Première image couleur du télescope spatial James Webb dévoilée par la NASA !

Première image couleur du télescope spatial James Webb dévoilée par la NASA !

12 juillet 2022 1 Par La Rédaction

Comme prévu a eu lieu le 12 juillet la publication de la première image du télescope le plus puissant jamais conçu, désormais fonctionnel. C’est le président Joe Biden qui a révélé au public l’image de l’amas de galaxies SMACS 0723.

Crédit image : NASA, ESA, CSA et STScI

Pour remettre en perspective, si cette image est la plus profonde de l’univers jamais obtenue, il ne s’agit jamais que d’une infime partie du cosmos équivalent selon les scientifiques à un grain de sable porté à bout de brase par une personne. L’animation suivante propose de dézoomer de SMACS 0723 pour prendre un peu la mesure…


Rappelons ensuite que James Webb est positionné à 1, 5 millions de kilomètre de la Terre et que cet amas de galaxies SMAC 0723 nous est montré par James Webb tel qu’il était il y a 4,6 milliards d’années. Et c’est bien pour cela que plus un télescope voit loin, plus il remonte le temps… et bien sûr un rêve serait de pouvoir remonter jusqu’au big-bang originel estimé avoir eu lieu à environ 13,8 milliards d’années. On observe donc avec Webb une image en champ profond de l’univers jeune.

Hubble vs James Webb

La différence est saisissante avec Hubble qui a été détrôné par Webb. On peut voir avec beaucoup de détails de nombreuses galaxies. Ici un détail de l’image comparé à ce que Hubble a fourni pour SMACS 0723. C’est comme si on allumait la lumière dans une pièce en semi-obscurité.

Hier soir, beaucoup d’internautes ont fait par de leur enthousiasme en scrutant l’image de James Webb,

Envie de zoomer ?

Vous trouverez ici le moyen de le faire pour explorer l’image et vous aussi, repérer vos galaxies préférées

Voici l’une de nos sélections avec un bas un drôle de « smiley 3D aux yeux vairons » et pour ne rien gâcher en haut à droite deux belles galaxies dont celle de gauche au noyau central étonnant :

Lentille gravitationnelle

La NASA fournit des explications bien utiles sur cette image historique réalisée dans l’infrarouge proche, pour mieux la comprendre.

Ce champ profond, pris par la caméra proche infrarouge de Webb (NIRCam), est un composite réalisé à partir d’images à différentes longueurs d’onde, totalisant 12,5 heures – atteignant des profondeurs aux longueurs d’onde infrarouges au-delà des champs les plus profonds du télescope spatial Hubble, qui prenaient des semaines.

L’image montre l’amas de galaxies SMACS 0723 tel qu’il est apparu il y a 4,6 milliards d’années. La masse combinée de cet amas de galaxies agit comme une lentille gravitationnelle, magnifiant des galaxies beaucoup plus lointaines derrière lui. La caméra NIRCam de Webb a mis en évidence ces galaxies lointaines, qui présentent des structures minuscules et peu lumineuses jamais observées auparavant, notamment des amas d’étoiles et des éléments diffus. Les chercheurs commenceront bientôt à en savoir plus sur la masse, l’âge, l’histoire et la composition de ces galaxies, car Webb est bien évidemment à la recherche des galaxies les plus anciennes de l’univers, dans cet espoir de se rapprocher au maximum de l’instant originel.

Le phénomène de lentille gravitationnelle provoque des déformations sur l’image, en forme d’arcs bien visible, et la lumière de ces ars provient des galaxies bien plus lointaines à…. 13 milliards d’années lumière dont à quelques centaines de milliers d’années du Big-bang ! Quant aux objets très lumineux avec 6 branches, ce sont des étoiles en avant-plan, faisant partie de notre galaxie la Voie lactée.
C’est là qu’on comprend pourquoi cette image donne une vision d’une profondeur inégalée, d’aujourd’hui sur Terre quasiment aux origines de l’univers…. mais pas tout à fait.

Vivement la suite avec James !

Dessin original du télescope James Webb par Chiara B.pour Science infuse

Pour aller plus loin

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.

Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante