L’histoire de fantômes d’une personne sceptique

L’histoire de fantômes d’une personne sceptique

18 juillet 2022 0 Par La Rédaction

par Melanie Trecek-King et traduit par Citizen4Science, issu de son site internet anglophone Thinking is Power dédié à la pensée critique pour le grand public sur de nombreux aspects. Parcourez le blog pour retrouver de nombreuses productions de Melanie en version française sur le site de C4S.

La chasse aux fantômes à l’aide de la science et du scepticisme

Le laboratoire hanté

Le personnel du laboratoire savait que le laboratoire était hanté. L’atmosphère autour de l’endroit était… troublante. Les travailleurs du vieux bâtiment grinçant ont décrit quelque chose qui les regardait par-dessus leurs épaules et qui leur donnait des sueurs froides. Et tôt un matin récent, une femme de ménage est sortie en courant du bâtiment et a donné son préavis après avoir ressenti un sentiment d’effroi et vu une silhouette grise du coin de l’œil.

Mais l’ingénieur Vic Tandy était sceptique.

Pourtant, tard dans la soirée, alors qu’il travaillait seul dans le laboratoire de l’université, la silhouette grise est venue le chercher.

Il était assis à son bureau, en train d’écrire, mais il était de plus en plus mal à l’aise. Il transpirait, mais il y avait un froid dans la pièce… et il avait un sentiment notable de dépression.

Tandy n’était pas seul. Il pouvait sentir que quelqu’un d’autre était dans la pièce, et l’observait. Les poils de sa nuque se sont hérissés.

Du coin de l’œil, il a vu l’apparition grise. Elle se trouvait entre lui et la porte, alors il a décidé de lui faire face directement. Mais quand il a tourné la tête, elle a disparu.

Terrifié, il est rentré chez lui.

Pourquio voit-on des fantômes ?

Personnellement j’adore les bonnes histoire de fantômes ! Bien sûr, certaines sont probablement des mensonges ou des canulars, mais beaucoup impliquent des expériences qui sont honnêtement difficiles à expliquer.

La question est la suivante : les fantômes sont-ils réels ?

Près de la moitié des Américains croient aux fantômes. Et beaucoup rapportent personnellement avoir senti, vu ou même communiqué avec des spectres. (Moi y compris… j’y reviendrai dans un instant.)

En tant que sceptiques, nous devons être ouverts à toutes les affirmations, y compris celles concernant les fantômes. Mais nous devons également proportionner nos croyances aux preuves. Les fantômes sont une affirmation extraordinaire, et les affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires.

Explorons donc les preuves de l’existence des fantômes en faisant appel à la science, au scepticisme et à l’esprit critique.

[En line : Apprenez à devenir médium grâce à ces astuces].

Nos cerveaux trouvent des modèles et supposent une intention

Nos cerveaux sont des machines à détecter les formes. Imaginez être un humain préhistorique dans les plaines d’Afrique. Ce bruissement dans l’herbe est-il dû au vent ou à un prédateur ? Si vous pensez que c’est le vent mais que c’est un prédateur… vous êtes mort. Vous aviez plus de chances de survivre si vous pensiez que c’était un prédateur même si c’était juste le vent.

Le fait est que nous sommes les descendants de ceux qui ont supposé que tous les modèles étaient réels et le résultat d’actions intentionnelles.

Certains modèles sont réels, bien sûr, et il est important d’être capable de les identifier. Mais nous sommes si doués pour trouver des modèles que nous les percevons partout. Cette tendance à voir des modèles dans des stimuli aléatoires, ou paréidolie, est une fonction naturelle du cerveau humain, mais elle peut avoir des conséquences intéressantes. Nous voyons des visages sur des fromages grillés. Nous dessinons des constellations dans les étoiles. Nous faisons le lien entre nos chaussettes porte-bonheur et le fait de gagner le match. Nous entendons des messages sataniques dans la musique rock jouée à l’envers.

Plus encore, nous attribuons ces faux modèles à tout, des dieux aux anges en passant par les fantômes. Et plus vous croyez au paranormal, plus vous êtes susceptible de penser que l’ombre brumeuse que vous voyez est un corps fantôme ou que le bruit aléatoire que vous venez d’entendre est le son d’une voix d’un autre monde.

Comme le dit Michael Shermer, « Nous sommes des surnaturalistes nés« .

Photo du Visage de Mars en 1976, et une image plus récente avec une caméra à haute résolution
(crédit image : NASA, issu de : BBC)

Nos expériences ne sont pas aussi fiables que nous le pensons

Beaucoup de gens supposent que les expériences personnelles sont les meilleures preuves. On dit qu’on « croira quand on le verra ».

Le problème est que nous pouvons facilement mal percevoir nos expériences.

Nos sens ne captent qu’une fraction des informations qui nous entourent, et notre cerveau doit ensuite les interpréter et leur donner un sens. Une grande partie du processus de perception implique que notre cerveau comble les lacunes en se basant sur des expériences antérieures, des attentes et des suggestions pour construire notre « réalité ».

Notre cerveau déteste l’incertitude et s’empresse de donner un sens au hasard, si bien que nous avons tendance à voir les faux modèles plus facilement lorsque nos perceptions sont mauvaises. Il y a une raison pour laquelle la plupart des observations de fantômes (ou même les émissions de chasse aux fantômes) ont lieu la nuit : il est difficile de distinguer les détails dans l’obscurité ! Pensez aussi aux fois où vous avez vu quelque chose bouger « du coin de l’œil », mais où, lorsque vous vous êtes retourné pour regarder, il a « disparu ». Notre vision périphérique peut détecter les mouvements, mais elle ne fournit pas autant de détails.

Nos attentes influencent ce que nous voyons

Si les fantômes sont les esprits des morts, on pourrait s’attendre à ce que leur apparence et leur comportement soient les mêmes à travers l’histoire et les cultures d’aujourd’hui. Cependant, les fantômes que les gens « voient » sont fortement influencés par leurs attentes culturelles.

Dans le monde antique, les fantômes ont pris de nombreuses formes. En Mésopotamie, si une personne n’avait pas été enterrée correctement, son esprit, ou Gidim, revenait hanter les vivants. En Chine, l’esprit d’un ancêtre pouvait apparaître en rêve pour transmettre des informations ou des avertissements. Et à Rome, les âmes voltigeaient et couinaient comme des chauves-souris vers les enfers.

Aujourd’hui encore, les fantômes varient considérablement selon les cultures. Dans toute l’Asie du Sud-Est, la terrifiante Pontianak est le fantôme d’une femme enceinte morte pendant l’accouchement… ou aux mains des hommes. Pendant la pleine lune, elle prend la forme d’une belle femme à la peau blanche et aux longs cheveux noirs pour se venger. Une fois qu’elle a attiré un homme, elle utilise ses longs ongles pour lui arracher les organes, qu’elle mange. (Bien sûr.) Si vous parvenez à enfoncer un clou dans le trou situé à la nuque de la Pontianak, elle redevient une épouse belle et soumise.

Le Gjenganger scandinave est le fantôme de quelqu’un qui est mort avant son heure, par exemple dans un meurtre ou un accident, et qui est revenu pour se venger. Il attaque en pinçant sa victime dans son sommeil, laissant une marque bleue qui est le signe de sa mort imminente. Pour éviter qu’une personne ne se transforme en Gjenganger, elle doit être enterrée avec des inscriptions spécifiques dans son cercueil.

Les marcheurs de nuit d’Hawaï sont les fantômes d’anciens guerriers qui errent sur les îles la nuit. Ils sont habillés pour la bataille, portent des torches allumées et battent des tambours en marchant. Malheureusement, les regarder signifie une mort certaine. Si vous êtes sur leur chemin, la légende dit que vous pouvez survivre si vous vous déshabillez, vous allongez sur le ventre et faites le mort.

Le fait est que nous voyons souvent ce que nous nous attendons à voir. Alors que nous pensons que « voir c’est croire », il est également vrai que « croire c’est voir ».

Les fantômes terrifiants qui nous attaquent dans notre sommeil sont des hallucinations

Quand j’étais très jeune, j’ai vu un fantôme. Je m’étais endormie dans mon lit à côté de ma grand-mère. Je me souviens avoir senti un doigt froid sur ma main et des ongles grattant mon bras de haut en bas. Je me suis réveillée mais je ne pouvais pas bouger. Du coin de l’œil, j’ai vu une vieille femme aux longs cheveux gris. Elle me maintenait au sol et m’empêchait de crier à l’aide. Cela m’a paru une éternité et j’étais absolument terrifiée.

Bien que je n’aie (heureusement) jamais revu ce fantôme particulier, je suis encore aujourd’hui tourmentée par la cause probable de mon expérience : la paralysie du sommeil, un état dans lequel vous êtes éveillé mais votre corps est incapable de bouger. Lorsque nous dormons profondément, notre corps est paralysé, probablement pour nous empêcher de réaliser nos rêves et de nous faire du mal (ou de faire du mal aux autres). La paralysie du sommeil est essentiellement un cauchemar éveillé.

Notre esprit tente d’expliquer cette expérience terrifiante en s’appuyant sur nos croyances culturelles, des démons aux extraterrestres en passant par les fantômes. Ou dans mon cas, un être qui ressemblait très fortement aux sorcières des films de Disney.

On pense que ‘The Nightmare‘ de Henry Fuseli (1781) est une description de la paralysie du sommeil.
(Source: Wikipedia)

Des produits chimiques dangereux peuvent provoquer des expériences fantômes

En 1912, une famille emménage dans une vieille maison victorienne délabrée. Peu de temps après, ils ont commencé à entendre des bruits, comme des casseroles qui claquent, des portes qui claquent, des pas et des voix. Quelques membres de la famille ont vu des apparitions, comme une femme portant un chapeau à larges bords. L’un des enfants s’est même plaint qu’un « gros homme » était assis sur sa poitrine pendant son sommeil. Comme les événements se répercutaient sur la santé de la famille, le médecin de famille a fait une visite à domicile et a découvert le problème : la chaudière était mal installée et répandait du monoxyde de carbone dans la maison.

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore qui empêche les globules rouges de fournir de l’oxygène au corps. Il peut provoquer des maux de tête, des vertiges, des faiblesses, des nausées, de la confusion, des hallucinations visuelles et auditives, une pression thoracique et un sentiment inexpliqué d’effroi.

Heureusement, la famille a quitté la maison ce jour-là jusqu’à ce que la chaudière soit réparée, car l’empoisonnement au monoxyde de carbone peut également entraîner la mort.

Retour au laboratoire hanté

L’ingénieur Vic Tandy était effrayé. Mais il était aussi sceptique.

Tandy était un escrimeur de compétition, et le lendemain, il a apporté son épée au laboratoire. Alors qu’il s’apprête à polir la lame, il remarque qu’elle vibre, bien qu’elle soit fermement serrée dans l’étau.

Après enquête, il trouve le coupable : un ventilateur récemment installé qui émet des ondes sonores à basse fréquence.

L’oreille humaine peut généralement entendre des sons entre 20 et 20 000 Hz. Tandy a calculé que les vibrations dans le laboratoire étaient de 19 Hz, c’est-à-dire trop faibles pour être entendues.

Pourtant, ce n’est pas parce que nous ne pouvons pas entendre les sons qu’ils ne font pas vibrer les objets. Comme son épée. Et ses yeux.

Les ondes sonores autour de 19 Hz sont connues comme la « fréquence de la peur », car elles peuvent provoquer un malaise général, des frissons, des sueurs, des vertiges, une hyperventilation et une peur, ainsi que des attaques de panique. Et à cause des vibrations dans nos yeux, une vision floue et des illusions d’optique, surtout dans la vision périphérique.

Alors, ils ont éteint le ventilateur… et les fantômes sont partis.

Le message à retenir

En tant que sceptiques, nous devons garder l’esprit ouvert à toutes les affirmations, y compris celles concernant les fantômes. Mais nous devons également exiger des preuves suffisantes avant d’accepter toute affirmation.

Il n’existe actuellement aucune preuve scientifique valable de l’existence des fantômes. Cela ne veut pas dire qu’ils ne le sont pas, bien sûr, même si c’est très peu probable.

Il existe cependant de nombreuses preuves des raisons pour lesquelles les gens pensent voir des fantômes. Il est facile de comprendre pourquoi les personnes mentionnées dans les histoires ci-dessus ont pu être « sûres » d’avoir vu un fantôme, mais les anecdotes ne sont pas de bonnes preuves pour une raison bien précise. Nous sommes facilement trompés par nos expériences et nous voyons souvent ce que nous nous attendons (ou voulons) voir. Les fantômes sont une affirmation très extraordinaire, et les preuves sont tout à fait ordinaires.

Il y aura toujours des choses que nous ne pourrons pas expliquer. Mais ce n’est pas parce que nous ne pouvons pas expliquer une chose qu’elle est surnaturelle. Au contraire, nous devrions être sceptiques et supposer une explication naturelle.

Nous ne saurons peut-être jamais avec certitude si les fantômes sont réels. Mais une partie importante de la pensée critique consiste à apprendre à être à l’aise avec l’incertitude.

Alors la prochaine fois que vous verrez un fantôme, demandez-vous : Qu’est-ce qui est le plus probable ? Malgré l’absence de toute preuve scientifique valable, vous avez vu l’esprit d’une personne morte ? Ou que votre cerveau vous joue des tours ?

Pour en savoir plus

​Vic Tandy and Richard R. Lawrence, “The Ghost in the Machine,” Published in the ​Journal of the Society for Psychical Research​, Vol.62, No. 851, April 1998.
Great Big Story: The ghost hunter who doesn’t believe in ghosts
Gizmodo: Some “ghosts” may be sound waves just below human hearing
PopSci: Why do we see ghosts?
The Atlantic: Global ghosts: 7 tales of specters from around the world