La science et ses prétendants : pseudoscience et déni de science

La science et ses prétendants : pseudoscience et déni de science

16 octobre 2021 0 Par e-Citizen

par Melanie Trecek-King et traduit par Citizen4Science, issu de son site internet anglophone Thinking is Power dédié à la pensée critique pour le grand public sur de nombreux aspects. Parcourez le blog pour retrouver de nombreuses productions de Melanie en version française sur le site de C4S.

Le cerveau humain est une chose fascinante. Il est capable de grandes choses, de la composition de symphonies à l’envoi de personnes sur la lune. Sa capacité à apprendre et à résoudre des problèmes est vraiment impressionnante.

Mais le cerveau est également capable d’auto-illusion de niveau olympique. Lorsqu’il veut que quelque chose soit vrai, il cherche magistralement des preuves pour justifier cette croyance. Et lorsqu’il ne veut pas croire, sa capacité à nier ou à écarter les preuves est (malheureusement) inégalée.

Dans la quête de l’humanité pour comprendre le monde qui nous entoure, l’invention de la science a été révolutionnaire. Plus besoin de se fier à nos perceptions erronées et à nos pensées irrationnelles. Il est apparu enfin une façon de savoir qui exige des preuves et tente systématiquement d’identifier et de minimiser nos préjugés. Les résultats en sont la preuve : c’est aux progrès de la science que nous devons en grande partie l’amélioration qualitative et quantitative de nos vies au cours du siècle dernier.

Il n’est donc pas étonnant que les gens fassent confiance à la science. Malheureusement, beaucoup ne comprennent pas comment la science fonctionne et ce qui la rend fiable, ce qui rend les personnes vulnérables aux affirmations qui semblent scientifiques… mais ne le sont pas. Les charlatans qui cherchent à porter leurs affirmations les habillent des atours de la science pour tromper ceux dont la vision du monde s’aligne sur leurs objectifs. Ils savent très bien que nous sommes plus susceptibles de tomber dans la désinformation lorsque nous voulons… ou ne voulons pas… croire.

Pour prendre de bonnes décisions, il faut bien réfléchir et être capable d’identifier l’utilisation abusive de la science pour justifier nos croyances. Nous ne voulons pas nous laisser berner par les prétendants de la science.

La science est un moyen fiable de savoir

Pour comprendre ce que la science n’est pas, nous devons d’abord comprendre ce qu’elle est.

Et comme la plupart des choses dans la vie, c’est compliqué.

Contrairement à la façon dont la science est souvent enseignée à l’école, il n’existe pas de méthode scientifique unique, semblable à une recette. Au fond, la science est une communauté d’experts qui utilisent diverses méthodes pour rassembler des preuves et examiner les affirmations. C’est une façon d’apprendre sur le monde naturel, d’essayer de se rapprocher de la vérité en testant les explications par rapport à la réalité et en examinant les preuves de manière critique.

La science est fiable parce que le processus est conçu pour minimiser l’impact de nos préjugés et éliminer les erreurs ou les fraudes. Les scientifiques doivent suivre les preuves où qu’elles mènent, quelles que soient leurs croyances ou leurs préjugés. Il est dans la nature humaine de vouloir confirmer nos hypothèses favorites, mais la possibilité de trouver des preuves à l’appui ne les rend pas vraies pour autant. Au contraire, les scientifiques s’efforcent de réfuter leurs explications, et lorsqu’ils n’y parviennent pas, ils les acceptent. Avant que leur étude puisse être publiée dans la littérature scientifique, elle doit être soumise à un examen par les pairs, au cours duquel d’autres experts examinent leur travail d’un œil critique.

Un fondement essentiel de la science est le scepticisme, qui consiste simplement à insister sur les preuves avant d’accepter une affirmation. Les scientifiques sont ouverts à toutes les affirmations, mais leur acceptation est proportionnelle à la force et à la qualité des preuves.

Les conclusions scientifiques sont toujours provisoires. Chaque étude est une pièce d’un puzzle plus vaste qui devient plus clair lorsque d’autres pièces sont placées. La science ne fournit pas de certitude absolue, mais réduit l’incertitude à mesure que les preuves s’accumulent. Cependant, il est toujours possible de se tromper, et nous devons donc rester ouverts à l’idée de changer d’avis à la lumière de nouvelles preuves.

Il est important de noter que la science est un effort communautaire, qui fournit un système de contrôles et d’équilibres sur le processus qui aide à corriger les biais et à identifier les erreurs et les fraudes.

La science est-elle parfaite ? Non. Mais elle est meilleure que les autres solutions.

Ce qui amène à ….

Les prétendants à la science ne jouent pas selon les règles de la science

Si les humains sont passés maîtres dans l’art de l’auto-illusion, les prétendants de la science sont nos complices. En déguisant nos croyances souhaitées sous les atours de la science, nous parvenons à nous convaincre (et à convaincre les autres) que nos conclusions sont justifiées.

Nous ne cherchons pas à nous tromper nous-mêmes, bien sûr. Mais nos croyances sont importantes pour nous : elles font partie de notre identité et nous lient aux autres membres de nos groupes sociaux. Ainsi, lorsque nous sommes confrontés à des preuves qui menacent une croyance profonde, en particulier celle qui est au cœur de notre identité ou de notre vision du monde, nous nous engageons dans un raisonnement motivé et des biais de confirmation pour rechercher des preuves qui soutiennent la conclusion que nous voulons croire et écarter les preuves qui ne le font pas.

La différence essentielle entre la science et ses prétendants est la suivante : Alors que la science est une recherche objective visant à comprendre et à expliquer le monde naturel, les prétendants à la science sont motivés par leur désir de protéger des croyances qui leur sont chères.

Pour atteindre cet objectif, les prétendants à la science enfreignent de nombreuses règles qui rendent la science fiable. Au lieu de suivre les preuves jusqu’à la conclusion, les prétendants à la science travaillent à rebours, cherchant dans l’ensemble des preuves les éléments qu’ils peuvent sélectionner pour étayer leurs arguments. Plutôt que de minimiser les biais et d’identifier les erreurs, la communauté des prétendants est hostile aux critiques légitimes, les considérant même comme une conspiration. En fait, les prétendants exigent de croire en une grande conspiration perpétuée par l’ensemble de la communauté scientifique. Sinon, pourquoi presque tous les scientifiques rejetteraient-ils vos affirmations ? Et alors que la science est toujours hésitante et prête à changer en fonction des preuves, les prétendants sont absolument certains d’avoir raison. Si les preuves disponibles aujourd’hui ne sont pas suffisantes pour les faire changer d’avis, pourquoi en serait-il autrement à l’avenir ?

Si tous les prétendants à la science se présentent comme des scientifiques sans adhérer aux méthodes de la science, les deux principaux types de prétendants présentent des différences essentielles.

Le déni de la science est le refus d’accepter une science bien établie. Essentiellement, le déni suggère que le consensus des experts est erroné en se concentrant sur des incertitudes mineures et en s’engageant dans des théories de conspiration pour saper une science solide. Le déni est motivé par le fait de ne pas vouloir croire une conclusion scientifique, souvent parce qu’elle entre en conflit avec des croyances existantes, une identité ou des intérêts particuliers.

Les campagnes de déni financées par l’industrie du tabac, par exemple, ont semé le doute sur le lien entre le tabagisme et les problèmes de santé afin d’empêcher la réglementation gouvernementale. Les entreprises de combustibles fossiles ont utilisé la même stratégie, avec bon nombre des mêmes groupes de réflexion et scientifiques, pour convaincre le public que la science du changement climatique causé par l’homme n’était pas « établie », même si leurs propres scientifiques ont établi les mêmes liens.

Les négationnistes ne veulent pas croire, alors ils attaquent la science en utilisant l’une de ses caractéristiques les plus essentielles, à savoir que la science ne prouve jamais avec une certitude de 100%. Ils savent que les gens ne comprennent pas comment fonctionne le processus scientifique. Ils disent au public que « ce n’est qu’une théorie », même si une théorie scientifique est le sommet de la certitude en science. Ou bien ils disent que « la science n’a pas prouvé » quelque chose, ignorant le fait que la science ne prouve jamais rien.

De nombreux négationnistes croient malheureusement qu’ils sont les vrais « sceptiques » qui adoptent la rigueur de la science. Ils affirment qu’ils veulent des preuves, mais ils ont fixé des critères trop élevés qui ne pourront jamais être atteints. Le fait de ne pas accepter des conclusions bien étayées à la lumière de preuves accablantes n’est pas du scepticisme. C’est du déni.

La pseudoscience est la promotion d’une « théorie » non scientifique. Fondamentalement, la pseudoscience promeut des affirmations non étayées, fausses, voire non falsifiables, en les habillant comme de la science. Les croyances pseudo-scientifiques sont motivées par le désir de croire une conclusion non scientifique, souvent en raison de croyances existantes, d’une identité ou d’un vœu pieux.

La médecine alternative, l’industrie de la santé et du bien-être, et le mouvement New Age ne sont que quelques-uns des nombreux domaines qui promeuvent les allégations pseudo-scientifiques. La pseudo-science joue sur nos préjugés, fait appel à nos désirs et offre de faux espoirs. Il serait fascinant que les étoiles puissent prédire notre avenir, ou qu’une mystérieuse créature ressemblant à un humain vive à l’état sauvage dans les montagnes. Et nous savons que notre système de santé a des problèmes, alors les remèdes « naturels » et « anciens » offrent des alternatives séduisantes – bien qu’inefficaces.

Pseudoscientists want to believe, so their standard of evidence to support their beliefs is very low. Anecdotes are widely used, even though science knows that we can easily be misled by our personal experiences. Claims are often so vague that nearly any evidence could be interpreted as supporting them. Studies that are so poorly designed they can’t pass peer review are instead published in their own journals that lack critical scrutiny. 

Many who believe in pseudoscience claim scientists won’t accept their conclusions because they are too skeptical, or conspiring against them. But the process of science is designed to challenge ideas, not confirm them. Criticism is expected…encouraged even. Pseudoscientists are so sure they’re right, and their desire to believe is so strong, that they are unable to objectively evaluate their own claims

Ceux qui promeuvent les pseudosciences peuvent être d’excellents spécialistes du marketing, convainquant habilement ceux qui veulent croire sans utiliser de preuves fiables. Si leurs affirmations étaient scientifiques, ils les vendraient certainement comme telles. Mais c’est pour cela que c’est de la pseudoscience.
Exemple : La théorie de l’évolution, le déni de l’évolution et le créationnisme

Il n’y a peut-être pas de théorie plus importante pour la science, et pourtant plus mal comprise par le public, que l’évolution.

Les théories scientifiques sont des explications soutenues par de vastes quantités de preuves. Les scientifiques utilisent les théories pour faire des prédictions en vue de tests ultérieurs, dont les résultats renforcent la théorie ou suggèrent la nécessité de la modifier. Au fil du temps, les experts commencent à s’accorder sur le fait qu’il y a suffisamment de preuves pour accepter l’explication. C’est le processus de la science en action.

Le terme « théorie » est toutefois source de beaucoup de confusion pour la plupart des gens, qui l’utilisent pour signifier « supposition ». Mais si la science ne prouve pas les explications, les théories sont ce qui s’en rapproche le plus. En fait, le but ultime de la science est de comprendre et d’expliquer les phénomènes naturels à l’aide de théories. Parmi les autres théories, citons la théorie gravitationnelle, la théorie cellulaire, la théorie des germes, la théorie moléculaire, la théorie des gènes…

La théorie de l’évolution est la théorie la plus importante de toutes les sciences de la vie. Elle affirme essentiellement que toutes les espèces vivantes aujourd’hui ont un ancêtre commun. Elle permet d’expliquer la similitude des organismes vivants ainsi que leur diversité : les populations plus apparentées sont plus semblables et les populations moins apparentées moins semblables. Les preuves de l’évolution sont nombreuses et variées : similitudes anatomiques, voies de développement communes, structures vestigiales, adaptations imparfaites, similitudes de l’ADN et des protéines, biogéographie, fossiles, etc. Il reste certainement des détails à régler, mais la base de la théorie de l’évolution est si bien étayée que la plausibilité qu’elle présente de graves lacunes est quasi nulle.

La science est donc claire : les êtres vivants ont évolué. Les preuves sont unanimes et les experts aussi. Comme l’a expliqué Theodosius Dobzhandky : « rien en biologie n’a de sens si ce n’est à la lumière de l’évolution ».

Malheureusement, nombreux sont ceux qui ne veulent pas accepter que les êtres vivants ont évolué, considérant cela comme une menace pour leurs croyances religieuses. Et le raisonnement motivé est une chose puissante.

Le désir de ne pas croire conduit au déni. L’évolution « n’est qu’une théorie » et « n’est pas une science établie ». Des normes de preuve incroyablement élevées sont exigées et des incertitudes mineures sont utilisées pour tenter de faire tomber l’ensemble de la théorie.

Le désir de vouloir croire à une explication religieuse alimente la pseudoscience du créationnisme. Une caractéristique importante de la science est qu’elle doit être réfutable, et puisqu’il n’existe aucun moyen concevable de tester l’existence d’un créateur surnaturel, le créationnisme n’est pas une science. Qui plus est, il n’y a tout simplement pas de preuves pour soutenir l’idée que les êtres vivants ont été créés dans leur forme actuelle il y a seulement quelques milliers d’années.

La négation de l’évolution et le créationnisme travaillent tous deux à rebours à partir de leur conclusion souhaitée. Tous deux sélectionnent les preuves et ignorent ou rejettent les preuves qui les contredisent. Tous deux sont abusivement convaincus d’avoir raison et ne sont pas disposés à évaluer objectivement l’ensemble des preuves et à changer d’avis.

Et tous deux accusent les scientifiques de comploter contre eux. À défaut, pourquoi presque tous les experts rejetteraient-ils leurs affirmations ?

Pourtant, cette conspiration nécessiterait la coopération de botanistes, de zoologistes, de cytologistes, de microbiologistes, de biologistes moléculaires, de généticiens, de paléontologues, etc… de presque toutes les institutions universitaires, agences gouvernementales et industries… et dans presque tous les pays du monde.

Cette affirmation méconnaît fondamentalement la structure d’incitation de la science : le meilleur moyen de se faire un nom en tant que scientifique est de découvrir quelque chose d’inconnu ou de réfuter une conclusion établie de longue date. Vous voulez gagner un prix Nobel et entrer dans l’histoire ? Réfutez l’évolution.

L’essentiel

La science est l’un des meilleurs outils que l’humanité ait jamais développé pour comprendre la réalité. La triste vérité est que nous nous laissons facilement berner et, comme l’a expliqué Carl Sagan : »la science est un moyen de ne pas nous tromper nous-mêmes ».

Les prétendants de la science se présentent comme scientifiques mais n’adhèrent pas au processus qui rend la science si fiable. Pourtant, il n’y a pas de lignes dures et rapides qui distinguent clairement la science de ses prétendants. C’est un spectre avec beaucoup de nuances de gris.

Notre désir de protéger nos croyances peut faire de nous des proies faciles pour les prétendants de la science. Personne ne peut nous tromper comme nous le pouvons. Le moment le plus difficile pour être sceptique est celui où nous voulons, ou ne voulons pas, croire. Tout dépend de notre volonté d’être honnête avec nous-mêmes.

Alors demandez-vous… qu’est-ce qui vous ferait changer d’avis ? Si vous ne pouvez honnêtement pas penser à des preuves qui vous feraient reconsidérer votre position, vous ne pensez pas comme un scientifique.

Pour en savoir plus

Apprenez les caractéristiques du déni avec le jeu Cranky Uncle.
Les marchands de doute : comment une poignée de scientifiques ont dissimulé la vérité sur des questions allant de la fumée de tabac au réchauffement climatique.

Nous remercions tout particulièrement John Cook et Jonathan Stea pour leurs commentaires.

Traduction : Citizen4Science – lien vers l’article original