ActualitésAffaires PubliquesÉconomieFrancePolicePolitiquePolitique et GénéralSécurité

Hausse de 5 % des infractions à caractère raciste, xénophone ou antireligieux en 2022, soit 12600 contraventions et crimes & délits à parts égales à type d’injures, provocations ou diffamations

Le ministère de l’Intérieur nous livre ses statistiques en rappelant qu’il s’agit d’un « phénomène peu déclaré aux forces de l’ordre », dons sous-évalué.

La répartition est de 6 600 crimes ou délits et 6 000 contraventions. Si le nombre total d’infractions enregistrées est légèrement en baisse en 2022 (- 4 %, après une hausse régulière depuis 2017, freinée en 2020 en raison de la crise sanitaire du Covid-19) , la hausse des crimes et délits correspondants (+ 5 %) ne compense pas la baisse des contraventions (- 12 %).

Évolution des crimes, délits et contraventions à caractère raciste de 2016 à 2022

Source : ministère de l’Intérieur

Infractions commises en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la prétendue race ou la religion enregistrés par les forces de sécurité : nombre annuel d’infractions, de victimes et de mis en cause

Source : ministère de l’Intérieur

Disparités sur le territoire français

Sur la période 2020-2022, le nombre de crimes ou délits « à caractère raciste » enregistrés par habitant est plus important à Paris, et dans une moindre mesure en Seine-Saint-Denis et dans le Bas-Rhin et à l’inverse plus faible dans le Gers, en Vendée et à Mayotte.

Nombre de crimes & délits « à caractère raciste » enregistrés entre 2020 et 2022 par département pour 10 000 habitants sur moyenne annuelle :

Source : ministère de l’Intérieur

En 2022, plus de 3 000 personnes ont été mises en cause par les services de sécurité pour crime ou délit « à caractère raciste ».
Les hommes, les personnes âgées de 25 à 54 ans et les étrangers ressortissants d’un pays d’Afrique sont surreprésentés parmi les victimes de crimes ou délits enregistrées, alors que ceux qui ont commis ces infractions ont des caractéristiques beaucoup plus proches de la population générale que les personnes mises en cause enregistrées pour d’autres types d’infractions.

Âge et nationalité des victimes associées aux crimes et délits commis en raison de l’ethnie, de la nation ,d’une prétendue race ou de la religion

Source : ministère de l’Intérieur

Répartition des victimes d’atteintes « à caractère raciste » par tranche d’âge pour lesquelles une contravention a été enregistrée
sur le périmètre de la police nationale en 2022

Source : ministère de l’Intérieur

Sous-évaluation

Les victimes enregistrées par les services de sécurité ne représentent qu’une faible part des personnes ayant subi des atteintes « à caractère raciste ». Selon l’enquête Cadre de vie et sécurité, sur la période 2013-2018, 25 % des victimes de menaces ou violences physiques « racistes » et 5 % des victimes d’injures « racistes » ont, en moyenne, fait le déplacement en commissariat de police ou brigade de gendarmerie et seules 14 % et 2 % de ces victimes ont déclaré avoir formellement déposé plainte.

Pour aller plus loin

https://citizen4science.org/category/geopolitique/
https://citizen4science.org/category/code-de-la-sante-publique/

Pour aller plus loin

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 × 2 =