Théorie de l’inoculation : utiliser la désinformation pour combattre la désinformation

Théorie de l’inoculation : utiliser la désinformation pour combattre la désinformation

29 avril 2022 1 Par La Rédaction

par John Cook, Research Assistant Professor, Center for Climate Change Communication, George Mason University, USA

En tant que psychologue à la recherche de désinformation, je me concentre sur la réduction de son influence. Essentiellement, mon objectif est de me mettre au chômage.

Les développements récents indiquent que je n’ai pas fait un très bon travail à cet égard. La désinformation, les fausses nouvelles et les « faits alternatifs » sont plus importants que jamais. Le dictionnaire Oxford a désigné le terme « post-truth » (post-vérité) comme le mot de l’année 2016. La science et les preuves scientifiques sont l’objet d’assauts.

Heureusement, la science a un moyen de se protéger, et il provient d’une branche de la recherche psychologique connue sous le nom de théorie de l’inoculation. Celle-ci emprunte à la logique des vaccins : Un peu de quelque chose de mauvais vous aide à résister à un cas complet. Dans les recherches que j’ai récemment publiées, j’ai essayé d’exposer les gens à une forme faible de désinformation afin de les vacciner contre la vraie chose – avec des résultats prometteurs.

Les deux façons dont la désinformation fait des dommages

La désinformation est générée et diffusée à un rythme prolifique. Une étude récente comparant les arguments contre la science du climat et les arguments politiques contre l’action sur le climat a révélé que le déni de la science est en augmentation relative. Et des recherches récentes indiquent que ces types d’efforts ont un impact sur les perceptions et la littératie scientifiques des personnes.

Une étude récente menée par le chercheur en psychologie Sander van der Linden a révélé que la désinformation sur le changement climatique ont un impact significatif sur la perception du public à ce sujet.

La désinformation qu’ils ont utilisée dans leur expérience était l’article sur le climat le plus partagé en 2016. Il s’agit d’une pétition, connue sous le nom de Global Warming Petition Project, mettant en scène 31 000 personnes titulaires d’un baccalauréat en sciences ou plus, qui ont signé une déclaration affirmant que les humains ne perturbent pas le climat. Ce seul article a fait baisser la perception du consensus scientifique chez les lecteurs. La mesure dans laquelle les gens acceptent l’existence d’un consensus scientifique sur le changement climatique est ce que les chercheurs appellent une « croyance passerelle« , qui influence les attitudes à l’égard du changement climatique, comme le soutien à l’action climatique.

Au moment où M. van der Linden menait son expérience aux États-Unis, j’étais de l’autre côté de la planète, en Australie, où je menais mes propres recherches sur l’impact de la désinformation. Par coïncidence, j’ai utilisé le même mythe, en reprenant mot pour mot le texte du Global Warming Petition Project. Après avoir montré la désinformation, j’ai demandé aux gens d’estimer le consensus scientifique sur le réchauffement climatique causé par l’homme, afin de mesurer tout effet.

J’ai obtenu des résultats similaires, la désinformation réduisant la perception du consensus scientifique. En outre, la désinformation a affecté certaines personnes plus que d’autres. Plus une personne est conservatrice d’un point de vue politique, plus l’influence de la désinformation est grande.

Réponse à la désinformation sur le changement climatique. Cook & al. (2017)

Ces résultats concordent avec d’autres recherches qui montrent que les gens interprètent les messages, qu’il s’agisse d’informations ou de désinformation, en fonction de leurs croyances préexistantes. Lorsque nous voyons quelque chose qui nous plaît, nous sommes plus susceptibles de penser que c’est vrai et de renforcer nos croyances en conséquence. À l’inverse, lorsque nous rencontrons des informations qui vont à l’encontre de nos croyances, nous sommes plus susceptibles de discréditer la source.

Mais cette histoire ne s’arrête pas là. Au-delà de la désinformation des personnes, la désinformation a une influence plus insidieuse et plus dangereuse. Dans l’étude de van der Linden, lorsqu’on présentait aux gens à la fois des faits et des informations erronées sur le changement climatique, il n’y avait aucun changement net de croyance. Les deux informations contradictoires s’annulaient mutuellement.

Les faits et les « faits alternatifs » sont comme la matière et l’antimatière. Lorsqu’ils entrent en collision, il y a une explosion de chaleur suivie de rien. Cela révèle la manière subtile dont la désinformation fait des dégâts. Elle ne se contente pas de désinformer. Elle empêche les gens de croire aux faits. Ou, comme le dit éloquemment Garry Kasporov, la désinformation « annihile la vérité » :

La réponse de la science au déni de science

L’assaut contre la science est redoutable et, comme l’indique cette recherche, elle peut être très efficace. Comme il se doit, la science détient la réponse au déni de science.

La théorie de l’inoculation reprend le concept de la vaccination, selon lequel nous sommes exposés à une forme faible d’un virus afin de développer une immunité contre le vrai virus, et l’applique à la connaissance. Un demi-siècle de recherches a montré que lorsque nous sommes exposés à une « forme affaiblie de désinformation », cela nous aide à développer une résistance afin de ne pas être influencés par de la désinformation effective.

Un texte inoculant nécessite deux éléments. Premièrement, il comprend un avertissement explicite sur le danger d’être induit en erreur par la désinformation. Deuxièmement, il faut fournir des contre-arguments expliquant les failles de cette désinformation.

Dans son inoculation, van der Linden a souligné que de nombreux signataires étaient faux (par exemple, une Spice Girl a été faussement citée comme signataire), que 31 000 personnes ne représentent qu’une fraction minuscule (moins de 0,3 %) de tous les diplômés en sciences des États-Unis depuis 1970 et que moins de 1 % des signataires avaient des compétences en matière de climatologie.

Dans mes recherches publiées récemment, j’ai également testé l’inoculation, mais avec une approche différente. Bien que j’aie inoculé les participants contre le projet de pétition, je ne l’ai pas du tout mentionné. Au lieu de cela, j’ai parlé de la technique de désinformation consistant à utiliser de « faux experts« , c’est-à-dire des personnes qui donnent l’impression d’être expertes au grand public mais qui n’ont aucune compétence réelle en la matière.

J’ai constaté que le fait d’expliquer la technique de désinformation neutralisait complètement l’influence de la désinformation, sans même la mentionner spécifiquement. Par exemple, après avoir expliqué comment de faux experts ont été utilisés dans des campagnes de désinformation antérieures, les participants n’ont pas été influencés lorsqu’ils ont été confrontés aux faux experts du projet Pétition. De plus, la désinformation a été neutralisée dans tout le spectre politique. Conservateur ou libéral, personne ne veut être induit en erreur par des techniques trompeuses.

Mise en pratique de l’inoculation

L’inoculation est une forme puissante et polyvalente de communication scientifique qui peut être utilisée de plusieurs façons. Mon approche a consisté à associer les résultats de l’inoculation à la psychologie cognitive de la démystification, en développant le cadre Fait-Mythe-Raisonnement fallacieux.

Cette stratégie consiste à expliquer les faits, puis à introduire un mythe lié à ces faits. À ce stade, les gens sont confrontés à deux informations contradictoires. Vous réconciliez le conflit en expliquant la technique utilisée par le mythe pour déformer le fait.

Nous avons utilisé cette approche à grande échelle dans un cours en ligne gratuit sur la désinformation climatique, Comprendre le déni de science du climat. Chaque cours adoptait la structure Fait-Mythe-Raisonnement fallacieux. Nous commencions par expliquer un seul fait climatique, puis nous introduisions un mythe associé, suivi d’une explication du sophisme employé par le mythe. De cette façon, tout en expliquant les faits essentiels du changement climatique, nous avons également vacciné les étudiants contre 50 des mythes climatiques les plus courants.

Par exemple, nous savons que nous sommes à l’origine du réchauffement de la planète car nous observons de nombreux schémas de changement climatique propres au réchauffement par effet de serre. En d’autres termes, les empreintes humaines sont observées partout dans notre climat. Cependant, un mythe soutient que le climat a changé naturellement dans le passé, avant l’arrivée de l’homme ; par conséquent, ce qui se passe maintenant doit aussi être naturel. Ce mythe commet le raisonnement fallacieux des conclusions hâtives (ou non sequitur), où la prémisse ne mène pas à la conclusion. C’est comme si l’on trouvait un cadavre avec un couteau dans le dos et que l’on affirmait que des personnes sont mortes de causes naturelles dans le passé, donc que cette mort devait également être de causes naturelles.

La science nous a informés, dans un moment de franchise, que le fait de fournir plus de science aux gens n’est pas la réponse exhaustive au déni de science. La désinformation est une réalité que nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer – nous ne pouvons pas être dans le déni du déni de science. Nous devons plutôt le considérer comme une opportunité éducative. S’attaquer aux idées fausses en classe est l’un des moyens les plus efficaces d’enseigner les sciences.

Il s’avère que la clé pour mettre fin au déni de la science est d’exposer les gens à un tout petit peu de déni de science.

Traduit de l’anglais par la Rédaction de Science infuse – article original

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante