux se situent à proximité immédiate des écoles et terrains de sport.
Ces enquêtes révèlent que plus de 75 % de ces lieux de vente font la promotion de produits aromatisés qui séduisent particulièrement les adolescents. À ce titre, on rappelle que le gouvernement américain dans son plan de lutte veut s’attaquer aux cigarettes mentholées.
Neuf fois sur 10, dans les lieux incriminés, les cigarettes sont placées à côté des friandises et boissons sucrées. Il peut y avoir, dans le contexte le plus défavorable, des paquets de cigarettes en libre-service, ce qui les place au même niveau que les aliments et les banalisent.

Manque de réglementation

Le constat est assez vite fait : si cela existe, c’est que c’est permis, ou bien qu’il y a un manque de réglementation pour l’empêcher. De fait, des lois ciblés sur la lutte contre le tabagisme font défaut partout dans le monde. Et quand elles existent, elles ne sont pas suffisantes pour protéger les jeunes du fléau du tabac. Un boulevard pour les grands cigarettiers qui l’ont bien intégré dans leur stratégie marketing et publicitaire.

Pour aller plus loin

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante