ActualitésAérospatialAstronomieÉtats-UnisInternationalMédicamentsMission ArtemisNASAPhysiqueRecherche

Découvrez 6 nouveaux projets de recherche futuristes soutenus par la NASA à fort impact potentiel pour l’humanité

Déplacement dans les airs sur Terre et dans l’espace, « culture » de médicaments, voici les derniers projets-concepts lauréats du programme NIAC (NASA Innovative Advanced Concepts) qui vont être financer par l’institution américaine, dévoilés le 6 avril.

« L’histoire de la NASA est celle de barrières franchies et de technologies transformées pour soutenir nos missions et bénéficier à l’ensemble de l’humanité », a déclaré Bill Nelson, administrateur de la NASA. Les concepts sélectionnés dans le cadre du programme NIAC de la NASA aideront les chercheurs à mettre au point de nouvelles technologies susceptibles de révolutionner l’exploration du ciel et d’améliorer la vie quotidienne sur Terre.

Le NIAC nourrit des idées visionnaires qui pourraient transformer les futures missions de la NASA en finançant des études de concepts technologiques à un stade précoce. Les bourses de la phase II poursuivent le travail sur les études de concepts initiées dans le cadre des bourses de la phase I du NIAC. Au cours de la phase II, les boursiers continuent à développer leurs concepts et à explorer les possibilités d’infusion au sein de la NASA et au-delà.

Chacun des six boursiers recevra jusqu’à 600 000 dollars sur deux ans pour développer son concept. Voici les projets sélectionnés et leur chercheur attitré.

Radar Rydberg quantique pour la surface, la topographie et la végétation

Ce concept utiliserait la technologie de radar quantique à accord dynamique de dernière génération pour améliorer les études de télédétection de la Terre et d’autres mondes, en utilisant les signaux terrestres réfléchis par d’autres engins spatiaux en orbite pour éliminer la nécessité de déployer de grandes antennes.

Chercheur : Darmindra Arumugam, Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie du Sud

Credits: Darmindra Arumugam

Propulsion silencieuse à semi-conducteurs pour les véhicules de mobilité aérienne avancés

Ce concept vise à développer des propulseurs électro-aérodynamiques presque silencieux pour des avions à décollage et atterrissage verticaux qui pourraient être utilisés pour transporter du fret et éventuellement des passagers sur de courtes distances dans les zones urbaines.

Chercheur : Steven Barrett, Massachusetts Institute of Technology in Cambridge, Massachusetts

Credits: Steven Barrett

PI – Défense planétaire

Ce concept pourrait doter la Terre d’une capacité de réaction rapide permettant d’atténuer l’impact désastreux d’un astéroïde ou d’une comète en pulvérisant l’objet en morceaux suffisamment petits pour brûler dans l’atmosphère terrestre. L’approche traditionnelle de défense planétaire consiste en un transfert d’énergie entre l’impacteur et la menace qui modifie l’orbite de la menace de manière à ce qu’elle manque la Terre, ce qui est généralement connu sous le nom de « déflexion ». On en a fait l’essai il y a quelques moi, Science infuse était là pour le relater en direct.
L’approche PI est différente car elle n’utilise pas le transfert de quantité de mouvement, mais le transfert d’énergie. La menace n’est pas atténuée par déviation mais par pulvérisation, puis en utilisant l’atmosphère terrestre comme bouclier.
Le procédé PI fait appel à un ensemble de petits pénétrateurs cinétiques à hyper-vélocité qui désassemblent et fragmentent un astéroïde ou une petite comète.

Chercheur : Philip Lubin, University of California, Santa Barbara, California

Credits: Philip Lubin

Mission Nyx d’observation de l’univers depuis l’espace lointain via EmberCore

EmberCore estun système de propulsion radio-isotopique-électrique à haute puissance spécifique.
Ce concept vise à développer des propulseurs électro-aérodynamiques presque silencieux pour des avions à décollage et atterrissage verticaux qui pourraient être utilisés pour transporter du fret et éventuellement des passagers sur de courtes distances dans les zones urbaines.

Chercheur : Christopher Morrison, Ultra Safe Nuclear Corporation in Seattle

Observatoire FarView – Un grand réseau radio sur la face cachée de la Lune, fabriqué sur site

Ce concept permettrait de créer un réseau massif de radiotélescopes sur la face cachée de la Lune , construit de manière autonome à l’aide des ressources extraites du régolithe de la Lune – qui pourrait effectuer des observations sans précédent sur les premiers instants de l’univers.

FarView est un réseau de radiotélescopes à basse fréquence (5 à 40 MHz) composé de 100 000 antennes dipôles, dispersées sur environ 200 km2. L’observatoire est fabriqué in situ, en utilisant les technologies développées par Lunar Resources qui extraient d’abord les métaux (ainsi que l’oxygène) du régolithe lunaire, puis fabriquent la plupart des éléments nécessaires à l’observatoire : antennes dipôles, cellules solaires, lignes électriques, à partir de ces matériaux. FarView sera construit sur la face cachée de la Lune afin de le protéger des interférences radio ionosphériques et anthropomorphiques de la Terre qui compromettent la réalisation de ces observations sur Terre.

Chercheur : Ronald Polidan, Lunar Resources, Inc. in Houston

« Astropharmacie » flexible, personnalisée et à la demande

Ce concept utiliserait des bactéries pour créer des médicaments à la demande lors de missions spatiales prolongées, notamment une classe de médicaments qui pourraient être utilisés pour traiter l’exposition aux radiations ou aider à protéger la santé osseuse des astronautes dans l’espace.

Alors que la NASA s’engage dans une nouvelle ère d’exploration spatiale au-delà de l’orbite terrestre basse, la nécessité de fournir des produits pharmaceutiques efficaces dans l’espace doit être prise en compte. Et si de petites quantités de produits pharmaceutiques pouvaient être fabriquées dans l’espace, sur place, à la demande ? Une catégorie de médicaments pose le plus grand défi : les médicaments à base de petites protéines (peptides). Ces médicaments, même réfrigérés, ont une durée de conservation très courte (quelques mois) et nécessitent donc une solution de « production à la demande » pour les missions de longue durée qui peuvent durer des années. Les médicaments protéiques – environ un tiers de tous les nouveaux médicaments mis sur le marché aujourd’hui – comprennent certaines des contre-mesures les plus importantes pour les vols spatiaux, telles que le filgrastim, un facteur de croissance qui peut restaurer la moelle osseuse après des dommages dus aux radiations, et le tériparatide, un médicament peptidique qui prévient la déminéralisation osseuse.

Si l’astropharmacie aboutit, elle constituera une avancée essentielle pour les opérations médicales lors des missions spatiales de longue durée mais aussi pour des projets d’application dérivées sur Terre.

Chercheur : Lynn Rothschild, NASA’s Ames Research Center in California’s Silicon Valley

Credits: Lynn Rothschild

Image d’en-tête : Représentation graphique de la mission Nyx d’observation de l’univers depuis les profondeurs de l’espace, rendue possible par EmberCore, un système de propulsion électrique à radioisotope à haute puissance spécifique. Crédit : Christopher Morrison

Pour aller plus loin

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui d’une rédaction qui se mobilise pour produire et diffuser des contenus de qualité. Qui paie ? vous, uniquement, pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.

Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 × 4 =