ActualitésCovidCovid-19ÉolienOMSPolitique de santéSantéVaccinationVaccins

Vaccin anti-Covid-19 : l’Organisation mondiale de la santé se focalise sur les populations fragiles et prend en compte le rapport coût-efficacité ; vaccination des enfants sains et rappels adultes sains non recommandés

Le groupe de réflexion stratégique (« SAGE ») de l’OMS s’est réunie du 20 au 23 mars et a revu sa feuille de route pour prioriser l’usage des vaccins Covid, tenant compte de l’impact d’Omicron et d’une forte immunisation de la population par infection et vaccination

La priorité du SAGE (Strategic Advisory Group of Experts on Immunization) aujourd’hui, c’est la protection des populations à plus haut risque de décès et de maladie sévère par infection par le SARS-CoV2 responsable du Covid. Bien sûr, il considère que les systèmes de santé doivent être résilients, mais aussi que le rapport coût-efficacité doit être pris en compte, et c’est un critère nouveau, qui s’applique bien évidemment aux populations à risque plus faible et en particulier les enfants et les adolescents.

Le Dr Hanna Nohynek, présidente du SAGE, a déclaré : « Actualisée pour tenir compte du fait qu’une grande partie de la population est soit vaccinée, soit déjà infectée par le Covid-19, soit les deux, la feuille de route révisée insiste à nouveau sur l’importance de vacciner les personnes encore à risque de maladie sévère principalement les adultes plus âgés et les personnes souffrant de pathologies sous-jacentes, y compris avec des rappels supplémentaires » préconisant ainsi que « Les pays doivent tenir compte de leur contexte spécifique pour décider s’il convient de continuer à vacciner les groupes à faible risque, comme les enfants et les adolescents en bonne santé, sans compromettre les vaccins de routine qui sont si essentiels pour la santé et le bien-être de ce groupe d’âge.« 

Ainsi clairement, il est recommandé aux gouvernements de se poser clairement la question de l’intérêt de vacciner ceux qui ne sont pas à risque spécifique identifié concernant le Covid-19. Pour aider à la décision, le comité de l’OMS préconise de répartir la population en trois groupes de risque faible, modéré et élevé.

Groupes à risque élevé : vaccination et rappel tous les 6 à 12 mois

Il s’agit des personnes âgés, adultes jeunes avec comorbidités significatives, comme un diabète ou des pathologies cardiaques ; les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes et les soignants en première ligne. Pour elles, l’OMS préconise la vaccination avec des rappels tous les 6 à 12 mois, ce délai dépendant de facteurs tels l’âge et le dégré d’immunodépression. Il est rappelé aussi que tous les scénarios de vaccination proposés ont une durée limitée, conditionnée par la situation épidémiologique, ce qui fait qu’il s’agit là de recommandations à l’horizon du moyen terme.

Groupes à risque modéré : primovaccination + un rappel

Dans ce groupe, on trouve les adultes jusqu’à l’âge de 50 à 60 ans sans comorbidités, et les enfants et adolescents avec comorbidités. Pour eux, l’OMS recommande la primovaccination (en 2 injections pour les vaccins à ARNm par exemple), et une injection de rappel. Et c’est tout, même si le groupe SAGE reconnaît que des rappels supplémentaires sont sûrs, il n’en voit pas la nécessité, tenant compte d’un retour d’investissement faible en termes de santé publique.

Groupes à risque faible : pas de vaccination de routine

Ici, on parle des enfants et adolescents âgés de 6 mois à 17 ans. Là encore, l’OMS reconnaît que la primovaccination et le premier rappel sont sûrs pour ces jeunes, mais que le fardeau de la maladie est faible pour eux. Il est donc recommandé aux pays pour leur politique vaccinale de ne pas prévoir cette vaccination par défaut mais de l’étudier en tenant compte de facteurs contextuels, comme le fardeau de la maladie, le rapport coût-efficacité, et toute autre priorité de santé et dans le cadre de programmes de santé.

Vaccination anti-Covid-19 des enfants sains : très peu d’impact de santé public par rapport aux vaccins infantiles traditionnels

Le groupe SAGE de l’OMS souhaite que l’on relativise les bénéfices de la vaccination des enfants sains contre le Covid par rapport aux bénéfices des vaccins contre les maladies telles que la rougeole, les infections à rotavirus, ou encore contre le pneumococoque.



Pour les nourrissons de moins de 6 mois, le fardeau de la maladie Covid-19 sévère est plus élevée que pour les enfants de 6 mois à 5 ans bien que peu fréquente. C’est pourquoi l’OMS préconise la vaccination des femmes enceintes avec rappel à 6 mois pour éviter la prise de risques pour les fœtus/nourrissons.

Image d’en-tête : source Organisation mondiale de la santé

Pour aller plus loin

https://citizen4science.org/la-https://citizen4science.org/2-milliards-de-personnes-nont-pas-acces-a-leau-potable-et-36-milliards-de-personnes-soit-pres-de-la-moitie-de-la-population-mondiale-utilisent-des-services-dassainissement-qui-ne-traitent-pas/-du-prix-du-quota-de-co2-comme-arme-anti-charbon/

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 5 =