CapitalismeCinémaCultureDystopieHistoireInternationalJeux vidéoLittératureNetflixPolitiqueScience-FictionSociologie

Jeux dystopiques : comment les histoires contemporaines critiquent le capitalisme à travers une compétition mortelle

par Tom Boland, Senior Lecturer in Sociology, University College Cork, Royaume-Uni

Si nos cauchemars changent, qu’est-ce que cela nous apprend sur nos vies éveillées ? Les histoires dystopiques, qu’il s’agisse de romans, de films ou de jeux, ont souvent été considérées comme une réflexion pessimiste sur la direction que prend la société.

Les dystopies classiques offrent généralement la vision d’un État totalitaire, doté d’un appareil de répression et de propagande, par exemple 1984 de George Orwell ou The Handmaid’s Tale de Margaret Atwood. Au-delà de la menace extérieure d’un contrôle autoritaire et violent, ces fictions offrent également des visions dystopiques de la manière dont les individus peuvent être corrompus, endoctrinés et transformés.

Ces histoires répondent aux expériences du XXe siècle en matière d’autoritarisme d’État, du fascisme au stalinisme et au-delà. Compte tenu de cette histoire, il est compréhensible que les dystopies aient largement exprimé nos angoisses et nos craintes à l’égard de l’État.

Pourtant, au tournant du millénaire, les auteurs de dystopies se sont de plus en plus intéressés à la critique du capitalisme. Ces histoires présentent des mondes fictifs où les protagonistes s’affrontent dans des jeux mortels.

Le jeu de la vie ?

Ce sous-genre de la dystopie met en scène des concours d’élimination où il ne peut y avoir qu’un seul gagnant. Les scénarios peuvent sembler extrêmes ou absurdes, mais sont des satires pertinentes de la vie dans un système capitaliste.

Les jeux de ces mondes dystopiques ont tendance à être atrocement cruels, la vie humaine étant souvent mise en jeu.

Voir les protagonistes se débattre avec des défis stratégiques, endurer la douleur et la frustration, travailler ensemble ou s’affaiblir mutuellement et arracher la victoire des mâchoires de la défaite nous rappelle nos propres luttes. Cela nous rappelle que notre destin dépend souvent de nos performances dans la vie.

Même si nous ne sommes pas en danger de mort, notre vie dépend de la compétition.

Dans les établissements d’enseignement, nous nous efforçons d’obtenir les meilleures notes. Sur le marché du travail, nous sommes en concurrence pour obtenir un emploi. Sur les réseaux sociaux, nous nous disputons l’attention et l’approbation. Même en amour et en amitié, il semble que le monde contemporain soit inondé de rivalités.

Bien sûr, il ne s’agit pas de la nature humaine ou d’une caractéristique commune à toutes les sociétés, mais du résultat d’un état d’esprit ou d’une culture hypercompétitive cultivée sous le capitalisme contemporain. Essentiellement, ces visions de jeux dystopiques offrent une critique de l’intensification du capitalisme, où chaque décision est prise en pensant d’abord au marché.

Les dystopies exagèrent ce qu’elles satirisent pour faire passer leur message – considérons deux des cas les plus populaires et les plus influents : The Hunger Games et Squid Game.

Se déroulant dans un régime autoritaire futuriste, les Hunger Games sont une opération de propagande sadique au cours de laquelle le « Capitole » oppose des adolescents au rôle de « tribut », issus de districts assujettis dans un bain de sang télévisé. Le prix à gagner est une vie de luxe relatif, bien que les gagnants soient souvent traumatisés par leur propre victoire.

Bien que farfelue, cette émission trouve un écho chez les jeunes, reflétant peut-être leurs expériences sur les médias sociaux ou même la tendance croissante de la télé-réalité comme moyen de mobilité sociale. Il reflète également le système capitaliste au sens large, où les riches deviennent plus riches et les pauvres restent pauvres ; la mobilité sociale n’est possible que pour quelques élus, les exceptionnels.

Squid Game dépeint un combat à mort orchestré par une organisation criminelle de l’ombre, soutenue par des milliardaires, où les participants s’affrontent dans des versions mortelles de jeux d’enfants. Quatre cent cinquante-six personnes désespérées ou endettées de la Corée du Sud contemporaine sont incitées à participer, et une seule survivra. Ce scénario surréaliste reflète la crise de l’endettement personnel en Corée du Sud et au-delà, ainsi que l’éthique du jeu du gagnant dans le capitalisme contemporain.

Dans chacun d’eux, nous suivons des protagonistes qui sont souvent confrontés à de terribles dilemmes moraux alors qu’ils se battent pour survivre. Nous compatissons à la lutte de Katniss Everdeen (Hunger Game) et l’encourageons lorsqu’elle forme des alliances avec des joueurs plus faibles. Nous soutenons l’équipe de Seong Gi-Hun (Squid Game) dans une version mortelle du tir à la corde, mais devenons ambivalents lorsqu’il utilise contre lui la mémoire défaillante d’un concurrent plus âgé.

Spectacles sanglants

Il est frappant de constater que ces deux concours sont un spectacle destiné à un public.

Les Hunger Games sont la propagande télévisée d’un régime totalitaire, tandis que des milliardaires sadiques regardent le Squid Game depuis une cabine. Cela joue sur la visibilité perpétuelle de la vie moderne sur les médias sociaux. Mais cela nous rend également complices en tant que spectateurs qui aiment regarder des concours sanglants.

Dans ce drame, le jeu de l’artifice et de l’authenticité est un autre jeu.

Nous voyons Katniss mettre en scène une histoire d’amour pour assurer sa survie. Seong Gi-Hun finit par se rendre compte que son allié apparent dans le Jeu du Calmar, l’homme plus âgé qu’il a utilisé, est en fait (alerte spoiler) l’un des organisateurs de ce tournoi de tourmente. Ce jeu, plein de mensonges et de suspicions, au sein de ces spectacles, pourrait bien refléter nos propres luttes avec la gestion constante des impressions au milieu de la visibilité compulsive des réseaux sociaux.

Bien que ces visions dystopiques soient extrêmement sombres, elles constituent des avertissements sur la direction que prend la société ou des analyses de dynamiques qui vont dominer notre monde mais ne sont pas inévitables. Il est intéressant de noter que la popularité du Squid Game l’a conduit à être adapté en jeu télévisé où « 456 joueurs s’affronteront pour gagner la récompense de 4,56 millions de dollars qui changera leur vie ».

Ces histoires dystopiques sont toutefois porteuses d’espoir. La capacité des protagonistes à jouer à ces jeux par la coopération plutôt que par la compétition, par l’attention plutôt que par la cruauté, offre un contrepoint utopique ; un contrepoint que nous pourrions suivre dans nos propres vies. Refuser de jouer le jeu ou le jouer différemment n’est pas un geste anodin, nos vies et notre avenir en dépendent.

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, cet article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Pour aller plus loin

Cet article GRATUIT de journalisme indépendant à but non lucratif vous a intéressé ? Il a pour autant un coût ! Celui de journalistes professionnels rémunérés, celui de notre site internet et d’autres coût nécessaire au fonctionnement de la structure. Qui paie ? nos lecteurs uniquement pour garantir notre ultra-indépendance. Votre soutien est indispensable.

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique.
Notre média dépend entièrement de ses lecteur pour continuer à informer, analyser, avec un angle souvent différent car farouchement indépendant. Pour nous soutenir, et soutenir la presse indépendante et sa pluralité, faites un don pour que notre section presse reste d’accès gratuit, et abonnez-vous à la newsletter gratuite également !

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 × 23 =