Harcèlement et menaces sur les médecins et scientifiques : il y a un an, Citizen4Science interpellait les ministres de l’intérieur et de la justice

Harcèlement et menaces sur les médecins et scientifiques : il y a un an, Citizen4Science interpellait les ministres de l’intérieur et de la justice

13 septembre 2022 0 Par La Rédaction

Nous publions le communiqué de presse n°8 de « C4S »dévoilé à la conférence de presse « Stop Menaces » co-organisée le 7/9/2021 à Paris par l’association. Il retrace la chronologie de son action de défense des porteurs de la parole scientifique, parsemée d’interpellation des autorités, de rédaction de tribunes dans la presse nationale et d’appels à la mobilisation des citoyens, scientifiques et médias.

LETTRE AUX MINISTÈRES DE L’INTÉRIEUR ET DE LA JUSTICE
Paris, le mardi 7 septembre 2021

Messieurs les Ministres,

Citizen4Science, association loi 1901 de citoyens réunis pour promouvoir une science éclairée, sans obscurantisme, entend dans le cadre de sa mission faire cesser le harcèlement que subissent les porteurs de la parole scientifique malmenés dans la crise sanitaire. 
Vous avez été plusieurs fois alertés depuis 18 mois, sur le fait que certains professionnels de santé et scientifiques au premier plan de la lutte contre la désinformation et le populisme scientifiques, subissent cyberharcèlement, menaces de mort, violences verbales voire physiques.

Le 5 mai, au moyen d’un communiqué de presse, nous avons demandé l’intervention des autorités pour faire cesser ce harcèlement émanant pour grande partie de la sphère IHU Marseille, dont certains membres et soutiens sont  les instigateurs ou relais de façon intensive et qui se caractérise par des menaces et appels à la haine, voire des dépôts de plainte (par ex contre la Pr Karine Lacombe et la Dr Elisabeth Bik) largement médiatisés par les déposants, et qui ne semblent n’exister que pour les besoins de la cause. Nous nous adressons alors aux organismes de tutelle ainsi qu’aux ministres concernés Monsieur Olivier Véran et Madame Frédérique Vidal. Le sénateur Bernard Jomier leur a par la suite directement cette action au moyen d’une question écrite au Sénat, restée sans réponse malgré un délai légal fixé au 11 août.

Le 22 août, la ligne rouge a été franchie avec une provocation aux crimes publiée par FranceSoir portant sur une liste nominative de personnes physiques (médecins et scientifiques médiatiques) et morales (Citizen4Science et le collectif FakeMedecine) que l’article publié juge, condamne et promet à la guillotine.

Le 31 août, cet appel public à la mise à mort a reçu la réponse collective des personnes visées dans une tribune rédigée par Citizen4Science et publiée par L’Express où nous appelons les pouvoirs publics à réagir, craignant le passage à l’acte de personnes radicalisées ou déséquilibrées sous l’influence de ce type d’appel largement relayé, notamment par des personnes très influentes dans leur réseau et auprès du public comme Didier Raoult. Le risque de passage à l’acte n’est pas une vue de l’esprit à l’heure où l’on vient de commémorer l’assassinat de Samuel Paty commis par une personne radicalisée sur une cible désignée sur les réseaux sociaux.

La veille, 30 août, sur CNews, Didier Raoult accusait François Crémieux, nouveau directeur de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (APHM) d’être à Marseille pour “faire le ménage” puis sur la chaîne C8 dans une émission à grande audience il a déclaré qu’il serait plus inquiet pour le DG (François Crémieux) que pour lui, terminant par “Vous savez les Marseillais…”. Beaucoup y ont vu des menaces à peine voilées et un appel à la violence pour le venger des actions prises par le directeur qui ne fait pourtant qu’exercer sa mission. 

Effectivement le 4 septembre, comme une réponse à un signal lancé, des manifestants à Marseille ont précisément entrepris de s’en prendre à François Crémieux, inscrivant des messages de haine (“collabo”, “dégage Crémieux”, “Crémieux Marseille aura ta peau”, “Crémieux FDP”) sur un immeuble et sur une boîte aux lettres au nom de Crémieux. Il s’agissait en fait d’un homonyme, mais que ce serait-il passé si cette chasse à l’homme avait abouti ?

Le même jour, lors d’une manifestation anti-pass sanitaire à Chambéry, un citoyen membre de Citizen4Science a subi des violences physiques infligées par un groupe de plusieurs personnes, ce qui l’a conduit à porter plainte.

Le soir-même, dans une vidéo qui a largement circulé sur les réseaux sociaux, des désinformateurs complotistes notoires dont la scientifique Astrid Stuckelberger discutent nonchalamment de supplices à infliger notamment aux « directeurs d’hôpitaux  » parce que « la guillotine c’est trop facile ».

L’inaction des pouvoirs publics depuis 15 mois face à cette violence n’est pas étrangère à la spirale infernale d’inflation de haine et de menaces que nous sommes en train de vivre. Le sentiment d’impunité entretient les agissements de ceux qui commettent des délits et banalise la haine. Au-delà de ce que les porteurs de la parole scientifique subissent à titre individuel, l’attitude passive des autorités est totalement indigne pour notre pays et démontre une incapacité à défendre les valeurs de la démocratie.

Aussi, nous vous demandons d’agir, pour empêcher au mieux de nouvelles agressions, au pire un drame. Nous craignons des passages à l’acte de personnes radicalisées ou déséquilibrées, entraînées par le flot de haine incessant. Les raids punitifs, les chasses à l’homme, les listes dressées avec appel à faire tomber des têtes au sens propre doivent cesser de toute urgence..

Nous exhortons vos 2 ministères à prendre leurs responsabilités et à agir dans les plus brefs délais pour 

  • dénoncer publiquement la haine, les violences verbales et physiques, isolées ou en groupe organisés, les provocations aux crimes
  • mettre en place les dispositifs nécessaire pour assurer la protection des personnes nommément désignées dans la liste publiée par FranceSoir et dans la présente lettre
  • prendre acte de la nécessité d’une action publique et ainsi pourvoir ainsi à l’autosaisie du Parquet.

Destinataires :
Ministère de l’intérieur – Monsieur Gérald Darmanin
Ministère de la Justice – Monsieur Éric Dupond-Moretti

Où en est-on aujourd’hui ?

Les ministres de la Santé et de la Recherche, à l’époque Olivier Véran et Frédérique Vidal n’ont pas daigné répondre aux demandes de Citizen4Science portées au Sénat par le sénateur Bernard Jomier. Ils avaient pourtant l’obligation l’égale de le faire à la date limite du 9/8/2021. Plus récemment, la question a été classée par les ministres, considérée comme « caduque ».

Les ministres Gérald Darmanin et Éric Dupont-Moretti, n’ont pas daigné répondre à la lettre ouverte de Citizen4Science.

On se souviendra la réaction le jour-même d’Olivier Véran, à l’Assemblée nationale avec un « Vous ne passerez pas ! » :

et le le lendemain, la réaction du porte-parole du gouvernement à l’époque, Gabriel Attal, :

Le 18/9/2021, Citizen4Science rédigeait une nouvelle tribune publiée par Le Parisien, signée par le collectif Stop Menaces.

Plus de 5 000 citoyens, scientifiques et médias dans le monde dont Wikimédia France ou la revue Prescrire, ont apporté leur soutien à l’action de Citizen4Science. Le soutien, d’un clic, reste ouvert à toute personne physique ou morale, en nom propre ou anonymement, sur change.org.

De fait, le cyberharcèlement et les menaces n’ont jamais cessé, ni même l’instrumentalisation de la justice pour bâillonner des cibles scientifiques visées sans relâche depuis depuis 2 ans et demi.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante