L’IHU Marseille dévoile les performances de ses outils de populisme au service de la pseudoscience, de la désinformation et du complotisme

L’IHU Marseille dévoile les performances de ses outils de populisme au service de la pseudoscience, de la désinformation et du complotisme

1 novembre 2021 1 Par e-Citizen

Dans une vidéo YouTube censée parler de « communication scientifique », l’étudiant en sociologie et lobbying politique explique l’arsenal de communication mis en place pour embrigader le grand public dans ses thèses pseudoscientifiques destructrices dans la crise sanitaire

Les 4 outils au service de la pseudoscience déployés par IHU Marseille

1. YouTube

Mise à profit pour créer une prise directe avec le grand public et permettre de délivrer directement :

  • Diffuser la pseudoscience
  • Faire du déni de science
  • Diffuser des thèses complotistes
  • Vanter des molécules non éprouvées

Nous rappelons que la communication sur les médicaments auprès du grand public est strictement réglementée, et ne peut un aucun cas être faite sans autorisation préalable de l’ANSM, qui est le contrôleur de la publicité.
Concernant l’HCQ, il s’agit d’une utilisation en outre hors AMM et en réalité d’une utilisation comme produit expérimental s’agissant du Covid.
Chacun connaît l’article 39 du Code de déontologie médical, art. R127-39 du Code de la santé publique, dont on a cessé de parler depuis 18 mois. À ce titre, l’inaction de l’Ordre des médecins est également coupable :

Ainsi, Il s’agit pour l’IHU Marseille de
– PROFITER de l’inaction complice des autorités et instances ordinales et de
– DÉFINIR comme indicateur de performance de « communication scientifique » des VUES @YouTube

La science à l’IHU, Messieurs Dames, ou la consécration du spectacle de la pseudoscience liée aux corrélations douteuses dans un parfait numéro d’illusionnisme de très bas étage ici, par l’étudiant en sociologie/lobbying politique Y. Roussel.

Corrélation VUES YOUTUBE vs Nombre de CAS COVID

Sans moins de fierté, l’étudiant chargé de la communication de l’IHU fait état des 10 vidéos Youtube les plus vues :

2. Twitter

2e support et 2e indicateur de performance clé pour nous démontrer un grand niveau de « communication scientifique » : le NOMBRE D’ABONNÉS sur le réseau social TWITTER

3. Les Preprints

Le 3e outil de communication par l’IHU du populisme scientifique, de la pseudoscience et du complotisme, est pour l’IHU Marseille, la production de « preprints », c’est-à-dire des articles au format scientifique (qui ne contiennent pas forcément que de la science), non validés par les pairs.
Ce qui signifie que tout le monde peut rédiger un PREPRINT, et le plasser sur un serveur de consultation.
Faites-en la publicité sur YouTube et les réseaux sociaux, en mode sauveur populiste, ça pourrait vous rapporter gros !

Ainsi accessible et accédé par le Grand Public : Les PREPRINTS de l’IHU Marseille sont affichés avec fierté, on trouve dans le top 12 le pire de la production de pseudoscience complotiste sur le marché, qui a beaucoup TUÉ :

4. Le site internet IHU Marseille

Dans la capture d’écran ci-dessous : la cinétique du feu de paille perdurant autour de la SUPERCHERIE Hydroxycholorique est bien visible,
On voit également l’exploitation des 3 autres outils du populisme et de la désinformation scientifiques présentés précédemment.

Ligne gouroutique transatlantique autour de l’arnaque hydroxychloroquine, avec ou sans azithromycine (ans a hint of zinc – cf Zelenko protocol et Kit Covid Bolsonaro)

Cette ligne transatlantique est celle de la honte, elle a propagé la mort : France – États-Unis – Brésil, où des populistes au pouvoir ont repris l’arnaque pseudoscientifique à leur compte (Trump, Bolsonaro), où trouvé des émules en mode gourou apocalyptique tel le Dr Zelenko à dans l’état de New York.

Donald Trump et Jair Bolsonaro
Vladimir Zelenko

… tout cela gràce à l’IHU qui est fière du résultat de ses actions de Community Management :

Conclusion

À quand la conclusion de cet étalage mortifère ?

La pseudoscience, le dénialisme, le complotisme, la désinformation, on trouvera toujours des acteurs pour les animer et en tirer profit, particulièrement dans une crise sanitaire.

La grande question : que font les autorités au bout de 18 mois ?

Quand mettront-ils fin à cette imposture scientifique qui prend la science, la recherche, la médecine en otage, et au final tue physiquement et instaure à la définance des citoyens à long terme ?