Éditorial – 20/05/2022

Debunkers en bunker

Certains debunkers se sont créés un monde hermétique ultra polarisé sur les réseaux sociaux. Leur fond de commerce est  à la base louable et utile : ils debunkent les désinformateurs à coup de “Vrai ou Fake”. Le hic, c’est que ce schéma semble avoir déteint pour devenir une posture, un mode de pensée binaire. Pas beaucoup de suspens : ils sont le Vrai, et leurs cibles sont le Fake. Il n’y a pas d’autre alternative, pas de nuance, pas de contradiction possible. Si vous émettez la moindre critique sur un élément de leur debunk, vous cassez le schéma du Vrai ou Fake. Le debunker attend un verdict du public favorable plein et entier sur son travail, qu’il prendra pour lui, à titre personnel. Pas de décomposition argumentaire qui tienne,  pas de nuance.
On vous a sollicité sur un aspect de leur travail qui questionne et vous avez identifié un point qui chiffonne ? Oubliez. Ces debunkers ne souffrent pas d’être débunkés. Pas d’arroseur arrosé, même quelques millilitres en microgoutelettes. Puisque les rôles ont déjà été (auto)attribués :  C’est tout blanc (eux) et c’est tout noir (les cibles). Aucune nuance de gris n’est envisageable.

D’ailleurs pour s’assurer d’être intouchables, il appliquent un principe remarquable qui leur permet de devenir  inattaquables une fois les Vrais et les Fake désignés. Ce principe est :  “le messager, pas le message”. Ce système d’intouchabilité est redoutable et vous bâillonne avant même que vous n’envisagiez de vous exprimer. Le postulat  est simple :

Si vous critiquez une once de leur “debunk”, c’est que vous soutenez leur cible.

Ainsi, la critique est inaudible dès lors qu’elle vise leur travail.  Oseriez-vous ? Si vous avez osé, vous subirez une attaque punitive de meute. Peu importe le fond de votre critique : vous n’en avez pas le droit moral. Il faut vous taire et approuver le Vrai, sous peine d’être indélébilement l’apôtre du Fake.”

Dans ce bunker à debunkers, ne tentez pas de tester l’étanchéité de leur fortification défensive  en tendant un doigt ou un post vers l’extérieur : tout contact avec le Fake débunké est un acte hautement condamnable, même s’il s’agit de mettre en avant un message pertinent; qui pourrait, à l’occasion, sortir de la boîte à Fake. Pourquoi ? parce que dans ce blockhaus, on se fiche du message une fois le verdict du debunker posé. Seul le messager importe : c’est un Fake définitif et surtout, quoi qu’il dise. Vous relayez un message d’une cible ? Vous êtes coupable de faire la publicité de la cible. Car seuls eux, les debunkers peuvent exploiter leur fond de commerce (les cibles) ad nauseam et leur donner au final une exposition médiatique phénoménale, et ce même si vous les aviez auparavant mis face à leur contradiction de faire le jeu de leurs débunkés qui s’appuient sur eux pour exister (ou l’inverse ?).
Alors restez à votre place, dans l’enceinte de leur tour d’ivoire car les dés en sont jetés. Faites allégeance au clan muré, «likez» qui l’on vous dit, et oubliez les contenus.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

1 réflexion sur “Éditorial – 20/05/2022”

  1. Ping : "Cercle" Twitter : un outil pour renforcer les bulles informationnelles et cognitives - Citizen4Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
16 + 28 =