ActualitésAffaires PubliquesDroitÉtats-UnisInternationalJournalisme scientifiqueJuridiqueLaboratoires pharmaceutiquesMédecineOpinionPharmacieSanté publique

États-Unis : un juge texan suspend l’autorisation de la pilule du lendemain (avortement médicamenteux par mifépristone)

Vendredi 7 avril, un juge fédéral du district d’Amarillo au Texas a suspendu l’usage du médicament, laissant entrevoir un risque de limitation de l’avortement médicamenteux, après que l’IVG a ouvert la possibilité d’interdire l’IVG – ce qui est effectif au Texas

Le ministre de la santé François Braun a réagi ce matin sur Twitter :

Dans une décision argumentée sur 67 pages, a rapporté le Wall Street Journal édition du week-end, le juge a considéré que l’agence sanitaire américaine, la FDA, aurait commis toute une série d’erreurs en approuvant le médicament, précisant que l’application de la décision était retardée d’une semaine, le temps que l’administration Biden fasse appel et demande un « sursis d’urgence« .

Le juge a fait référence aux militants anti-avortement qui poursuivent la FDA en justice, considérant qu’ils avaient de bonnes chances d’obtenir gain de cause. Il se base ainsi sur leur argumentaire qui est que l’autorisation de mise sur le marché de la pilule abortive est illégale et notamment que l’agence s’est trompée dans l’évaluation de la sécurité d’emploi du médicament, sur la base des études produites dans le dossier d’autorisation de mise sur le marché, parlant de « base de raisonnement manifestement erroné et d’études qui n’étayent pas ses conclusions« .
Voilà qui est une position très forte, remettant en cause l’expertise d’une agence sanitaire par un juge qui n’a pas d’expertise en la matière.
Le cocktail Instrumentalisation politique de la science + « Faux Expert » ne sévit donc pas uniquement sur les réseaux sociaux. C’est véritablement un fléau généralisé.

Appel immédiat de la décision

La spécialité Mifeprex du laboratoire Danco visée

Le ministère de la justice américain et le laboratoire commercialisant depuis 2000 le médicament mifépristone sous le nom de marque Mifeprex, Danco Laboratories LLC, ont fait appel dans les heures suivant la décision du juge, nous informe le Wall Street Journal ce jour. Sauf à suspension de la décision par une instance supérieure, elle pourrait être mise en application partout aux États-Unis, même dans le états qui ont rétabli le droit à l’avortement suite à la décision de la Cour suprême selon l’arrêt Roe v. Wade, 410 U.S. 113 de juin 2022.

En outre aux États-Unis, la mifépristone est commercialisée sous forme de générique par GenBioPro Inc.

Il n’est pas impossible que le litige soit justement porté devant la Cour suprême en urgence suite au recours de l’administration Biden.

Le

Un tiers des États américains ne proposent plus l’IVG

Dans cette situation, le recours à l’avortement médicamenteux en remplacement de l’avotement chirurgical est devenu un champ de bataille essentiel. La prescrption de mifépristone exige une consultation médicale, et dans certains États, elle est interdite via consultation de télémédecine.

Il est admis que la moitié des avortements aux États-Unis ont lieu via mifépristone.

À noter qu’il reste à disposition le miféprostol, un autre médicament abortif, qui provoque des contractions utérines. Ce médicament n’est pas touché par la décision du juge texan, mais son usage est moins efficace et plus infortable que la mifépristone.

La décision du juge texane est exceptionnelle, pour un médicament commercialisé depuis plus de 20 ans sans problèmes de sécurité d’emploi. Mais on sait qu’il s’agit d’un combat politique – ou religieux – et non de science et de médecine ici.

Pour aller plus loin

https://citizen4science.org/la-croissance-https://citizen4science.org/des-octobre-aux-https://citizen4science.org/des-octobre-aux-etats-unis-des-protheses-auditives-abordables-et-sans-ordonnance-en-vente-libre/-unis-des-protheses-auditives-abordables-et-sans-ordonnance-en-vente-libre/-alimente-le-changement-climatique-un-nouveau-livre-propose-le-communisme-de-decroissance-comme-solution/

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 21 =