ActualitésCancerPapillomavirusPolitique de santéRechercheRecherche cliniqueSantéSanté publiqueSexualitéVaccination

Papillomavirus : le sexe oral est désormais le principal facteur de risque du cancer de la gorge

Les personnes qui ont au moins 6 partenaires de sexe oral au cours de leur vie ont 8,5 fois plus de risques de développer un cancer oropharyngé que celles qui ne pratiquent pas le sexe oral

par Hisham Mehanna, Professor, Institute of Cancer and Genomic Sciences, University of Birmingham, Royaume-Uni

Au cours des deux dernières décennies, le nombre de cancers de la gorge a rapidement augmenté dans les pays occidentaux, au point que certains ont parlé d’épidémie. Cette évolution est due à une forte augmentation d’un type spécifique de cancer de la gorge appelé cancer oropharyngé (zone des amygdales et de l’arrière de la gorge). La principale cause de ce cancer est le papillomavirus humain (HPV), qui est également la principale cause du cancer du col de l’utérus. Le cancer de l’oropharynx est désormais plus fréquent que le cancer du col de l’utérus aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Le VPH se transmet par voie sexuelle. Pour le cancer de l’oropharynx, le principal facteur de risque est le nombre de partenaires sexuels au cours de la vie, en particulier le sexe oral. Les personnes qui ont au moins six partenaires de sexe oral au cours de leur vie ont 8,5 fois plus de risques de développer un cancer oropharyngé que celles qui ne pratiquent pas le sexe oral.

Les études sur les tendances comportementales montrent que le sexe oral est très répandu dans certains pays. Dans une étude que mes collègues et moi-même avons menée sur près de 1 000 personnes ayant subi une amygdalectomie pour des raisons non cancéreuses au Royaume-Uni, 80 % des adultes ont déclaré avoir pratiqué le sexe oral à un moment ou à un autre de leur vie. Pourtant, heureusement, seul un petit nombre de ces personnes développent un cancer de l’oropharynx. On ne sait pas exactement pourquoi.

La théorie qui prévaut est que la plupart d’entre nous attrapent des infections à HPV et sont capables de les éliminer complètement. Cependant, un petit nombre de personnes ne sont pas en mesure de se débarrasser de l’infection, peut-être en raison d’un défaut dans un aspect particulier de leur système immunitaire. Chez ces patients, le virus est capable de se répliquer continuellement et, avec le temps, il s’intègre à des positions aléatoires dans l’ADN de l’hôte, dont certaines peuvent rendre les cellules de l’hôte cancéreuses.

L’oropharynx est la partie centrale de la gorge (pharynx). Source : Wikimedia Commons

La vaccination des jeunes filles contre le papillomavirus a été mise en œuvre dans de nombreux pays pour prévenir le cancer du col de l’utérus. Des preuves – bien qu’encore indirectes – de plus en plus nombreuses, indiquent qu’elle pourrait également être efficace pour prévenir l’infection par le HPV dans la bouche. Certaines données suggèrent également que les garçons sont protégés par l' »immunité collective » dans les pays où la couverture vaccinale des filles est élevée (plus de 85 %). Dans l’ensemble, on peut espérer que ces mesures permettront dans quelques décennies de réduire le nombre de cancers de l’oropharynx.

C’est une bonne chose du point de vue de la santé publique, mais uniquement si la couverture vaccinale chez les filles est élevée (plus de 85 %) et si l’on reste dans la collectivité couverte. Toutefois, cela ne garantit pas une protection au niveau individuel – en particulier à l’ère des voyages internationaux – si, par exemple, quelqu’un a des relations sexuelles avec une personne originaire d’un pays où la couverture est faible. Il n’offre certainement pas de protection dans les pays où la couverture vaccinale des filles est faible, par exemple aux États-Unis où seulement 54,3 % des adolescentes âgées de 13 à 15 ans avaient reçu deux ou trois doses de vaccin contre le papillomavirus en 2020.

Les garçons aussi devraient se faire vacciner contre le HPV

Cela a conduit plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, l’Australie et les États-Unis, à étendre leurs recommandations nationales en matière de vaccination contre le papillomavirus aux jeunes garçons – ce que l’on appelle une politique de vaccination neutre en termes de genre.

Mais une politique de vaccination universelle ne garantit pas une couverture vaccinale. Une proportion importante de certaines populations est opposée à la vaccination contre le papillomavirus pour des raisons de sécurité, de nécessité ou, plus rarement, parce qu’elle craint d’encourager la promiscuité.

Paradoxalement, des études de population montrent que, peut-être dans le but de s’abstenir de rapports sexuels avec pénétration, les jeunes adultes pratiquent plutôt le sexe oral, au moins dans un premier temps.

La pandémie de coronavirus a également apporté son lot de défis. Tout d’abord, il n’a pas été possible d’atteindre les jeunes dans les écoles pendant un certain temps. Deuxièmement, on a constaté une tendance croissante à l’hésitation générale vis-à-vis des vaccins, ou des attitudes « antivax », dans de nombreux pays, ce qui peut également contribuer à une réduction de l’acceptation des vaccins.

Comme toujours lorsqu’il s’agit de populations et de comportements, rien n’est simple ou direct.

Texte paru initialement en anglais dans The Conversation, traduit par la Rédaction. La traduction étant protégée par les droits d’auteur, cet article traduit n’est pas libre de droits. Nous autorisons la reproduction avec les crédits appropriés : « Citizen4Science/Science infuse » pour la version française avec un lien vers la présente page.

Image d’en-tête : représentation du papillomavirus humain (HPV) de type 16 en 3D – Source Wikipédia

Pour aller plus loin …

Image d’en-tête : implant développé par Neuralink – Source : site internet de la société

Science infuse est un service de presse en ligne agréé (n° 0324 x 94873) piloté par Citizen4Science, association à but non lucratif d’information et de médiation scientifique doté d’une Rédaction avec journalistes professionnels. Nous défendons farouchement notre indépendance. Nous existons grâce à vous, lecteurs. Pour nous soutenir, faites un don ponctuel ou mensuel.

Propulsé par HelloAsso

ou via J’aime l’Info, partenaire de la presse en ligne indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 13 =