Monkeypox : la transmission autochtone inédite est-elle si soudaine que cela ?

Monkeypox : la transmission autochtone inédite est-elle si soudaine que cela ?

2 juin 2022 2 Par Fabienne Blum

Alors que le nombre d’infections grimpe avec plus de 500 cas confirmés dans le monde, l’OMS a tenu hier une conférence de presse où elle évoque une transmission non détectée sur une période significative

Il y a 505 cas confirmés à travers le monde en date d’hier par l’OMS dont près des deux tiers formé par le trio Royaume-Uni + Espagne + Portugal, avec une liste de pays qui s’ajoute chaque jour à la liste pour la détection de cas de variole du singe.

On se rappelle que le 22 mai, Citizen4Science avait repéré l’annonce d’un sauna de Madrid indiquant sa fermeture pour cause de monkeypox, que les autorités ont confirmé plus tard être un foyer de contamination local de la région

Il y a aussi eu pour ce pays les gros soupçons sur un rassemblement festif aux Canaries début mai :

Ce rassemblement ne semble pas avoir permis de le considérer comme le cluster européen à ce jour

L’agence de sécurité du Royaume-Uni, UK Health Security Agency, vient de confirmer une épidémie se développant sur le mode communautaire LGBT en multipliant les messages de santé publique pour expliquer que le risque de contracter le monkeypox reste faible mais ne limite pas pour autant à cette communauté, à grand renfort de description des signes et symptômes pour la détection immédiate des cas.
Elle a commandé 20 000 doses de vaccins au fabricant danois en monopole pour le vaccin de 3e génération mixte small/monkeypox, l’Espagne a également passé commande précédemment ainsi que d’autres pays.

Au passage, on appréciera le niveau de transparence du gouvernement français avec la déclaration laconique de la ministre de la santé sur nos stocks – secret d’État – et bien sûr pas un mot sur d’éventuelles commandes.

Conférence de presse de l’OMS hier

Le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesu a tenu hier une conférence de presse, déclarant que l’apparition soudaine du monkeypox dans de nombreux pays dans un court laps de temps révèle que le virus s’est propagé sans être détectée pendant un certain temps, peut-être plusieurs mois ou années.

Le mot d’ordre, pour éviter la poursuite de la dissémination est détecter-tracer-isoler les patients contaminés.

Il a confirmé la diffusion communautaire et rappelé également que tout le monde peut être atteint et a appelé à nouveau à ne pas stigmatiser la communauté gay/LGBT.

Si la maladie est généralement non sévère avec résolution spontanée, il existe des cas sévères. Aucun décès n’est à déplorer dans les régions hors pays endémiques touchés par l’épidémie jusqu’ici.

Chacun le sait maintenant avec l’expérience Covid, le risque de maladie non bénigne est pour les personnes avec système immunitaire fragile, et pour les personnes en bonne santé, il s’agit en premier lieu des femmes enceintes et des enfants, a rappelé Maria Van Kerkhove de l’OMS.

Photo en-tête : présentation clinique du monkeypox – Source CDC

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante