ActualitésAffaires PubliquesÉconomieEnvironnementFranceGaz à effet de serreGestion des risquesGouvernementIndustrieMédecineOne healthSantéSanté publiqueSciences SocialesVétérinaire

« OneHealth » : Le gouvernement annonce la création d’un institut pour former les décideurs publics et privés à l’approche « une seule santé »

L’annonce a été faite le 3 mars au salon de l’Agriculture par les ministres de l’Agriculture , de la Transition écologique et des Professions de santé

Marc Fesneau, Christophe Béchu et Agnès Firmin le Bodo ont déclaré hier que l’Institut One health avait vocation à devenir l’organisme de référence pour la formation et l’expertise des décideurs sur les sujets « une seule santé » en France.

On le sait plus que jamais avec notre expérience récente de la pandémie de Covid-19, les relations entre la santé humaine, animale et celle des plante et de l’environnement sont intimement liées.

« One health », c’est une approche globale et transversale intégrée dont la vocation est de s’intégrer dans les stratégies d’entreprise ainsi que dans la fonction publique. Elle est encore mal connue et peu appliquée.

Dispositifs et établissements concernés par l’Institut One health

Cet institut entre dans le cadre de la stratégie d’accélération MIE-MN : Maladies Infectieuses Emergentes et Menaces Nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques, de France 2030. Il est adossé à l’École universitaire de recherche EID@Lyon et porté par l’Université Lyon 1

Il fournira un catalogue innovant de formations, interdisciplinaires et intersectorielles, proposées par trois grandes écoles : VetAgro Sup, en particulier son école interne l’ENSV-FVI (École nationale des services vétérinaires –France vétérinaire international) AgroParisTech et l’EHESP (École des hautes études en santé publique).

L’approche One health est ainsi à la croisée de la médecine humaine, de la médecine vétérinaire, des sciences de l’environnement et des sciences sociales. On espère qu’elles aideront notamment à mieux prévenir et gérer les crises sanitaires à venir.

Déclarations des ministres hier

« La poursuite du rapprochement des acteurs impliqués dans la santé humaine, la santé animale et la protection de l’environnement est un objectif important de mon ministère. C’est une démarche interdisciplinaire que nous touchons du doigt tous les jours et qui démontre l’importance de créer des ponts entre les acteurs pour répondre aux enjeux globaux qui nous aideront à construire collectivement des politiques publiques plus efficaces dans le domaine de la santé. Le lancement de cet institut One Health représente un point d’ancrage sur lequel nous avons le devoir de nous appuyer pour avancer davantage. »

Marc Fesneau, ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire

« Parce que la qualité de l’environnement qui nous entoure et la santé des animaux avec lesquels nous vivons conditionnent directement notre santé, il est fondamental d’adopter une vision globale de ces enjeux. C’est ce que propose l’approche « one health », en lien avec le plan national santé-environnement que porte le gouvernement. Aussi, je souhaite que ce nouvel institut contribue activement à la sensibilisation et la formation des décideurs du pays, pour qu’ils intègrent pleinement ces problématiques dans leurs actions futures, et ainsi contribuent à réaliser un monde plus sain. »

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

« L’environnement constitue aujourd’hui la deuxième préoccupation des Français. En effet, alors que nous sommes d’ores et déjà capable de démontrer notre méthode, les résultats concrets que nous engageons ne sont pas connus de tous. C’est collectivement que nous devons construire la méthode One Health et l’institution que nous créons aujourd’hui a pour vocation d’insuffler au plus grand nombre de décideurs de notre pays les principes et les modalités d’actions «One Health. »

Agnès Firmin le Bodo,ministre déléguée chargée de l’Organisation territoriale et des Professions de santé

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui d’une rédaction qui se mobilise pour produire et diffuser des contenus de qualité. Qui paie ? vous, uniquement, pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =