ActualitésCardiologieCovidCovid LongCovid-19Gestion des risquesOcéansPédiatriePharmacovigilanceRechercheRecherche cliniqueSantéScienceVaccins

Myocardite liées aux vaccins anti-Covid-19 et lésions cardiaques liées au Covid-19 : comparaison des risques par deux cardiologues pédiatriques

par Frank Han, Assistant Professor of Pediatric Cardiology, University of Illinois at Chicago, et Jennifer H. Huang, ssociate Professor of Pediatric Cardiology, Oregon Health & Science University, États-Unis

Note de la Rédaction : à l’heure de la publication d’un livre d’une biologiste prétendant prouver les dangers de l’ARNm et notamment des vaccins anti-Covid-19 basés sur cette technologie, exploitant principalement la « quantité brute » d’événements indésirables nécessairement abondants du fait d’une population mondiale largement vaccinée parfois à de multiples reprises, et confondant à dessein corrélation temporelle et causalité, nous avons sélectionné cet article, comme souvent chez Science infuse écrit par des experts s’exprimant dans leur domaine, avec pédagogie pour le grand public, et s’appuyant sur la littérature scientifique solide et abondante. Rappelons-le également : la pharmacologie (étude de l’action des médicaments dans l’organisme) et la pharmacovigilance (étude des effets indésirables des médicaments) et l’évaluation professionnelle des risques sont des métiers.

Peu après l’apparition des premiers vaccins contre le Covid-19 en 2021, des cas rares d’inflammation cardiaque, ou myocardite, ont commencé à être signalés.

Dans la plupart des cas, la myocardite était légère et réagissait bien au traitement, mais jusqu’à quatre décès d’adultes potentiellement liés à l’ARNm du vaccin ont été signalés dans le monde. Aucun décès vérifié d’enfant n’a été signalé sur la base des données publiques disponibles. Le nombre exact reste un sujet de débat très animé en raison de la variabilité dans la déclaration des décès potentiellement liés à la myocardite.

Les études ont largement confirmé que le risque global de myocardite est significativement plus élevé après une infection réelle par Covid-19 qu’après une vaccination, et que le pronostic après une myocardite due au vaccin est meilleur qu’après une infection. Le risque spécifique de myocardite varie en fonction de l’âge et a fait l’objet de débats en raison de divergences d’opinion au sein d’un petit groupe de médecins concernant la tolérance au risque et le soutien pour ou contre la vaccination par Covid-19 pour des groupes d’âge spécifiques.

En tant que cardiologues pédiatriques, nous sommes spécialisés dans les questions cardiaques concernant les enfants de tous âges. Nous pensons qu’il est important d’évaluer le risque de myocardite causé par la vaccination contre le COVID-19 par rapport non seulement à la myocardite virale causée par le COVID-19, mais aussi à toutes les autres complications que le Covid-19 peut entraîner.

Il est difficile de bien comparer les risques de myocardite liés à une maladie grave et ceux liés à la vaccination ou à l’infection par le Covid-19, et le débat se poursuit sur la question de savoir lequel de ces résultats présente le risque le plus élevé.

La myocardite expliquée

La myocardite est une affection qui provoque une inflammation du cœur. Une affection étroitement liée, la péricardite, désigne l’inflammation de la paroi externe du cœur. Dans le cadre de cet article, nous nous concentrerons principalement sur la myocardite, qui peut être une affection plus sévère. La plupart des cas de myocardite sont causés par des infections, en particulier virales.

La myocardite peut être confirmée par la combinaison d’un électrocardiogramme, d’une échographie du cœur appelée échocardiogramme et de certaines analyses de sang. Lorsqu’elle est disponible, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) du cœur est la méthode la plus précise pour diagnostiquer une myocardite sans procédure invasive.

On pense à tort que toutes les myocardites sont sévères, car elles impliquent des lésions cardiaques. Cependant, les cas légers dans lesquels il y a très peu de gonflement et seulement des dommages temporaires au cœur sont plus fréquents que les cas sévères qui nécessitent une machine pour soutenir la fonction cardiaque.

Les symptômes de la myocardite comprennent des douleurs thoraciques et un essoufflement

Vaccination contre risque d’infection

Le défi que représente l’analyse des risques de myocardite liés à une infection virale par rapport à la vaccination contre le Covid-19 est dû en partie à la difficulté d’établir un diagnostic de myocardite et ses taux dans la population avec précision.

Le système américain de notification des événements indésirables suite à vaccination, le Vaccine Adverse Event Reporting System, ou VAERS, qui est un système de notification initiale des événements indésirables des vaccins, est en soi inadéquat pour déterminer le taux de tout effet indésirable associé à un vaccin. En effet, tout effet secondaire peut être signalé et la vérification d’un événement signalé n’est effectuée qu’après coup par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention).

Ces données vérifiées sont ensuite consignées dans des bases de données plus robustes telles que le Vaccine Safety Datalink. Un très petit nombre de myocardites survenues à la suite de la vaccination par le Covid-19 ont eu des conséquences importantes à long terme, comme des troubles du rythme cardiaque. Toutefois, ces cas ne représentent pas la majorité des cas.

Heureusement, les myocardites graves après une vaccination par ARNm pour Covid-19 sont extrêmement rares. Une étude réalisée en 2021 par des chercheurs nordiques, qui a examiné les risques comparatifs de myocardite et d’arythmie cardiaque chez les patients ayant contracté une myocardite après une infection par Covid-19 ou une vaccination, a révélé que les risques variaient considérablement en fonction de la tranche d’âge.

Cette constatation a été présentée comme une raison de ne pas vacciner les jeunes hommes en bonne santé contre le Covid-19. L’étude de suivi a cependant montré que les risques comparatifs de résultats négatifs étaient pires en cas de myocardite due à une infection par Covid-19 et d’autres myocardites virales qu’en cas de vaccination chez tous les patients âgés de plus de 12 ans.

Il convient de noter qu’à la mi-mars 2023, les États-Unis sont toujours en tête du classement mondial des hospitalisations liées à l’infection par Covid-19.

De rares cas de myocardite ont également été signalés avec le nouveau vaccin Novovax sans ARNm, mais les chercheurs ne connaissent pas encore les taux à l’échelle de la population.

Risque de myocardite selon l’âge et le sexe

Une étude de toutes les recherches actuellement disponibles révèle que le risque de myocardite après la vaccination contre le Covid-19 est le plus élevé chez les jeunes hommes âgés de 18 à 39 ans et chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, le risque le plus élevé étant observé après la deuxième dose de vaccin. La cause semble être liée à la façon dont le système immunitaire traite l’ARNm et génère parfois une réponse immunitaire excessive.

Le risque de myocardite lié à la vaccination par Covid-19 est nettement plus faible chez les enfants de moins de 12 ans et beaucoup plus faible chez les hommes adultes âgés de plus de 50 ans. Le risque de maladie sévère lié au Covid-19, en particulier chez les personnes âgées de plus de 50 ans, a été beaucoup plus élevé tout au long de la pandémie que le risque de myocardite lié à la vaccination contre le Covid-19. Le risque de myocardite lié à la vaccination est uniformément plus faible chez les filles que chez les garçons.

Les nourrissons de moins de 6 mois ne peuvent être immunisés que par les anticorps de leur mère, à moins qu’ils ne soient eux-mêmes exposés au Covid-19, car il n’existe pas de vaccins pour cette tranche d’âge.

Comment analyser les risques ?

Alors que les risques de myocardite sont les plus élevés chez les adolescents et les hommes jeunes, quelle qu’en soit la cause, la gravité et l’issue de la myocardite sont bien pires au bout de 90 jours lorsqu’elle est due à une infection par le Covid-19 ou à d’autres maladies virales. Cela reflète les recherches de notre équipe sur le même sujet.

Cette discussion ne prend pas non plus en compte les risques de caillots et de crises cardiaques liés au Covid-19 lui-même. Le Covid-19 endommageant les vaisseaux sanguins dans toutes les parties de l’organisme, des lésions organiques telles que l’insuffisance rénale, des caillots sanguins, des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux peuvent survenir.

Nous reconnaissons qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches sur l’évolution à moyen et à long terme des personnes ayant contracté une myocardite liée à la vaccination. C’est pourquoi la recherche se poursuit, et les chercheurs comme nous s’engagent à suivre les données pendant les années à venir.

Risques liés au Covid-19 chez les enfants

Bien qu’il y ait eu beaucoup moins de décès dus au Covid-19 chez les enfants que chez les adultes, le Covid19 reste l’une des principales causes de décès chez les enfants aux États-Unis, d’après une étude réalisée au début de l’année 2023. Mais les décès dus au Covid-19 ne sont pas la seule mesure pertinente de son effet sur les enfants. Le Covid-19 a également tué plus d’enfants sur une période plus courte que plusieurs autres maladies évitables par la vaccination, telles que l’hépatite A et la méningite avant la mise à disposition de leurs vaccins.

L’argument avancé par certains selon lequel le Covid-19 tue moins d’enfants que d’adultes, ou qu’il est souvent bénin chez les enfants, n’a jamais été une justification acceptable pour ne pas faire tout ce qui est possible pour protéger les enfants contre cette maladie. Par exemple, les médecins ne cessent pas de traiter les enfants atteints de cancer au seul motif qu’ils sont moins nombreux que chez les adultes. Et nous ne retirons pas les vaccins contre la rougeole pour la seule raison que la plupart des enfants qui l’attrapent représentent des cas bénins.

Le principal risque que le Covid-19 présente aujourd’hui pour les enfants est le COVID long, suivi du risque de maladie grave. Le pourcentage estimé d’enfants qui contractent une infection longue est encore débattu, mais les symptômes d’une infection longue peuvent être incroyablement invalidants. Ils comprennent une fatigue intense, un brouillard cérébral, des troubles du sommeil, des vertiges, des douleurs nerveuses et bien d’autres choses encore.

De nombreux enfants atteints de Covid-19 de longue durée font état d’une fatigue persistante et de maux de tête fréquents

Mesurer la décision de vacciner

Nous pensons que la décision de vacciner ou non contre le Covid19 doit être prise en fonction de l’âge du patient, de ses autres problèmes de santé, du risque relatif lié aux vaccins, de la quantité et du type de Covid-19 présent dans votre communauté, ainsi que des préférences du patient et de sa famille.

Les CDC et l’Agence de santé publique du Canada ont suggéré deux moyens de réduire le risque de myocardite lié au vaccin Covid-19 : opter pour le vaccin Pfizer et espacer les doses d’au moins huit semaines. En effet, Pfizer présente des taux de myocardite légèrement inférieurs à ceux de Moderna.

Les adultes immunodéprimés ou souffrant d’autres problèmes médicaux connus pour aggraver la sévérité de la maladie du Covid-19 présentent toujours le risque le plus élevé de maladie sévère. Ils doivent donc suivre le calendrier de vaccination du CDC contre le Covid-19 et recevoir des rappels supplémentaires, si leur médecin le leur conseille.

Si les vaccins contre le virus du Covid-19 ne sont plus aussi efficaces pour prévenir la transmission virale qu’ils ne l’étaient avec le premier variant, ils restent très efficaces pour réduire les maladies sévères et les hospitalisations, y compris chez les enfants, et en particulier dans le cas d’une grossesse à haut risque.

Heureusement, les enfants ont beaucoup mieux résisté à l’infection par le Covid-19 que les adultes. Les principaux risques du Covid-19 sévère pour les enfants concernent les bébés et les enfants en bas âge, ainsi que les enfants présentant des problèmes de santé qui les exposent à un risque élevé, les enfants atteints des types les plus importants de cardiopathie congénitale ou ceux qui présentent d’autres pathologies médicalement complexes. Les enfants appartenant à ces groupes tirent le plus grand bénéfice de la primovaccination Covid-19 ; la décision de les vacciner devrait donc être plus facile à prendre.

Le consentement éclairé qui accompagne la vaccination doit comporter une discussion sur les risques d’infection. Le risque de vaccination ne sera jamais nul en raison de la variabilité des réponses du système immunitaire ; par conséquent, la décision doit toujours être prise en tenant compte des informations les plus récentes disponibles.

Pour aller plus loin

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, cet article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui d’une rédaction qui se mobilise pour produire et diffuser des contenus de qualité. Qui paie ? vous, uniquement, pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.

Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =